Aleix Espargaró : "À chaque fois que j'attaque, je tombe"

Visiblement encore plus affecté par les bosses que les autres pilotes, Aleix Espargaró est en grande difficulté sur le Circuit des Amériques. Le pilote Aprilia est tombé quatre fois et s'élancera en fond de grille.

Aleix Espargaró : "À chaque fois que j'attaque, je tombe"
Charger le lecteur audio

Quatre chutes en six séances disputées. Aleix Espargaró est à la peine depuis le début du week-end, au guidon d'une Aprilia particulièrement sensible aux nombreuses bosses du circuit d'Austin. Une nouvelle chute en Q1 le contraindra à un départ de la 19e place, son plus mauvais résultat de l'année, la Q2 ne lui ayant échappé qu'au Mans jusque-là. Espargaró peine à trouver une explication à son incapacité à appréhender les bosses depuis les premiers tours de roues au Texas.

"C'est un week-end très frustrant pour moi parce que je n'ai pas de véritable explication sur ce qu'il se passe", reconnaît le Catalan. "Évidemment, les bosses touchent tout le monde de la même façon, mais ça cause beaucoup de problèmes pour moi. Je ne sais pas comment gérer ça : je suis tombé quatre fois toute la saison [dix en réalité, ndlr] puis quatre fois dans les 48 dernières heures. Donc c'est très étrange parce que la moto est exactement la même qu'à Misano et que là-bas, j'étais performant en course, puis dans le test j'ai fini en tête le deuxième jour."

"On est arrivés ici et je n'ai pas la vitesse. Je chute, je chute, je chute. À chaque fois que j'attaque, je tombe. Je pense qu'on n'est pas aussi mauvais que ce que fait croire la position mais le problème est juste le niveau de sécurité de la piste. À que fois que j'essaie d'être un peu plus rapide, je chute. Évidemment, les bosses affectent beaucoup notre moto. On verra si l'équipe peut m'aider un peu pour [la course] et si on peut trouver une solution parce que ça sera une grosse journée de travail sur les motos."

Lire aussi :

Les changements habituels pour encaisser des bosses, qui consistent à rallonger et rehausser la moto, n'ont pas porté leurs fruits, mais les problèmes de l'asphalte n'expliquent pas à eux seuls les difficultés d'Aleix Espargaró ce week-end, même si le Catalan est l'un des plus virulents quant à l'état du circuit. Performant sur tous les types de tracés cette année, il doit cette fois composer avec une Aprilia à la peine au Texas : "Ce n'est pas facile, parce que ma moto fonctionne bien sur toutes les pistes du calendrier. J'ai été plus performant sur certaines que sur d'autres mais la moto a été été globalement performante."

"Ce n'est pas facile de changer les réglages de la moto, de l'adapter aux bosses. Je peux jouer un peu sur la géométrie, rendre la moto plus douce. Mais ce n'est pas facile d'adapter la moto aux bosses, peut-être qu'on aura une moto douce mais elle ne tournera plus. Donc ça ne peut pas continuer comme ça. Je fais tout pour qu'Aprilia améliore la moto pour [la course], mais le problème vient de la piste."

Aleix Espargaró ne peut pas se reposer sur les données d'une autre machine en raison du forfait de Maverick Viñales, que l'équipe a décidé de ne pas remplacer, mais il ne voit pas dans sa solitude dans le garage Aprilia la source de ses difficultés : "C'est sûr que ça n'aide pas, ça serait très bien d'avoir Maverick ici parce qu'il est très rapide, aussi en Amérique, où il a été très performant par le passé. Mais dans les débriefings, on a aussi vérifié les commentaires des deux pilotes Aprilia par le passé et ça a toujours été la même chose."

"Cette piste est très difficile pour nous, donc cette année les problèmes sont deux fois plus gros parce que la piste s'est beaucoup dégradée. Donc je pense que si Maverick était là, ça serait aussi un cauchemar pour lui. Mais c'est comme ça. J'essaie toujours de voir le positif et c'est que tous les cerveaux des ingénieurs sont tournés sur ma moto pour [la course] et j'espère qu'ils pourront trouver une petite solution."

Lire aussi :

partages
commentaires
Dovizioso reste en phase d'apprentissage sur la Yamaha
Article précédent

Dovizioso reste en phase d'apprentissage sur la Yamaha

Article suivant

Course - Márquez sans rival, Quartararo fait la bonne opération

Course - Márquez sans rival, Quartararo fait la bonne opération
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021