Aleix Espargaró sorti "renforcé" d'une année 2016 moralement difficile

Après avoir perdu ses sensations en 2016, l'Espagnol prend appui sur la confiance que lui apporte Aprilia pour se remettre sur le droit chemin.

Après avoir pris une part active dans le développement de la Suzuki, Aleix Espargaró a rejoint cette année Aprilia. Lui qui avait atteint le statut de pilote officiel avec la marque d'Hamamatsu, il assume désormais une responsabilité encore plus grande avec celle de Noale, dont il assume naturellement le rôle de pilote numéro un, aux côtés d'un Sam Lowes encore débutant et dont les premiers pas sont pour l'heure moins éclatants que ne l'avaient été ceux de Maverick Viñales à son arrivée en catégorie reine.

Ce nouveau rôle intervient alors qu'Espargaró avait perdu confiance l'an dernier. Et sa souffrance ne venait pas de l'ascension irrésistible de Viñales, mais bien de son propre niveau, qu'il jugeait décevant et frustrant. Son championnat avait d'ailleurs été marqué par 15 chutes, un score qui en fait son année la plus riche en accidents depuis qu'il court en MotoGP.

"Ça n'est pas parce que Maverick était devant que ça a été dur. On est encore très amis et je suis très content pour lui", assure le pilote espagnol. "Si j'avais eu un bon niveau et que je m'étais battu pour le top 5, alors j'aurais été content, et ce même s'il avait été devant moi. Des Maverick, on en trouve un sur un million, il remportera sûrement beaucoup de titres. Le problème, ça a été mon niveau. Ça a été un désastre. J'ai perdu le feeling avec le pneu avant, je n'arrêtais pas de tomber, et de là tu entres dans un trou dont il est très difficile de sortir. Ça a été le problème principal."

"Qu'une grande marque comme Aprilia m'ait choisi pour développer son projet, cela m'a fait sortir de ce trou, cela m'a fait croire à nouveau en moi et m'a transmis beaucoup de motivation", souligne Aleix Espargaró, qui s'était ému l'an dernier de la manière dont s'était déroulée la période des transferts, avant de sceller ce nouvel accord avec le constructeur italien.

"Pour moi, c'est une responsabilité", assure le pilote de 27 ans. "Au début, certains m'ont dit qu'étant donné que je venais de Suzuki, je rétrogradais et cela ne m'a pas plu. Aprilia a 54 titres, ils ont fait de belles choses à Noale, alors la responsabilité est grande. La moto a énormément progressé ces derniers mois. Maintenant c'est une vraie MotoGP, avec un niveau élevé, et être le pilote numéro un d'Aprilia, c'est une très grande responsabilité."

"Le meilleur moment de ma carrière"

Arrivé en MotoGP en 2009 pour quelques piges avec Pramac, Aleix Espargaró a disputé dans la foulée une première saison complète avec la Ducati satellite en 2010, avant de s'essayer au Moto2 durant un an. Revenu en 2012, il a d'abord fait les belles heures des catégories CRT et Open, avant de rejoindre Suzuki pour relever un défi encore inédit pour lui, celui de représenter officiellement un constructeur.

"J'aime me sentir en famille dans mon équipe et, même quand on se sent tout de suite bien, avoir le sentiment d'être en famille ne vient pas si vite, il faut du temps. À certains moments de ma carrière, surtout au début, j'ai donc commis beaucoup d'erreurs et c'est l'une des raisons qui expliquent que je n'ai jamais été devant. Si je pouvais revenir en arrière, c'est quelque chose que je changerais", pointe l'aîné des frères Espargaró, qui assure aujourd'hui se sentir à l'aise au sein de sa nouvelle équipe : "Il est important que l'on soit unis. Avec le team Gresini et Aprilia, je me suis tout de suite très bien senti. Ils ont énormément travaillé et c'est très important."

"À mon avis, je suis dans le meilleur moment de ma carrière", poursuit Aleix Espargaró. "Lors de ma première année avec Suzuki, c'était la première fois que j'étais pilote officiel et ça a été une bonne année. L'année dernière a été très difficile pour moi, ça a été très, très dur psychologiquement, mais cela m'a renforcé."

"Il s'est passé beaucoup de choses or, à mon avis, dans un moment difficile soit les personnes grandissent soit elles s'effondrent", pointe-t-il. "Je pense que je suis même beaucoup mieux physiquement que les autres années, plus maigre, mieux préparé, et j'ai plus d'expérience. Je suis très motivé pour ces deux années avec Aprilia."

Propos recueillis par Francesco Corghi

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement Présentation Aprilia
Pilotes Aleix Espargaró
Équipes Gresini Racing
Type d'article Actualités
Tags aprilia