Álex Rins attribue sa chute à de la "malchance"

Álex Rins estime qu'un bon résultat était possible sans sa chute à Jerez, puisqu'il avait un bon rythme une fois reparti. Le pilote Suzuki souffre de l'épaule à cause de son autre chute du week-end, celle de samedi.

Álex Rins attribue sa chute à de la "malchance"

Comme au Portugal deux semaines plus tôt, Álex Rins a vu ses espoirs de bon résultat s'envoler dans une chute au GP d'Espagne. Remonté au septième rang après avoir doublé Maverick Viñales puis Takaaki Nakagami, le pilote Suzuki a perdu le contrôle de sa machine au virage 6, dès le troisième tour de la course.

"C'était de la malchance, disons, parce qu'on sort d'un virage sur la droite, le virage 5, puis on va sur la droite, [on revient] sur la gauche et on tourne au virage 6", a expliqué Rins. "On passe sur une bosse sur laquelle on saute. Je ne sais pas si c'est à cause du réservoir plein ou si j'ai mal géré le freinage, mais j'ai freiné très fort, l'arrière s'est relevé. J'ai freiné moins fort puis freiné à nouveau. Je suis sorti large et j'ai perdu l'avant dans la partie sale."

Rins est immédiatement remonté sur sa machine mais il n'était plus que 22e, à une quarantaine de secondes des leaders. Il n'a pu gagner des places qu'à la faveur de nouvelles chutes, pour Brad Binder et Enea Bastianini. Seulement 20e à l'arrivée, l'Espagnol regrette de ne pas avoir pu profiter de ses bonnes performances : "Si on regarde le rythme, même avec une ailette en moins [sur le côté droit], je pouvais rouler très vite, peut-être un ou deux dixièmes plus vite que les leaders en fin de course."

"C'était dur à gérer sur le côté droit", a-t-il ajouté. "En ligne droite, le wheelie était assez similaire, [mais] dans les virages 9, 10, 11 et 12, ces courbes rapides, je poussais vraiment avec le corps. [...] Je poussais beaucoup sur l'avant pour faire tourner la moto."

Lire aussi :

Cette erreur était la deuxième du week-end pour Álex Rins, déjà tombé en EL4, ce qui a réveillé une douleur à son épaule droite, blessée après une lourde chute sur la même piste en 2020. Victime d'une luxation de l'épaule droite et d'une petite fracture de la tête de l'humérus en juillet dernier, il n'avait pas eu besoin d'opération. Rins encore renoncé à une intervention cet hiver, même si les ligaments étaient déchirés, mais de nouveaux examens étaient prévus pour lundi.

"Je me suis fait un peu mal à l'épaule droite, la mauvaise", a-t-il précisé dimanche. "En qualifications, au warm-up et en course, j'avais un peu mal à l'épaule donc il faut vérifier que tout va bien. C'est peut-être un peu de fluide sous l'articulation, il faudra voir si on peut l'enlever."

Suzuki doit progresser en qualifications

Après une perte de contrôle qu'il ne parvenait pas à expliquer à Portimão, Rins se demande désormais si ces deux chutes ne sont pas la conséquence des difficultés de sa moto en qualifications. Estimant qu'il n'est "pas normal de voir toujours les Suzuki en troisième ou quatrième ligne", le #42 est convaincu que des progrès dans l'exercice des qualifications rendraient ses courses beaucoup plus faciles : "Je pense que je peux y arriver, et c'est sûr qu'on abordera les courses différemment. On fera moins d'erreurs. On prend beaucoup de risques en partant de la quatrième ligne."

"On traverse une période difficile mais il faut continuer à pousser", a-t-il ajouté. "Pour Le Mans, l'objectif sera les qualifications. Il faudra bien se qualifier. Il faut partir sur les deux premières lignes. Dans la plupart des courses, on est là, on a les performances, mais ce n'est pas bien de partir de l'arrière."

Lire aussi :

Pour rendre ces progrès possibles, Rins ne compte pas que sur sa machine, reconnaissant que la solution se trouve aussi dans son pilotage : "Peut-être que pour faire un chrono en qualifications, c'est 60% le pilote et 40% la moto. C'est comme ça pour moi. Il faut y consacrer plus d'énergie, attaquer plus en qualifications. Il faut donner toute l'énergie pour essayer de gérer les pneus et voir ce qu'on peut faire. On l'a fait l'an dernier. Je crois qu'on a décroché deux premières lignes. Il faut essayer."

partages
commentaires

Voir aussi :

Fabio Quartararo subira une "opération bénigne" mardi
Article précédent

Fabio Quartararo subira une "opération bénigne" mardi

Article suivant

Courbaturé, Marc Márquez a dû interrompre ses essais

Courbaturé, Marc Márquez a dû interrompre ses essais
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021