Pole position et podium : Aleix Espargaró affiche ses ambitions

Aleix Espargaró a très vite confirmé le potentiel de son Aprilia à l'entame du Grand Prix du Qatar. Désormais, il en est convaincu, il faudra compter sur lui dans la lutte pour la pole position et le podium.

Pole position et podium : Aleix Espargaró affiche ses ambitions

Particulièrement enthousiaste à l'issue des tests de pré-saison, Aleix Espargaró a eu le temps de gamberger pendant les deux semaines de pause, se remémorant ses espoirs déçus par le passé, et notamment la désillusion de l'an dernier lorsque son Aprilia avait déjà affiché des progrès notables pendant l'intersaison avant de rentrer dans le rang à l'entame des Grands Prix. Mais, vendredi, lors du premier jour officiel du championnat, le pilote espagnol s'est très vite rassuré.

Dès les EL1, il a d'emblée titillé les favoris en faisant partie des premiers leaders. Si les Ducati et les Yamaha ont pris l'avantage, il n'est jamais sorti du top 5 et a même fini par reprendre momentanément les commandes à moins de deux minutes de la conclusion, pour finalement n'être battu que par la dernière attaque de Franco Morbidelli.

En EL2, dans des conditions plus favorables, rebelote ! Et cette fois, un tour bouclé en 1'53"7 au terme du premier tiers de la séance lui a même permis de se maintenir à la place de leader jusqu'à la phase finale de time attack. Son chrono lui a finalement valu la huitième place, qui pourrait s'avérer suffisante pour accéder directement à la Q2 cet après-midi compte tenu de la difficulté attendue à faire baisser les temps en EL3.

Lire aussi :

"Franchement, je suis très content parce qu'avec les conditions très chaudes [en EL1] j'ai réussi à être très rapide et j'ai terminé deuxième. [En EL2] je crois avoir été le seul à réussir à enchaîner quatre tours en 1'53, ce qui est assez impressionnant ici !" se réjouit le pilote espagnol. "Je suis juste un petit peu en colère, parce qu'avec mon dernier pneu j'ai rencontré du trafic, avec Nakagami et Martín, alors que j'étais convaincu de pouvoir me battre pour la première place. Mais ce n'est que vendredi ! Les pilotes, on veut toujours être au top, et vu comment je me sens bien actuellement, je veux utiliser cette opportunité pour me battre au sommet."

Avec une Aprilia qui a pu être développée pendant l'hiver et semble avoir franchi un cap important, Espargaró est soulagé de voir que son ressenti des tests se confirme.

"Franchement, je suis très à l'aise avec la moto, elle me plaît beaucoup. Je dirais qu'elle est un tout petit peu mieux par rapport aux tests parce que j'arrive un peu plus facilement à être rapide", explique-t-il. "J'ai reconfirmé que je me sens très fort, parce que j'ai fait un 1'53"7 dans mon premier tour avec mon premier pneu tendre, ce qui est vraiment très rapide. Malheureusement, à cause du trafic, je n'ai pas pu descendre en petits 1'53."

"Après les tests, je me sentais très bien avec la moto, mais j'avais quelques doutes parce que par le passé on a eu quelques problèmes. Et puis, ce n'étaient que des tests et parfois on ne veut pas réaliser à quel point c’était bon. Mais [vendredi], je me suis immédiatement senti très bien, très à l'aise."

Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini

La pole position est possible, la victoire pas encore ?

Après un si bon départ, Aleix Espargaró se prend désormais à rêver d'une suite glorieuse pour ce premier Grand Prix de la saison. S'il reste prudent quant à ses chances pour la course, estimant que la RS-GP n'est pas encore prête pour la victoire, les premières places en qualifications constituent en revanche sa prochaine cible.

"Ce ne sont que les EL2. On est dans le top 10, ce qui est l'objectif principal pour le vendredi et je suis sûr que [samedi] on pourra se battre pour la première ligne", garantit-il au site officiel du MotoGP. Une première qualification à l'une des trois premières places est donc envisageable pour Aprilia ? "Oui. Je me sens très bien sur la moto, je me sens fort. Je n'aime pas dire que les chronos arrivent facilement, mais je suis assez détendu quand je pilote cette moto. Je suis donc sûr de pouvoir me battre pour la pole position. Je ne sais pas si ce sera suffisant, parce que quand les Ducati déploient toute leur puissance sur le tour lancé c'est très difficile, on perd beaucoup de terrain en ligne droite. Notre moto est la plus lente de la grille, donc ça ne sera pas facile sur un tour lancé, mais je vais faire de mon mieux, au moins pour me battre pour la première ligne."

Lire aussi :

Quid de la course ? "On verra après les qualifs comment planifier la course. Je suis aussi curieux de voir comment se comportera la moto en course. Les ailettes sont complètement différentes cette année, alors je ne sais pas quel effet cela aura quand je serai derrière une autre moto. J'ai roulé complètement seul toute la journée, alors je ne sais pas quel sera l'impact quand je serai en groupe. Et puis, il faudra aussi voir l'usure du pneu arrière, la consommation de carburant... Il y a donc beaucoup de choses qu'il faut qu'on découvre."

"On n'est pas prêts pour gagner, c'est clair, mais la moto est bien meilleure", poursuit Espargaró. Et si la moto n'est pas prête pour la victoire, le podium est-il envisageable ? "Oui. En ce qui me concerne, je suis pleinement confiant de pouvoir y arriver. Je suis prêt. Je ne sais pas si c'est bien de dire cela, mais j'ai le sentiment de super bien piloter la moto. [Vendredi], quand tout le monde était encore en 1'54 au début de la séance, j'ai tourné en 1'53"7, ce qui est un chrono très rapide. Alors, oui, je sens que je suis prêt à me battre pour les premières places, mais quand on commence la course avec un réservoir plein et une nouvelle moto il y a beaucoup de choses à découvrir. Il va falloir qu'on avance pas à pas, c'est clair, mais je pense qu'on est à un très bon niveau."

"Je ne sais pas à quel point je serai rapide cette année, mais je suis sûr d'une chose, c'est que je vais aimer rouler, et pour moi c'est très important. À 31 ans, c'est très difficile psychologiquement de rester ici et de beaucoup souffrir. Je prends beaucoup de plaisir avec cette moto et c'est la première fois. Quand on prend beaucoup de plaisir, il est assez facile d'être rapide et c'est le plus important. Je ne sais pas si dimanche je finirai sixième, huitième ou si je vais gagner, mais en tout cas je vais prendre du plaisir."

partages
commentaires

Voir aussi :

Joan Mir fulmine : "Sur la piste, être champion ne vaut rien"

Article précédent

Joan Mir fulmine : "Sur la piste, être champion ne vaut rien"

Article suivant

EL3 - Morbidelli mène, Marini surprend, Miller chute encore

EL3 - Morbidelli mène, Marini surprend, Miller chute encore
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021