Réactions
MotoGP GP de Saint-Marin

Álex Márquez a "jeté à la poubelle" son GP de Saint-Marin en qualifs

La grande importance prise par les qualifications a piégé Álex Márquez à Misano, qui estime avoir gâché son week-end en commettant des erreurs au moment décisif. Son bilan global de l'été reste néanmoins positif par rapport à ses adversaires directs.

Alex Marquez, Gresini Racing

Álex Márquez a perdu de gros points sur Maverick Viñales lors des deux derniers Grands Prix (42 à 16) et ne peut que se féliciter de la mauvaise passe de Jack Miller, qui lui a permis de reprendre la neuvième position du championnat dont il avait été privé par la montée du pilote Aprilia. C'était pour lui la seule bonne nouvelle de la manche de Misano, car le pilote Gresini Racing peste sur l'enchaînement de performances qui ne répondent pas à ses attentes depuis sa victoire au sprint de Silverstone.

Comme tous les pilotes Ducati, il a "souffert plus que la normale" à Barcelone, où le manque d'adhérence a favorisé Aprilia au détriment de l'escadron de Borgo Panigale. En arrivant sur les terres du constructeur, qui plus est un circuit à l'opposé, offrant un bon niveau de grip, il souhaitait donc en priorité "oublier les mauvaises sensations" avec lesquelles il avait quitté la Catalogne.

Il a atteint son premier objectif lors des essais, puisqu'il a obtenu son ticket d'entrée direct pour la Q2. Satisfait par "une journée solide", il soulignait néanmoins des difficultés dans les freinages lorsque la moto est droite. Et cette imperfection n'allait qu'être confirmée par la suite du week-end. Sa 11e place sur la grille de départ, son plus mauvais positionnement depuis Jerez, allait l'éloigner définitivement des rangs auxquels il pouvait prétendre en course.

"On a un peu jeté le week-end à la poubelle pendant les qualifs", a estimé le pilote espagnol. "J'ai fait trop d'erreurs, je ne trouvais les meilleures sensations sur la moto et je n'ai pas réussi à améliorer mon chrono de 1'31"2 [de samedi]. À partir de là, on sait que c'est difficile de partir 11e."

"Je n'ai pas pris le meilleur départ, ni réalisé les meilleurs premiers tours. Au final, j'ai pu faire des tours en 1'31"9 et j'ai été plutôt bon par rapport aux premiers, mais c'était déjà trop tard", a-t-il regretté, seulement neuvième après les 13 tours du sprint, avec un petit point en poche. Le seul dépassement qu'il a pu faire a été sur son frère. "Pas une mauvaise course", mais un sentiment de frustration évident pour le pilote catalan, qui aurait aimé faire honneur à la superbe livrée vintage de sa Ducati, rendant hommage à Fausto Gresini.

Le lendemain, c'est l'agacement qui a pris le dessus, car cette fois sa position de départ a pesé plus encore. Il a pourtant réussi à se hisser momentanément à la huitième place, mais impossible d'aller plus haut. Après avoir longtemps klaxonné derrière Miguel Oliveira et son frère, il a dû baisser de rythme, repris par Raúl Fernández, Luca Marini et enfin, dans le dernier tour, Johann Zarco.

"Je suis en colère parce qu'on avait sûrement plus de potentiel, mais désormais une grande part du Grand Prix se joue avec les qualifs", a tranché Álex Márquez. "Je suis bien parti et j'avais un bon rythme. Quand j'étais derrière Oliveira et Marc, je savais que j'étais plus rapide, mais ensuite j'ai commencé à avoir des problèmes à l'avant et à partir de là, ça a été une course de survie. Il faut travailler dur et les résultats arriveront."

Souvent tombé dans la première partie de la saison, Álex Márquez n'a plus connu qu'un seul abandon depuis le Sachsenring − lors de la course principale de Silverstone − et ce gain régulier le sert au classement général. Dans la seconde moitié du top 10, où les performances ont eu tendance à s'affadir, les écarts restent assez restreints et l'Espagnol n'est pas le moins bien loti, loin de là. Il peut s'enorgueillir d'avoir marqué 45 points, moins que Viñales (72), mais plus que Zarco (38), Marini (37) et Miller (24). Cependant, dans le clan Ducati, il a encore 39 points de retard sur Zarco et 27 sur Marini.

Le top 10 du championnat après Misano

Pos. Pilote Pts Portugal Argentina United States Spain France Italy Germany Netherlands United Kingdom Austria Spain San Marino
1 Italy P. BAGNAIA 283 37 4 12 34 7 37 29 34 20 37 9 23
2 Spain J. MARTÍN 247 9 13 7 19 32 27 37 15 14 16 21 37
3 Italy M. BEZZECCHI 218 16 34 14 1 28 17 16 32 9 16 6 29
4 South Africa B. BINDER 173 10 12 8 32 19 11 4 18 17 29 6 7
5 Spain A. ESPARGARÓ 160 11 1 6 11 13 12 1 22 30 10 37 6
6 France J. ZARCO 147 15 20 9 2 20 22 21 - 13 3 16 6
7 Italy L. MARINI 135 - 15 23 10 6 18 17 9 9 13 5 10
8 Spain M. VIÑALES 128 25 7 13 3 1 4 - 3 18 12 27 15
9 Spain A. MÁRQUEZ 108 12 21 - 8 - - 11 11 12 17 10 6
10 Australia J. MILLER 104 15 10 1 23 - 13 17 - 11 6 8 -
Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Miller à la peine sur la KTM : "Il faut que je retrouve ma confiance"
Article suivant Le manque de show et de dépassements en MotoGP à nouveau critiqué

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France