Aleix Espargaró lui aussi touché par un arm-pump

Si le problème a été moins extrême que pour Fabio Quartararo, Aleix Espargaró va devoir passer des examens dès le début de semaine pour tenter d'éclaircir le problème d'arm-pump qu'il a rencontré à Jerez.

Aleix Espargaró lui aussi touché par un arm-pump
Charger le lecteur audio

Fabio Quartararo n'a pas été le seul à souffrir de l'avant-bras droit pendant la course de Jerez. Aleix Espargaró a lui aussi indiqué avoir fini la course avec les symptômes du syndrome des loges, ce qui va le pousser à réduire sa présence sur le test post-course de lundi afin de se rendre à Barcelone pour y être examiné par les médecins.

"J'ai un peu souffert d’un arm-pump au bras droit sur les derniers tours de la course. Je n'avais pas la force de freiner fort et j'ai beaucoup souffert au bras droit, donc j’ai perdu un peu de performance sur les freins", explique le pilote Aprilia, longtemps en tête du groupe de poursuivants avant d'être repoussé par Takaaki Nakagami et Joan Mir pour finir sixième.

Lire aussi :

Alors que Quartararo est apparu incrédule après avoir manqué de force et fini la course avec un avant-bras dur comme de la pierre, Espargaró peine tout autant à comprendre l'origine du problème qui l'a touché. "Je ne pense pas que ce soit Jerez", souligne-t-il toutefois. "Je pense que ce sont les MotoGP qui sont toujours plus rapides, de plus en plus, avec plus d’appui, d’aérodynamique et de puissance. Nous ne sommes pas des machines contrairement aux motos, nous sommes humains, donc je ne sais pas comment nous pouvons nous améliorer."

"J'adore le fitness, j'aime m'entraîner, j'aime essayer différentes nouvelles choses pour être plus en forme mais je ne sais pas ce que nous pouvons faire pour nous entraîner par rapport à ça", s'interroge le pilote espagnol, déjà particulièrement affûté, au point qu'on lui prédit un avenir de coureur cycliste. "Je suis curieux de voir si je peux m'entraîner différemment, si je peux changer un peu la position de la moto pour gagner quelque chose. Je ne sais pas."

Le syndrome des loges désigne le manque de force, l'engourdissement, voire la tétanie de l'avant-bras engendrés par un muscle qui se trouve sous pression dans la membrane qui l'entoure. Mal récurrent chez les pilotes moto, il donne habituellement lieu à une opération minime qui consiste à couper la membrane afin de libérer cette pression que subit le muscle. Jack Miller et Iker Lecuona ont par exemple subi cette intervention après le Qatar, sans avoir à manquer de course par la suite.

"J'ai été opéré il y a plus de dix ans. Mais j’ai parlé avec le docteur Charte et peut-être que je dois me refaire opérer, car il se peut que le muscle soit à nouveau bloqué", explique Aleix Espargaró. "Je vais donc faire des examens demain et mardi. Sincèrement, j’ai souffert et ce n'est pas normal. Je n'ai pas souffert à Jerez par le passé. Alors, bien sûr, on a passé beaucoup de jours au Qatar, puis Portimão était aussi un circuit très exigeant, et maintenant ici. La course a été près de 20 secondes plus rapide que celle de l'année dernière ! L'accélération de la moto est tout simplement incroyable : d'un petit virage à l'autre, on arrive à plus de 200 km/h donc il faut le gérer. C'est très difficile."

"Je suis curieux car cela fait environ dix ans que je suis en MotoGP et je n’ai jamais vraiment eu ce problème donc c’est quelque chose de nouveau. Nous devons essayer de comprendre. Je suis un peu inquiet maintenant, pas pour Le Mans mais pour le Mugello : c’est, je pense, le pire circuit du calendrier ! J’ai vraiment beaucoup souffert sur la dernière partie de la course. Je n’étais pas le seul, alors voyons si j'arrive à mieux résoudre le problème qu’eux."

Avec Chloé Millois

partages
commentaires

Voir aussi :

Zarco : L'errance de Quartararo, "une chance" pour le championnat
Article précédent

Zarco : L'errance de Quartararo, "une chance" pour le championnat

Article suivant

Marc Márquez "détruit" mais satisfait après sa 2e course

Marc Márquez "détruit" mais satisfait après sa 2e course
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021