Alex Barros, "une idole et un modèle" pour Pol Espargaró

Pol Espargaró a un lien particulier avec l'ancien pilote de MotoGP Alex Barros, au point de s'être inspiré de lui lors du choix de son numéro de course au début de sa carrière.

Alex Barros, "une idole et un modèle" pour Pol Espargaró

Pour la majeure partie des pilotes MotoGP de la génération actuelle, les modèles s'appellent Marc Márquez, Valentino Rossi, Jorge Lorenzo ou Casey Stoner. Lorsqu'on l'interroge sur l'ancien coureur qui l'a inspiré, Pol Espargaró cite cependant une idole moins commune, en l'occurrence Alex Barros.

"Je ne me souviens pas très bien de l'époque où j'étais enfant, mais je me souviens qu'à la maison, avec mon père et mon frère, on regardait toutes les courses MotoGP quand on ne s'entraînait pas. Et j'ai le souvenir d'Alex roulant pour l'équipe de Sito Pons avec une moto jaune", rapporte Pol Espargaró, évoquant ainsi la saison 2005, la dernière que Barros a passée dans le team Pons, auréolée d'une victoire au Portugal. Entre 1999 et 2002, il avait déjà remporté cinq courses avec cette équipe, cette fois avec les livrées Movistar et West, et non le jaune emblématique de Camel.

"À cette époque, il était plutôt rapide et se battait pour les victoires, mais il tombait très souvent, vraiment très souvent", ajoute Espargaró. "C'était comme moi. Chaque fois que je tombais, mon père et mon frère disaient : 'Regardez, il est encore tombé'."

Alex Barros a fait ses débuts mondiaux dans les années 1980, d'abord via la catégorie 80cc qui figurait encore au championnat, avant un rapide passage par les 250cc. Arrivé en 500cc en 1990, il s'est imposé comme l'un des pilotes à la carrière la plus longue, lui qui a couru pour Cagiva, Suzuki, Honda, Yamaha et enfin Ducati. Ses 158 départs consécutifs n'ont été battus que par Andrea Dovizioso et Valentino Rossi ces dernières années, et avec 246 Grands Prix dans la catégorie reine il n'est devancé que par le néo-retraité au numéro 46 en termes de présence. Six fois classé dans le top 5 du championnat, il a célébré sept victoires et a détenu le record de la plus grande amplitude entre son premier et son dernier succès dans la catégorie reine (11 ans et 204 jours) avant que Rossi ne l'améliore en 2013.

L'origine du numéro de course d'Espargaró

Le Brésilien a été une source d'inspiration pour le jeune Pol Espargaró, jusque dans son numéro de course : Barros roulait en effet avec le numéro 4, alors que l'Espagnol a adopté le 44 à partir de 2007, sa première saison complète en Grand Prix. "J'ai essayé de construire ma propre identité autour du numéro 4. C'était son numéro. Je me souviens avoir voulu utiliser ce numéro, mais il n'était pas disponible. J'ai donc décidé d'utiliser le 44", explique-t-il.

Pol Espargaro

Pol Espargaró a choisi le numéro 44 en s'inspirant du #4 d'Alex Barros

Né en 1991, à l'époque où Barros débutait dans la catégorie reine, et arrivé lui-même en Grand Prix quand son idole approchait de la fin de sa carrière, Pol Espargaró a eu l'occasion de rencontrer le Brésilien pendant sa jeunesse, avant même d'accéder au Championnat du monde. "Il était très gentil et il m'a invité dans son camping-car. C'est quelque chose que j'apprécie encore plus aujourd'hui. C'était un très beau geste", souligne le cadet des frères Espargaró.

Ses souvenirs des courses de Barros sont toutefois flous : "Je ne me souviens pas d'une course en particulier d'Alex. Je sais seulement qu'il avait un style de pilotage très inhabituel, qui m'impressionnait. Son style était celui d'un pilote old school, comme Kevin Schwantz."

"Il était mon idole. C'est étrange que je n'aie pas un de ses casques, ni un gant ou un autographe de lui. Mais je ne suis pas quelqu'un qui s'attache aux choses matérielles. Ce dont je me souviens, ce sont des moments avec lui", souligne Espargaró, qui ajoute : "Un jour, j'aimerais être une aussi grande inspiration pour les autres qu'Alex l'a été pour moi."

Voir aussi :

partages
commentaires
Rossi et Ducati n'étaient "pas faits l'un pour l'autre" il y a dix ans
Article précédent

Rossi et Ducati n'étaient "pas faits l'un pour l'autre" il y a dix ans

Article suivant

Valentino Rossi doit renoncer aux 12H du Golfe

Valentino Rossi doit renoncer aux 12H du Golfe
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021