L'absence de drainage à l'origine du fiasco des qualifications

partages
commentaires
L'absence de drainage à l'origine du fiasco des qualifications
Par : Léna Buffa
25 mars 2017 à 19:30

Après l'annulation des qualifications du Grand Prix du Qatar, Loris Capirossi en appelle à des travaux sur le circuit de Losail pour que l'eau de pluie puisse être correctement évacuée.

Loris Capirossi
Piste humide
Le séchage de la piste
La voiture de sécurite BMW
Piste humide
La voiture de sécurite BMW
Emilio Alzamora, Livio Suppo, Mike Webb discutent des conditions de piste
De la pluie au Qatar
De la pluie au Qatar
Loris Capirossi
Piste humide
Piste humide
Le shuttle médias dans l'eau
Le shuttle médias dans l'eau
Loris Capirossi
Piste humide
La piste sèche

Responsable sécurité auprès de Dorna Sports, Loris Capirossi était en première ligne, samedi soir, pour expliquer les difficultés majeures rencontrées aujourd'hui à Losail, où de fortes précipitations ont conduit à l'annulation de toutes les séances du jour, comprenant notamment les qualifications du Grand Prix du Qatar pour toutes les catégories.

"Pour nous non plus, ça n'a pas vraiment été une journée facile", a fait savoir l'ancien pilote en débutant une longue conférence de presse afin d'exposer les problèmes rencontrés. "Nous avons essayé de maintenir les essais ce soir et nous avons sans cesse essayé de les reporter pour comprendre la situation de la piste. Nous pensions pouvoir résoudre le problème, mais nous avons fini par comprendre qu'il était plus grand que ce que nous imaginions et nous avons décidé de tout annuler."

Un travail sans fin

Hier soir et ce samedi, une pluie très virulente a frappé le circuit de Losail, qui s'est gorgé d'eau au point de ne pouvoir l'évacuer dans certaines portions de la piste. Malgré tous les efforts des équipes dépêchées pour nettoyer la piste et ses abords, il n'a pas été possible d'obtenir une situation acceptable permettant aux pilotes d'entrer en action.

"Le problème principal de cette piste, c'est qu'il n'y a de drainage nulle part", résume Loris Capirossi. "Dans la voie de dégagement du virage 8 nous avons une sorte de lac. Le problème, c'est que sans drainage l'eau remonte. Quand on a beaucoup de pluie, il n'y a pas de drainage. Nous avons essayé d'évacuer l'eau avec des pompes, mais à peine nous pensions que c'était résolu, au bout de dix minutes, ça ressortait à nouveau. Nous n'avons jamais résolu le problème. C'est la raison pour laquelle nous continuons à y travailler et la situation est maintenant un peu meilleure, mais la piste n'est pas prête pour l'instant."

"Les pires portions sont le freinage du virage 1, un peu le virage 3, le freinage du virage 4 et le virage 10. Le travail que nous souhaitons réaliser ce soir, c'est de faire des trous et de placer des pompes à l'intérieur pour essayer d'évacuer toute l'eau", explique-t-il. "Nous pouvons continuer toute la nuit et s'il pleut encore demain matin, nous devrons continuer ce travail. Il n'y a rien d'autre à faire, nous essayons juste d'évacuer autant d'eau que possible."

Dans l'état actuel des choses, la priorité est de trouver la meilleure solution possible pour la suite de ce Grand Prix, mais dans l'optique de la prochaine édition du Grand Prix du Qatar, le cahier des charges est clair. "Il est certain que pour l'année prochaine, il faut faire des travaux pour le drainage", assène Loris Capirossi.

Le travail mené actuellement pour évacuer l'eau va se poursuivre inlassablement dans les heures à venir, afin de tenter par tous les moyens de garantir le bon déroulement des courses dimanche. "Nous avons décidé de rallonger un peu le warm-up pour les trois catégories, elles auront chacune 30 minutes, et nous espérons vraiment avoir une météo clémente, parce que ce soir nous allons continuer à travailler et essayer de résoudre le problème autant que possible."

"Nous avons décidé de ne pas disputer les qualifications demain matin parce que nous avons besoin de travailler toute la journée pour essayer d'avoir les meilleures conditions de piste pour la fin de l'après-midi et la soirée", précise Loris Capirossi. "Il semble que demain matin aussi il va pleuvoir et il semble que la pluie va cesser à partir de 11h puis que ce sera bien pour tout l'après-midi. Espérons-le ! On croise les doigts, mais on ne peut pas contrôler la météo."

Pas de qualifications dimanche

À quoi faut-il s'attendre pour dimanche ? Encore une fois, tout dépend de la météo, car d'après l'ancien pilote une forte pluie empêcherait la bonne tenue des courses, quelle que soit l'heure. En revanche, si la pluie est faible, les pilotes auront la possibilité d'évaluer les conditions de piste et d'avoir voix au chapitre.

"Demain, s'il pleut de nuit et que nous n'avons pas beaucoup d'eau stagnante en piste, nous pouvons envoyer les pilotes en piste pour comprendre la situation. Imaginons que nous avons une légère averse et que cela cesse, si les pilotes prennent la piste et disent que les conditions sont acceptables, alors nous pouvons courir et faire tout normalement."

"Par contre, s'il y a beaucoup de pluie, pour moi c'est presque impossible et si jamais demain soir on a un désastre comme aujourd'hui, nous pourrons trouver une autre solution", précise Loris Capirossi, ajoutant que ladite solution pouvait être de courir lundi soir, comme ce fut le cas en 2009.

Article suivant
La grille de départ du GP du Qatar MotoGP

Article précédent

La grille de départ du GP du Qatar MotoGP

Article suivant

Márquez vise le podium, peu importe la météo

Márquez vise le podium, peu importe la météo
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP du Qatar
Catégorie Qualifications
Lieu Losail International Circuit
Pilotes Loris Capirossi
Auteur Léna Buffa
Type d'article Actualités