Percuté par Lecuona, Álex Márquez évoque un "désastre"

Le mauvais début de saison d'Álex Márquez a connu un nouvel épisode à Jerez, le pilote du team LCR ayant une nouvelle fois chuté en course, après avoir été percuté par Iker Lecuona.

Percuté par Lecuona, Álex Márquez évoque un "désastre"
Charger le lecteur audio

Álex Márquez a connu son troisième abandon sur chute en seulement quatre départs cette année au GP d'Espagne, dans une course qui s'est résumée à huit virages pour lui. Parti 20e, le cadet des frères Márquez a gagné deux positions dans les premiers instants mais un contact avec Iker Lecuona avant même la fin du premier tour l'a contraint à un nouvel abandon. Même s'il n'en veut pas au pilote du team Tech3, il ne cache pas une immense déception.

"Un désastre", a résumé Álex Márquez. "Même pas un tour donc oui, une course désastreuse. J’ai eu un départ assez bon et j’ai récupéré quelques positions dans les premiers virages mais ensuite j'ai doublé Lecuona au virage 6 et puis d’un coup, quand j'ai tourné, j'étais déjà dans le virage, j’ai senti l'impact de l'intérieur et c'était lui. C’est quelque chose qui peut arriver en course et que nous ne pouvons pas contrôler. [Je suis] triste et en colère parce qu’honnêtement, c’était aussi une lourde chute, à vitesse élevée. Mais c’est comme ça."

Álex Márquez semblait souffrir de l'épaule dans les instants après sa chute mais il a vite eu confirmation qu'il n'était pas blessé : "Je suis passé par le centre médical sur la piste et tout va bien, juste quelques contusions sur [l’épaule] et mon bras, mais tout va bien."

Lire aussi :

Cet abandon illustre le début de saison du pilote LCR. Tombé cinq fois pendant les tests de pré-saison, Márquez a disputé le GP du Qatar avec une fracture du pied droit et il a fini à terre, avant une nouvelle erreur la semaine suivante pour le second rendez-vous à Doha. En plus de l'abandon de Jerez, deux autres chutes ont été à déplorer dans les week-ends de course depuis le début de l'année, dont un violent highside en EL4 au Portugal.

Ces incidents à répétition et un maigre bilan au championnat, dont il n'occupe que la 18e position, n'entament pas le moral du Catalan, déterminé à voir le positif dans l'adversité : "Honnêtement, ce n’est vraiment pas facile mais il faut analyser la situation et rester concentré. Je crois que c'est toujours mieux de travailler avec des éléments positifs. Donc pour cette raison, je suis toujours positif et j'essaie de voir le positif dans les choses négatives."

"Nous devons rester concentrés, continuer de travailler à la maison et [...] arriver au Mans motivés à 100%, pour nous battre dès le début et espérer que là-bas, la situation changera un peu et que dès les EL1, nous nous sentirons un peu mieux. Alors c'est tout, nous devons être concentrés et être une véritable équipe, tous ensemble pour voir les choses positives."

Le test post-course était "important" pour Márquez

Álex Márquez a pu retrouver une partie de cette confiance avant même le GP de France, grâce à la journée de test organisée lundi sur le circuit de Jerez. Le Champion 2019 du Moto2 a senti des progrès dans le comportement de sa Honda, en testant également de nombreuses nouveautés pour la marque, dont un nouvel ensemble aérodynamique qui pourrait être introduit en course plus tard dans la saison.

"C'était un test important pour nous, pour essayer beaucoup de choses et identifier un peu mieux la bonne direction", a-t-il expliqué au site officiel du MotoGP. "On a trouvé une direction et une meilleure moto, c'est le plus important. Certes, on n'a pas pu faire beaucoup de tours en pneus neufs, on a testé beaucoup de choses pour Honda. À part ça, je pense qu'on a donné de bonnes informations à l'usine et je pense qu'ils savent mieux dans quels domaine travailler. Pour nous, c'était un test important pour arriver au Mans avec de meilleurs réglages de base. J'aurais aimé passer un peu plus de temps en piste, sincèrement, pour travailler sur mon pilotage. C'était une journée importante pour nous, on a testé des choses importantes pour l'usine."

Lire aussi :

"Je ne peux pas dire spécifiquement quoi, mais ce que vous avez vu sur les images, c'était une carrosserie, un nouvel ensemble aéro parce qu'on a encore un joker à utiliser cette année. On travaille sur cette base et beaucoup de choses. Il y avait encore beaucoup de choses à faire, à améliorer. Le week-end a été difficile pour nous et on a trouvé une bonne direction."

"On a beaucoup d'options à l'usine donc j'utilise celle en laquelle je crois le plus. Au final, on travaille toujours dans la même direction, on essaie de donner nos informations à l'usine. On travaille tous ensemble. Ce n'était pas une bonne journée pour tirer des conclusions parce que le niveau de grip est toujours très élevé le lundi [après la course], tout le monde est très rapide, donc comme je l'ai dit, on a un peu amélioré la moto, on est satisfaits et on travaille bien pour l'avenir. Mais il y a encore beaucoup de choses à faire."

Avec Chloé Millois

partages
commentaires

Voir aussi :

Joan Mir "un peu frustré" de ne pas avoir pu exploiter son bon rythme
Article précédent

Joan Mir "un peu frustré" de ne pas avoir pu exploiter son bon rythme

Article suivant

Miller ému par les signes de reconnaissance après sa victoire

Miller ému par les signes de reconnaissance après sa victoire
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021