Course - Aleix Espargaró et Aprilia dans le cercle des vainqueurs !

Aleix Espargaró a fait rimer la première pole position MotoGP d'Aprilia avec une première victoire historique, tant pour lui, qui disputait son 200e Grand Prix dans la catégorie reine, que pour le constructeur.

Charger le lecteur audio

Le retour du MotoGP en Argentine a offert un moment historique, celui de la première victoire d'Aprilia depuis la création du MotoGP, il y a vingt ans, et du premier succès tant attendu d'Aleix Espargaró, meneur des troupes de Noale et déjà auteur de leur premier podium et de leur première pole position.

Après une journée de samedi dominée par le pilote au numéro 41 avec à la clé cette première pole d'Aprilia en MotoGP, c'est le deuxième homme de la grille, Jorge Martín, qui a le mieux réussi le départ de cette troisième course de la saison MotoGP, en Argentine. Meilleur homme en qualifications en ce début de championnat, l'Espagnol du team Pramac partait avec l'intention de se rattraper après deux abandons sur chute au Qatar et en Indonésie, et son envol parfait l'a d'emblée placé dans les meilleures conditions pour y parvenir.

Tandis que Martín s'installait immédiatement en tête avec un premier tour parfaitement réussi, Aleix Espargaró a brièvement bataillé contre Luca Marini, qui partait troisième, pour réussir à se maintenir à une solide deuxième place en dépit d'un envol moyen. Très vite, l'Espagnol a repris du poil de la bête et, semant ses autres adversaires, il s'est installé dans la roue de Martín, dessinant un leadership à deux têtes qui allait tenir jusqu'au bout de cette épreuve.

Derrière eux, Álex Rins avait réussi un bon départ depuis la septième place sur la grille mais cela lui a surtout valu de se trouver au coude à coude avec Pol Espargaró, qui l'a finalement passé avant la fin du premier tour avant de prendre aussi l'avantage sur Marini. Résistant valeureusement dans ce groupe de poursuivants des deux leaders, le pilote VR46 s'est vite retrouvé en sandwich entre les deux Suzuki, ce trio devançant la deuxième Aprilia pilotée par Maverick Viñales, qui avait perdu une poignée de places après sa qualification dans le top 5.

Ce groupe était encore très compact après les cinq premiers tours, jusqu'à la neuvième place occupée par Pecco Bagnaia derrière Brad Binder. À l'avant, en revanche, l'écart était fait avec un Jorge Martín et un Aleix Espargaró se répondant d'un tour à l'autre avec les meilleurs temps de la course.

Profitant d'une erreur de Pol Espargaró, Rins a pris en charge la poursuite du binôme de tête à partir du huitième tour, s'attaquant aux deux secondes d'avance qu'il fallait à présent chercher à combler. Sous l'impulsion du pilote Suzuki, le plus rapide en piste lorsqu'il a pris l'avantage, la hiérarchie s'est resserrée à l'avant. Une erreur d'Aleix Espargaró a également contribué à réduire l'écart à combler par Rins, alors que Joan Mir se détachait pour sa part du groupe suivant pour s'isoler en cinquième position. Ce groupe de poursuivants était désormais composé de quatre pilotes, tous plus impatients les uns que les autres : Viñales, Marini, Bagnaia et Brad Binder.

Derrière eux, Enea Bastianini, leader du championnat au départ de cette course, s'apprêtait à laisser filer de gros points, occupant la dixième position à ce stade. Durant cette première moitié de la course, il était toutefois mieux loti que Fabio Quartararo. Douzième à la fin du premier tour, le Français avait rétrogradé encore d'un cran à la faveur de Johann Zarco dans les tout premiers tours, et il allait se maintenir derrière le pilote Pramac jusqu'à la chute de celui-ci dans le sixième tour, parti à la faute dans le virage 2.

Par la suite, Quartararo a pu se défaire de Takaaki Nakagami pour se porter à la 11e place, qu'il a ensuite longuement conservée. La perte de rythme progressive de Marini a permis à Bastianini et Quartararo de recoller sur la Ducati du team VR46 pour tenter de continuer à se hisser dans la hiérarchie. Bastianini s'est toutefois manqué à cet instant, alors qu'il restait dix tours à parcourir, ce qui lui a fait perdre cinq places et a ouvert la voie à Quartararo.

