Álex Márquez : "Sincèrement je ne m'amuse pas sur la Honda"

Après une solide première saison chez Honda, Álex Márquez vit depuis une situation très compliquée qui l'empêche de plus en plus de rester motivé au guidon de la RC213V.

Álex Márquez : "Sincèrement je ne m'amuse pas sur la Honda"
Charger le lecteur audio

Avec l'arrivée de plus en plus imminente d'Álex Rins chez l'équipe LCR, le départ d'Álex Márquez vers un autre constructeur que Honda semble acté, et l'Espagnol devrait trouver un accord avec le team Gresini pour évoluer sur une Ducati à partir de l'an prochain.

L'histoire avait pourtant bien commencé avec la marque japonaise, qu'il avait rejoint dans l'équipe officielle en 2020 aux côtés de son frère, et avec laquelle il avait décroché deux podiums dès sa première saison en MotoGP, en plus de sept arrivées dans les points. Mais son passage dans le team satellite LCR l'année suivante et le début des difficultés rencontrées par Honda à faire fonctionner sa RC213V ont sonné un arrêt brutal à sa performance. Le cadet des Márquez se retrouve depuis à évoluer en fin de classement et à supporter une situation de plus en plus pesante.

"Nous comprenons pleinement qu'Álex trouve de plus en plus difficile de rester sur une moto qui, malheureusement, n'est pas aussi performante que ce qu'il mérite eu égard à son travail et son implication", a déclaré Lucio Cecchinello, le patron de LCR, à Motorsport.com"Nous continuons de donner à Álex tout ce que nous pouvons jusqu'à la fin, mais pour lui c'est dur de trouver la motivation s'il voit qu'il n'obtient pas de bons résultats."

"Ce qui sera finalement décidé le sera parce que j'y crois et parce que je pense que je ferai mieux, que ce soit d'un côté ou de l'autre", a pour sa part commenté Márquez au sujet de son avenir. "Évidemment que tous les progrès effectués se font avec espoir et envie. Lucio connaît la situation et sait que ce n'est pas facile pour un pilote. Mais, comme je lui ai dit, je suis toujours le même que celui qui est monté deux fois sur le podium en 2020, avec une moto qui fonctionnait relativement bien, parce qu'elle avait une très bonne base. On était parvenus à être réguliers et rapides en fin d'année, il sait qu'il y a du potentiel."

"Mais, j'insiste sur le fait que je n'ai rien à imputer à l'équipe. Ils ont travaillé nuit et jour pour progresser, c'est juste qu'on n'a pas eu les armes pour tirer le potentiel, aussi bien le mien que celui de tout le team où il y a des gens très professionnels."

Le Grand Prix des Pays-Bas ne fait pas exception, puisqu'après s'être bien défendu sur le mouillé en EL1 avec la quatrième place, l'Espagnol a rétrogradé en EL2 puis en EL3 et se retrouve avec le 20e temps au classement combiné.

"On voit souvent des pilotes bien rouler sur le mouillé avec une moto qui ne fonctionne pas sur le sec, c'est une question de sensations et on avait une bonne base sur le mouillé depuis Portimão. [...] En raison de mon style, je me suis toujours bien défendu sur le mouillé, a-t-il expliqué.

"Sincèrement, je ne m'amuse pas sur la moto. Ici le feeling n'est pas mauvais mais les chronos vont beaucoup descendre et le problème est toujours le même : je ne peux pas piloter comme j'aimerais sur le sec et je ne peux pas montrer mon potentiel. Mais c'est comme ça et on va continuer à travailler, comme toujours."

Après que Honda ait enregistré son pire résultat en 40 ans au Sachsenring, Márquez espère pouvoir "renverser la situation" par le travail. "Il y a eu plusieurs facteurs mais d'une certaine manière on a touché le fond. Mais ça il faut le demander au HRC, à Alberto Puig [team manager] et à Takeo Yokoyama [responsable technique du HRC]."

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Rainey est remonté sur la Yamaha de son dernier titre à Goodwood
Article précédent

Rainey est remonté sur la Yamaha de son dernier titre à Goodwood

Article suivant

EL4 - Quartararo et Bagnaia relancent leur duel

EL4 - Quartararo et Bagnaia relancent leur duel