Álex Márquez : Encore "beaucoup à apprendre" et des qualifs à améliorer

Álex Márquez a déjà convaincu les sceptiques durant sa première saison en MotoGP, mais il estime avoir encore des progrès à faire, surtout pour se faciliter la vie en course.

Álex Márquez : Encore "beaucoup à apprendre" et des qualifs à améliorer

À l'heure de lancer sa deuxième saison en MotoGP Álex Márquez jouit désormais d'une perception différente. Moins observé comme le "frère de", ce qui a parfois pu lui donner le sentiment d'être une bête curieuse, le pilote espagnol s'est déjà forgé une petite réputation dans la catégorie reine grâce aux deux podiums qu'il a conquis au mois d'octobre. Deux courses solides, l'une sous la pluie du Mans, l'autre sous le soleil d'Aragón où il a même joué la victoire jusqu'au bout, et qui ont rappelé à ceux qui auraient pu l'avoir oublié qu'il avait été promu en tant que Champion du monde Moto2 et Moto3.

"C'est bien quand les gens commencent à vous regarder différemment", sourit-il. "La deuxième moitié de la saison a un peu été une surprise, car la première partie n'avait pas été très bonne. Ça n'avait pas été un désastre, mais ça avait en tout cas été une période difficile pour moi. En revanche, la deuxième partie a été vraiment très bonne. J'ai progressé de jour en jour."

Lire aussi :

Satisfait du tournant qu'a pris sa saison à partir des tests de Misano, le pilote catalan veut à présent poursuivre sur la bonne lancée des performances qu'il a pu livrer durant la deuxième moitié du championnat. Il a toutefois bien conscience que son apprentissage de la catégorie n'est pas encore complet, le contexte très particulier de cette année 2020 n'ayant pas facilité les choses.

"Je pense qu'il me reste encore beaucoup de choses à améliorer, beaucoup à apprendre dans cette catégorie. Pour moi comme pour tout le monde, cela a été une année étrange et un peu trop courte, on va donc se rendre [cette saison] sur des pistes sur lesquelles je n'ai jamais roulé avec la MotoGP. Il y aura donc sûrement des journées difficiles, mais je pense que l'on a un bon package, une très bonne équipe, et je pense que l'on peut faire du très bon boulot", pressent-il.

"Comme je le dis chaque année, pour moi la clé c'est de travailler. On va commencer à travailler dur dès le Qatar, en essayant de nouvelles pièces. Il sera important de bien commencer la saison, pour me mettre dans le rythme. Mais mon objectif ce ne sont pas les résultats, même si au final ils sont la conséquence d'un bon travail. L'objectif est de poursuivre un peu sur la tendance de la seconde partie de l'année dernière."

Alex Marquez, Team LCR Honda

Álex Márquez a clairement identifié le domaine dans lequel il veut en priorité progresser. "Il est clair qu'il faut principalement améliorer les qualifications. Parce que normalement j'ai un bon rythme le dimanche, mais en partant derrière c'est toujours difficile de remonter", concède-t-il. "Ma meilleure qualification l'année dernière c'était peut-être 11e en Aragón [il s'est aussi qualifié dixième au GP de Teruel, ndlr] : ensuite j'étais remonté jusqu'à la deuxième place, mais ça fait perdre beaucoup de temps dans les premiers tours. On a calculé que, sur certaines courses, j'ai perdu quelque chose comme quatre secondes sur un tour et sept secondes sur les trois premiers tours, alors c'est impossible à rattraper pendant la course. C'est donc quelque chose que j'ai besoin d'améliorer."

"J'ai essayé de m'améliorer un peu dans ce domaine avec le motocross et le flat-track, afin d'être un petit peu plus agressif, à la fois fluide et agressif, et d'être aussi rapide que possible en pneus neufs", décrit-il. "Physiquement, je sais aussi mieux ce dont j'ai besoin pour la Honda, qui est une moto physique et difficile. Au bout d'un an, on connait mieux son corps et ce dont on a besoin. C'était donc bien pour moi de travailler dans certains domaines, sur des choses spécifiques."

"Il faut aussi que je comprenne un peu mieux les pneus, parce que j'ai passé beaucoup d'années avec les Dunlop en Moto2, et Michelin c'est différent. Quand ils sont neufs, il faut être agressif mais dans le même temps il faut être fluide. Je dois donc mieux les exploiter et je vais y travailler pendant cette pré-saison, pour être toujours dans le coup sur le time attack."

Lire aussi :

Bien qu'il soit transféré du team Repsol Honda vers le team LCR cette saison, Álex Márquez continuera de bénéficier du soutien direct du HRC. Il assure ne pas avoir exprimé de requête spécifique pour améliorer la RC213V, souhaitant simplement comme les autres pilotes du groupe pouvoir mieux exploiter la puissance du moteur. Les restrictions réglementaires imposées par la crise garantissent de toute façon une certaine stabilité qui n'est pas pour déplaire au jeune pilote.

"Pour cette année, je pense que Honda s'est concentré sur des petites choses, car les constructeurs ne peuvent pas changer de moteur", pointe-t-il. "Je pense donc cette année que l'on aura une moto très similaire, avec une évolution par rapport à la deuxième partie de l'année dernière, et je pense que ça peut être une très bonne moto. Je sais que Honda a travaillé très dur cet hiver et on aura de nouvelles pièces à essayer au Qatar et j'espère qu'elles vont fonctionner."

Le fait que la moto ne change pas beaucoup facilite-t-il son arrivée dans une nouvelle équipe ? "Oui, ce sera un peu plus facile", concède-t-il, "mais cette pré-saison va être très étrange parce qu'on ne va que sur une piste, on va y passer cinq jours [de tests] puis y faire deux courses… À la deuxième course au Qatar, ça va être dingue !"

"Mais ce sera important de commencer avec une moto plus ou moins identique. Après l'hiver, il faut un jour pour retrouver les sensations, c'est donc important d'avoir plus ou moins la même moto, et à partir du deuxième jour et pour les trois autres journées on va commencer à essayer différentes choses et fournir notre feedback à Honda."

partages
commentaires

Voir aussi :

Fabio Quartararo demande à Yamaha d'alléger la M1
Article précédent

Fabio Quartararo demande à Yamaha d'alléger la M1

Article suivant

LCR présente la livrée 2021 de Nakagami

LCR présente la livrée 2021 de Nakagami
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021