Rins seul poursuivant des deux leaders

À l'entrée dans ces dix derniers tours de la course, Pol Espargaró était quatrième, avec près d'une seconde de marge sur Mir, et pouvait encore parfaitement espérer monter sur le podium lorsqu'il est parti à la faute, dans le virage 2. Devant, Aleix Espargaró tenait toujours le rythme de Martín, qu'il avait rattrapé après sa petite erreur, et Rins était désormais le seul poursuivant des deux hommes, avec un peu moins de deux secondes d'avance sur Mir, quatrième.

Ne cessant de mettre Martín sous pression, Aleix Espargaró a trouvé une première fois l'ouverture à huit tours de l'arrivée, mais sa prise de pouvoir fut brève, le pilote Pramac profitant de son entrée trop longue dans le virage 5 pour immédiatement se replacer devant. Deux tours plus tard, le pilote Aprilia a tenté de rééditer cette même attaque, mais son freinage à nouveau retardé a rouvert la même porte à Martín pour que le leadership ne change pas de mains.

La troisième tentative finira par être la bonne ! À cinq tours de l'arrivée, Aleix Espargaró a cette fois réussi son attaque et repris les rênes de cette course, obligeant son adversaire à inverser les rôles et à lui-même tenter de faire pression. Les efforts du pilote Pramac resteront vains et c'est en total contrôle qu'Aleix Espargaró a filé vers la première victoire de sa carrière, au terme de son 200e Grand Prix dans la catégorie reine. Un jour tout bonnement historique pour le pilote espagnol ainsi que pour Aprilia, dont il s'agit du premier succès avec la RS-GP !

Quartararo finalement huitième

À la troisième place d'Álex Rins à l'arrivée vient s'ajouter la quatrième de Joan Mir, pour un bilan finalement solide pour Suzuki. Pecco Bagnaia sauve quant à lui une cinquième position plutôt satisfaisante après un troisième week-end compliqué pour le pilote officiel Ducati, suivi à l'arrivée par Brad Binder et Maverick Viñales.

Quartararo a bel et bien réussi à dépasser Marini à sept tours de l'arrivée, pour faire main basse sur la huitième place. Bastianini a pour sa part pu remonter jusqu'à la dixième position, devancé par le rookie Marco Bezzecchi, alors que Marini est descendu au 11e rang. Les derniers points sont revenus à Nakagami, Oliveira, Miller et Álex Márquez.

Andrea Dovizioso a connu une course bien compliquée. Alors que de la fumée avait déjà alerté autour de sa moto pendant la procédure de mise en grille, s'échappant d'un générateur du team RNF servant à la préchauffe des pneus, le pilote italien a dû passer par les stands dès le début de la course, visiblement en proie à un problème lié à son holeshot device. Dans le huitième tour, c'est Franco Morbidelli qui a été contraint d'abandonner, touché par une crevaison à l'arrière. À noter également la chute de Fabio Di Giannantonio à deux tours de l'arrivée, alors qu'il était 19e.

Lire aussi :

Argentina GP d'Argentine MotoGP

P. # Pilote Moto Écart Intervalle
1 41 Spain Aleix Espargaró Aprilia    
2 89 Spain Jorge Martín Ducati 0.807 0.807
3 42 Spain Álex Rins Suzuki 1.330 0.523
4 36 Spain Joan Mir Suzuki 1.831 0.501
5 63 Italy Pecco Bagnaia Ducati 5.840 4.009
6 33 South Africa Brad Binder KTM 6.192 0.352
7 12 Spain Maverick Viñales Aprilia 6.540 0.348
8 20 France Fabio Quartararo Yamaha 10.215 3.675
9 72 Italy Marco Bezzecchi Ducati 12.622 2.407
10 23 Italy Enea Bastianini Ducati 12.987 0.365
11 10 Italy Luca Marini Ducati 13.962 0.975
12 30 Japan Takaaki Nakagami Honda 14.002 0.040
13 88 Portugal Miguel Oliveira KTM 14.456 0.454
14 43 Australia Jack Miller Ducati 14.898 0.442
15 73 Spain Álex Márquez Honda 23.472 8.574
16 25 Spain Raúl Fernández KTM 25.862 2.390
17 87 Australia Remy Gardner KTM 28.711 2.849
18 40 South Africa Darryn Binder Yamaha 28.784 0.073
19 6 Germany Stefan Bradl Honda 31.943 3.159
20 4 Italy Andrea Dovizioso Yamaha 3 Laps 3 Laps
  49 Italy Fabio Di Giannantonio Ducati    
  44 Spain Pol Espargaró Honda    
  21 Italy Franco Morbidelli Yamaha    
  5 France Johann Zarco Ducati    
partages
commentaires

LIVE Streaming - Suivez le GP d'Argentine MotoGP en direct !

Championnat - Aleix Espargaró leader pour la première fois