La frustration et l'empressement ont piégé Aleix Espargaró en course

Aprilia a vu son leader chuter dès le début du Grand Prix d'Espagne, alors que l'équipe s'est selon lui "complètement perdue" au cours du week-end.

La frustration et l'empressement ont piégé Aleix Espargaró en course

Aleix Espargaró l'avait lui-même annoncé avant le départ de la première course de Jerez : il lui faudrait faire preuve de patience dans les premiers tours, puis capitaliser sur les bonnes performances de son Aprilia lorsque ses adversaires auraient le plus pâti du manque de grip, pour atteindre son objectif et se classer dans le top 10. Il n'a toutefois pas été plus loin que le deuxième tour, justement piégé par son empressement.

"Je suis vraiment désolé qu'on ait commencé avec une chute, pour l'équipe et toutes les personnes impliquées dans ce projet", déplore le pilote espagnol, qui plaide coupable. "Je me sentais très bien et peut-être que j'étais trop nerveux. J'ai essayé de dépasser, je me sentais beaucoup plus fort qu'Oliveira et Petrucci. Je me suis un peu précipité, j'ai fait une erreur et je suis tombé."

Lire aussi :

"J'ai pris un bon départ, j'ai passé Nakagami et j'étais proche de Morbidelli, mais au premier virage je n'avais pas de place, j'étais complètement bloqué. Plusieurs pilotes venus de derrière ont gagné des places en passant par l'extérieur, ce qui est risqué, mais fonctionne parfois", raconte-t-il. "J'étais donc très frustré dans le premier tour quand j'ai vu certains pilotes devant moi, j'étais très en colère et j'ai un peu perdu ma sérénité parce que je me sentais beaucoup plus fort et plus rapide qu'eux, la moto était bien."

"Je pensais pouvoir obtenir un très bon résultat, mais il faut bien sûr se souvenir qu'avec un réservoir plein on ne peut pas prendre autant de risques qu'on le voudrait parce qu'on perd très facilement l'avant. C'est ce qui m'est arrivé et je me sens vraiment désolé, mais aussi très frustré."

Très en vue pendant les essais hivernaux, la nouvelle RS-GP a selon son pilote le potentiel pour offrir à Aprilia sa meilleure saison depuis son retour dans la catégorie. Seulement, sur ce premier Grand Prix, l'équipe de Noale a semblé manquer le coche et Espargaró admet lui-même un certain cafouillage. Au départ de la course, il disposait toutefois d'une machine qui lui transmettait d'assez bonnes sensations pour se mettre en valeur sur la durée de l'épreuve.

"On s'est perdu pendant le week-end dans les réglages de la moto. On est revenu à une moto très proche de celle que je pilotais aux tests de la Malaisie et du Qatar. Je me suis senti très, très fort au warm-up", assure-t-il. "Je me sentais bien, je me sentais fort parce que ma moto est bien meilleure quand il fait chaud que le matin quand tout le monde bénéficie d'un meilleur grip. Je suis donc très en colère parce que j'ai perdu une bonne opportunité."

"Je suis vraiment désolé parce que je suis sûr que la moto avait le potentiel pour finir dans le top 8, clairement, mais j'ai fait une erreur. J'espère qu'on pourra en tirer des leçons, mieux commencer le week-end prochain et être mieux placés sur la grille, sinon il est très difficile de faire une bonne course. On a eu [dimanche] quelques exemples de pilotes qui avaient un rythme très lent, mais qui ont fini dans le top 8 parce qu'ils s'étaient très bien qualifiés. C'est ce qu'on doit essayer de faire."

Dès vendredi, travailler sur le tour lancé

Espargaró et son équipe admettaient au cours du week-end que les choses ne se passaient pas exactement comme espéré, mais le coup de grâce est arrivé avec les qualifications, dont il n'a obtenu que le 16e temps, ce qui a finalement trop pesé sur son début de course le lendemain au point de le pousser à la faute. Pour le second Grand Prix disputé à Jerez dès cette semaine, l'objectif est donc clair : conserver cette aisance sur le rythme, mais progresser sur le tour lancé afin de mieux se qualifier et de moins se compliquer la vie.

Lire aussi :

“Normalement, après une course je ne veux qu'une chose, c'est rentrer à la maison et être avec ma famille, mais là j'aurais aimé pouvoir courir à nouveau dès le lendemain parce que j'ai le sentiment que ce qu'on a montré ne reflète pas la réalité. On s'est complètement perdu à cause d'un problème avec le frein moteur et l'embrayage, et je suis parti très loin sur la grille. Mais je suis certain que le niveau et le rythme que je peux afficher au guidon de l'Aprilia, sur cette piste et avec cette chaleur, sont beaucoup plus proches du podium que du top 10 ou 15."

“Heureusement, on sera de nouveau en piste vendredi. Je pense que le plus important sera de se concentrer vendredi, dès le début, sur le tour lancé. Je sais que j'ai un bon rythme, je sais que je suis assez fort pour supporter la course physiquement, mais il faut qu'on soit beaucoup plus proche de la pole position, sinon c'est très difficile parce que l'accélération n'est pas le point fort de l'Aprilia et si je suis 15e dans le premier tour, ça me rend la vie très difficile pour dépasser."

Le pilote espagnol retient néanmoins un point très positif, l'absence de problèmes de fiabilité sur le moteur de l'Aprilia en dépit de la forte chaleur qui règne sur Jerez. Si ses tours/minute avaient été réduits afin de ménager le moteur, il assurait à la fin du week-end qu'il ferait le forcing auprès de son équipe pour que le compteur remonte en vue du second Grand Prix.

partages
commentaires
Puig remet en question la légitimité d'un titre sans Márquez

Article précédent

Puig remet en question la légitimité d'un titre sans Márquez

Article suivant

GP d'Espagne : la réaction des rookies

GP d'Espagne : la réaction des rookies
Charger les commentaires
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021
Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales Prime

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Sa victoire autoritaire lors de la manche d'ouverture du championnat intervient alors que Maverick Viñales vit une période de changement personnel et professionnel. Est-ce le tremplin vers une lutte pour le titre plus concrète qu'elle ne l'a été par le passé ?

MotoGP
30 mars 2021