Aleix Espargaró et Aprilia toujours plus proches du podium

Aleix Espargaró continue de croire le podium possible pour Aprilia cette saison, bien qu'il ait vu une nouvelle opportunité lui échapper à Portimão, de peu.

Aleix Espargaró et Aprilia toujours plus proches du podium

Aleix Espargaró a admis qu'il s'attendait à un peu plus du Grand Prix du Portugal, troisième manche de la saison. Il a pourtant décroché son meilleur résultat de ce début de championnat, et plus largement depuis le GP d'Aragón 2018, une sixième place assortie une nouvelle fois d'un écart réduit sur la tête de la course, puisqu'il n'a concédé que 8"8 au vainqueur, soit la moitié moins que lors de l'édition précédente de cette course, disputée en novembre dernier.

"Ce n'était pas mal, mais sincèrement je m'attendais à un peu plus", a souligné le pilote Aprilia, qui s'est dit "assez sûr" de pouvoir se battre pour le podium après le warm-up, où il avait pu afficher un rythme élevé en pneus usés. "J’ai commencé le warm-up avec un pneu arrière qui avait déjà dix tours, quand j’ai fini il en avait 20, et j’ai réussi à terminer en 1’39 mais je n’ai pas pu rééditer cela en course. Je n'avais aucun grip, je pense en raison des températures de piste, [qui étaient] de 32/35°C. J'étais très nerveux au début, car je ne pouvais pas accélérer, j'ai fait deux ou trois highsides. Et puis, tour après tour, j'ai lentement commencé à récupérer des places."

Lire aussi :

Huitième à l'issue du premier tour, Espargaró a joué des coudes avec Franco Morbidelli, Marc Márquez et Jack Miller en début de course, avant de se stabiliser à nouveau à la huitième place, derrière Brad Binder. L'écart avec le pilote KTM a toutefois lentement augmenté de tour en tour, jusqu'à rendre tout dépassement impossible pour l'Espagnol. Les deux dernières places gagnées l'auront été à la faveur des chutes à l'avant de la course.

"Dans la dernière partie de la course, j'ai réussi à rouler en 1’39, mais le problème c'est que le pilote qui était devant moi, Binder, était encore plus rapide. C’était incroyable parce que j’étais de plus en plus rapide tour après tour et je roulais en 1’39 mais je n'arrivais pas à rattraper les gars du podium. C'est donc un peu frustrant", a admis Espargaró, conscient toutefois qu'il confirme course après course un niveau supérieur à celui de la saison dernière. "Nous avons prouvé une fois de plus que nous ne sommes toujours pas parfaits pour nous battre pour la victoire et pour le podium, mais que nous en sommes vraiment très proches. On est P6 au championnat donc on a une bonne moto, un bon équilibre, mais il faut encore franchir une dernière marche en matière de compétitivité."

Le podium ? "Nous n'attendrons pas l'année prochaine"

Les progrès accomplis par Aprilia pendant l'intersaison ne font plus de doute, néanmoins Aleix Espargaró les modère quelque peu lorsqu'il s'agit de se projeter vers son idée fixe, à savoir monter enfin sur le podium. Se montrer aux avant-postes, même régulièrement, c'est une chose, mais réussir à figurer parmi les trois premiers sous le drapeau à damier requiert un effort supplémentaire, pas si évident.

"La différence entre chaque pilote et chaque machine en MotoGP est toujours plus petite. L'année dernière nous n'étions pas si mal et cette année nous ne sommes pas si bons, mais nous sommes un peu plus proches. Et puis mon feeling avec la moto s'est un peu amélioré, donc ma confiance a augmenté. C’est comme un cycle. Pas à pas, on se rapproche des meilleurs pilotes. Mais oui, la moto est certainement plus compétitive, sinon je ne pourrais pas me battre, cependant nous devons encore travailler un peu sur certains points", juge-t-il.

"Lorsque je suis seul en piste, je peux prendre des trajectoires différentes, avec plus de vitesse de passage. Je peux être plus compétitif que lorsque je suis en groupe. Dans la course, j'ai eu beaucoup de mal à suivre Binder, alors que quand j'étais seul, parce qu'il s'éloignait, je pouvais prendre mes trajectoires et je pense que j'étais l'un des pilotes les plus forts en 1'39 dans la dernière partie de la course, mais c’était trop tard."

"Je pense que [ça va venir] petit à petit, la saison est très longue", estime Espargaró, tout de même enthousiasmé par un début de championnat indéniablement prometteur, avec trois entrées dans le top 10 et déjà 25 points obtenus (contre 42 sur l'ensemble de la saison dernière), en plus de ses multiples apparitions aux premières places des séances d'essais.

"Nous sommes P6 au championnat. Je me suis plus ou moins battu dans le groupe du podium dans les trois courses, donc cela me donne beaucoup de confiance. Petit à petit, je pourrai améliorer ma confiance et me battre pour le podium", assure-t-il. "En tout cas, je suis globalement satisfait de ma performance. Nous sommes très rapides et mettre la moto dans le top 6 en MotoGP, je pense que c'est quelque chose d'important pour Aprilia. Mais je crois qu'à Jerez, nous pourrons être encore plus proches. Donc, petit à petit, je pense que cette année nous serons sur le podium, [j'y crois] à 100%. Nous n'attendrons pas l'année prochaine."

Avec Chloé Millois

partages
commentaires

Voir aussi :

Quartararo se rassure, mais ne veut pas penser au championnat

Article précédent

Quartararo se rassure, mais ne veut pas penser au championnat

Article suivant

Triple opération réussie pour Martín, qui vise le Mugello

Triple opération réussie pour Martín, qui vise le Mugello
Charger les commentaires
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021