Aleix Espargaró : "Mon cadeau pour Aprilia"

Aleix Espargaró s'est dit heureux et fier d'offrir une première pole position MotoGP à Aprilia, tout en assurant qu'il garde les pieds sur terre avant la course.

Aleix Espargaró : "Mon cadeau pour Aprilia"
Charger le lecteur audio

Pour son 200e Grand Prix en MotoGP, Aleix Espargaró a renoué avec la pole position, une première pour lui depuis 2015. Mais sa domination sur les qualifications du Grand Prix d'Argentine a surtout permis au pilote espagnol d'offrir une première pole à Aprilia depuis la création du MotoGP, un résultat qui est le fruit de l'immense travail abattu ces dernières années, après un premier podium décroché l'an dernier à Silverstone.

"Je suis très content et surtout fier de ce qu'on est en train de réaliser", a déclaré Espargaró, leader du programme tant dans le développement de la RS-GP qu'en course. "C'est ma sixième saison chez Aprilia et je sais d'où l'on vient, je sais combien j'ai souffert. Être [au guidon de] la moto la plus rapide au monde aujourd'hui, c'est quelque chose qui me rend heureux. Je sais que ça n'est pas super important, car c'est demain qu'on marque les points, mais pour un pilote sentir cette vitesse, sentir qu'on est le plus rapide, c'est toujours génial. Et c'est la première pole pour Aprilia, donc c'est un très beau moment."

"Je voudrais dédier cette pole position à tous ceux qui sont impliqués dans le projet MotoGP, pas uniquement sur le circuit mais aussi à Noale. Je suis très content, c'est mon cadeau pour tout le monde chez Aprilia", a ajouté le pilote espagnol, désireux de mettre en avant son équipe plutôt que sa performance personnelle aujourd'hui, bien qu'il puisse se targuer d'être en pole position pour la troisième fois dans la catégorie reine et, fait inédit, avec trois constructeurs différents.

"Je suis heureux et satisfait. Pour un pilote, c'est bien d'être rapide le samedi, car les sensations qu'on a pendant ce tour sont toujours particulières, c'est génial de sentir l'adrénaline de la vitesse. Mais ce qui me rendrait vraiment heureux, ce serait d'obtenir un bon résultat demain et de continuer à écrire l'Histoire pour Aprilia, car on n'est que samedi. Plus qu'à titre personnel, je suis content pour Aprilia", a-t-il souligné.

"Si Jorge [Martín] signe la pole, dans son stand ils sont normaux, car il le fait chaque week-end !" a-t-il ajouté en souriant. "Mais quand Aprilia le fait pour la première fois et que vous rentrez au stand, que vous voyez les visages de tout le monde, c'est une tout autre histoire. Ils sont super heureux, ça fait six ans qu'ils travaillent sur ce projet et ces petits moments de bonheur sont fantastiques. Je vois leurs visages chaque jour, ça fait longtemps que je travaille avec eux, donc c'est comme ma deuxième famille, et les voir heureux comme ça me rend moi-même très heureux. Et puis, tout le monde dans le paddock, que ce soient les journalistes ou les équipes, est très content et vient nous féliciter, alors c'est quelque chose qui me rend très content et très fier."

"Mais encore une fois, on n'est que samedi", s'est empressé d'ajouter Aleix Espargaró, chronométré à quelques millièmes du record de la piste aujourd'hui mais déjà tourné vers les 25 tours qui l'attendent demain en course. Lui qui a affiché son potentiel sur le rythme durant les deux heures d'essais libres réalisées aujourd'hui, il sait qu'il a une carte à jouer dimanche, mais ne veut pas s'emballer prématurément.

"Avec le pneu hard à l'avant, je me suis senti très bien aujourd'hui. Je peux freiner tard et maintenir une vitesse de passage très élevée. La moto a bien fonctionné aujourd'hui. Le rythme de course est très fort, mais on garde les pieds sur terre. On est juste samedi et c'est un Grand Prix spécial, parce qu'on n'a qu'un jour d'essais. On a beaucoup de choses à analyser ce soir et le warm-up sera rallongé demain. Petit à petit…"

"Cette pole position est une source de motivation supplémentaire pour moi. Demain je vais faire de mon mieux, essayer de pousser dès le premier tour. L'usure des pneus est assez bonne. On a fait du bon boulot en EL2 et le rythme est assez fort, alors je vais juste essayer d'être aussi détendu que possible et de faire de mon mieux."

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Miller pénalisé, Quartararo déplore un manque de "fair-play"

Jorge Martín : "Je me sens super confiant, on est de retour"