Espargaró efficace avec un pilotage qui n'est "pas le plus beau"

Moins agressif sur sa moto que la jeune génération, Aleix Espargaró reste très performant et y voit même un avantage pour préserver les pneus.

Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team

Aleix Espargaró est le vétéran du plateau... et pas seulement en raison de son âge ! Sa façon de mener son Aprilia tranche avec la jeune génération, que Marc Márquez a décrit comme ayant un pilotage agressif, avec beaucoup de vitesse de passage en courbe et toujours plus d'angle, des caractéristiques qui s'atténuent quand ils prennent conscience du besoin de préserver les pneus.

"La jeune génération arrive en MotoGP et pilote différemment", détaillait le pilote Gresini à Portimão. "J'utilisais le coude et maintenant, ils utilisent l'épaule ! [Jorge] Martín, Pedro et d'autres pilotes jouent beaucoup sur le corps. C'est l'un des éléments qu'il faut comprendre dans le pilotage."

"On voit qu'Aleix Espargaró est super rapide avec un pilotage complètement à l'ancienne", a ajouté Márquez. "Il faut s'adapter avec ses performances, sa moto et son équipe pour trouver la meilleure chose."

Espargaró n'a pas vécu l'entame de saison qu'il espérait, avec la huitième au Qatar comme au Portugal, mais il a décroché un total de trois succès au cours des deux dernières saisons et son pilotage l'a notamment aidé à faire la différence lors du GP de Catalogne l'an dernier, où de nombreux pilotes se plaignaient d'un manque d'adhérence. Il parvient souvent à mieux préserver ses gommes, ce qu'il attribue à son style plus doux sur la moto.

"Ces deux dernières années, avec Romano [Albesiano, directeur technique d'Aprilia] et les ingénieurs, on a essayé d'analyser les bénéfices et les points négatifs du fait de piloter comme ça, et il s'avère que ça affecte pas mal les pneus", a décrit Espargaró. "À certains endroits, c'est bien et ailleurs pas tellement. Il ne fait pas partie des techniciens, mais il y a un gars très bien dans l'équipe qui est Matteo Baiocco et qui analyse tout, fait des vidéos, et on parle beaucoup de ça."

Lire aussi :

"Or il y a plein d'endroits où j'ai un gros avantage, plus que ce que pensent les gens. De nos jours, on n'a pas besoin de tellement pousser la moto en mettant la tête par terre, parce qu'on a beaucoup d'appui donc les motos sont beaucoup plus faciles à piloter. Donc si on enlève un peu de poids à certains endroits, on stresse beaucoup moins les pneus. Ça n'est pas le style de pilotage le plus beau, c'est sûr, mais c'est efficace."

Ce pilotage porte encore plus ses fruits sur l'Aprilia, dont le développement a surtout été mené par Espargaró ces dernières années, ce qui a mené à une machine totalement taillée pour ses caractéristiques. Miguel Oliveira a confié vouloir s'inspirer de ce pilotage peu agressif mais que sa taille plus petite rendait cela difficile. Espargaró reste en tout cas la référence chez Aprilia, ce dont il se réjouit.

"Ces dernières saisons, j'ai eu beaucoup de pilotes forts à mes côtés et on peut dire que je suis un très gros bosseur et ce que vous voulez, mais au final il faut aller vite, or je suis très rapide. Cette année il y a Raúl [Fernández], Miguel et Maverick [Viñales], qui sont super talentueux, alors ça veut dire que mon style de pilotage n'est pas si mauvais."

Avec Léna Buffa

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent La leçon que Davide Brivio retient de son expérience avec Valentino Rossi
Article suivant L'arrivée de Liberty ne changera pas la place du Moto2 et du Moto3

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France