Álex Márquez ne reste motivé que par les bons résultats de Ducati

Álex Márquez a vécu une course particulièrement compliquée en Malaisie et a reconnu qu'il conserve sa motivation grâce à la performance de Ducati, qu'il rejoindra en 2023.

Álex Márquez ne reste motivé que par les bons résultats de Ducati
Charger le lecteur audio

Álex Márquez n'a pas caché sa perte de motivation à tenter de se montrer performant au guidon d'une RC213V particulièrement compliquée cette saison. Avec peu de nouveautés apportées par Honda dans un premier temps, il a ensuite dû composer sans évolution supplémentaire dès lors que son départ pour l'équipe Gresini l'an prochain a été acté, ce qui n'a fait qu'augmenter sa frustration.

L'Espagnol a une nouvelle fois dû affronter un week-end compliqué en Malaisie, où il n'a jamais été en mesure d'être dans le coup, excepté lors des EL2 qui se sont disputés dans des conditions qui lui convenaient. Sur le sec, en revanche, il a toujours été classé au-delà de la 13e place et s'est qualifié en 21e position.

"On travaille vraiment dur dans le box, on se donne toujours à 100%. Je suis rapide sur le mouillé et dans des conditions mixtes quand la moto compte moins mais, ensuite, sur le sec, je suis comme passager de la moto et je ne peux rien faire. C'est une sensation vraiment bizarre", a-t-il expliqué.

Pénalisé d'un long-lap à la suite de son accrochage avec Jack Miller en Australie, il n'a pu faire aucun miracle et a passé la ligne d'arrivée au 17e rang, estimant que la course avait été "un désastre attendu" avant de préciser auprès du site officiel du championnat : "On s'y attendait avant la course. Tout au long du week-end on a été très lents sur le sec. C'est notre réalité, la réalité de Honda et c'est quelque chose qu'on doit accepter. J'ai aussi eu la pénalité long-lap de l'Australie donc la course a vraiment été longue."

Álex Márquez devant Enea Bastianini, qu'il remplacera chez Gresini en 2023.

Álex Márquez devant Enea Bastianini, qu'il remplacera chez Gresini en 2023.

"C'est un week-end à oublier. J'ai dit à l'équipe de ne pas se prendre la tête à tout vérifier, on a ce qu'on a, c'est la réalité. Il faut attendre jusqu'à ce que Honda apporte une nouvelle moto ou quelque chose. On va essayer de terminer [le travail] à Valence et de passer au prochain projet."

C'est précisément ce projet qui permet au pilote espagnol de rester motivé, puisqu'il observe week-end après week-end son futur employeur dominer le MotoGP, et l'équipe qu'il rejoindra briller avec Enea Bastianini, auteur de quatre victoires et deux autres podiums. De quoi lui donner de l'espoir en faisant passer ses mauvais résultats actuels en arrière-plan.

"Honnêtement, quand j'arrive dans le box et que j'ai une mauvaise journée, ce que je regarde c'est où sont les Ducati. C'est la seule chose qui me rend positif et m'apporte de la motivation. Quand je vois toutes les Ducati devant je suis content. Je ne veux pas être trop optimiste, je veux rester calme mais la moto est là", a-t-il reconnu. "Je compte les jours avant la fin de cette saison car c'est difficile de conserver la motivation, mais je reste calme car je sais que je me donne à 100%."

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Johann Zarco n'a "pas la solution" à ses mauvais départs

Bagnaia : Être "trop prudent" à Valence serait un piège