Rins n'a rien pu faire face à Zarco et Martín

Álex Rins n'a pas réussi à prendre l'avantage sur les pilotes du team Pramac au GP de Doha. La Suzuki n'était pas au niveau en ligne droite et il était difficile de faire la différence dans les portions sinueuses sans trop dégrader les pneus.

Rins n'a rien pu faire face à Zarco et Martín

Álex Rins a longtemps été à la lutte avec les pilote du team Pramac durant le GP de Doha, occupant même la deuxième position durant quelques tours, mais il a perdu du temps dans la deuxième partie de la course et il n'était plus que sixième à cinq tours du but. Le pilote Suzuki a pu gagner deux positions, aidé par l'arm-pump de Jack Miller et une erreur de Maverick Viñales  dans les derniers tours et il dresse un bilan satisfaisant, estimant qu'un meilleur résultat était impossible.

"C'était assez bien", résume Rins. "J'ai pu faire un bonne course, j'ai plutôt bien géré les pneus. À un moment de la course, quand j'ai vu qu'il était impossible de prendre la tête et de s'échapper, j'ai essayé de gérer les pneus. Au final, j'ai fait de mon mieux et c'était la quatrième place. C'était impossible [de faire mieux], et je dis ça parce que c'est très dur de doubler les Ducati en ligne droite. C'était le meilleur résultat possible selon moi."

Lire aussi :

Rins a livré une belle passe d'armes avec Zarco, prenant l'avantage à maintes reprises en virage, mais le Français parvenait toujours à repasser devant dans la ligne droite. Fabio Quartararo a été le seul à finalement vaincre les Ducati, celles du team factory puis celles du team Pramac, en profitant de l'agilité de sa Yamaha dans les portions plus sinueuses du tracé de Losail mais en parvenant aussi à se détacher à l'accélération, suffisamment pour ne pas être une proie facile dans le kilomètre de la ligne droite principale.

Cette agilité, la Suzuki en bénéficie aussi, notamment pour des dépassements aux virages 6 et 10, mais chaque attaque nécessitait d'être agressif sur les pneus et Rins a préféré se montrer prudent dans les derniers tours afin de ne pas subir la même dégradation que lors du GP du Qatar"Ce n'est pas la même chose de doubler [les Ducati] dans la première ou dans la deuxième partie de la course. Au début, j'ai pu faire plusieurs dépassements dans ces virages, en sollicitant les pneus, mais si j'avais continué à faire ça, ça aurait fini comme la semaine dernière. J'ai préféré rester prudent. C'est tout."

Une prudence qui s'est accentuée quand Álex Rins a failli perdre le contrôle de sa Suzuki au virage 9, dans une manœuvre spectaculaire : "C'était très effrayant ! Pendant deux ou trois tours, je suis resté à un mètre de cette trajectoire ! C'est un virage dans lequel j'arrivais à être rapide pour réduire l'écart avec les Ducati. J'ai beaucoup poussé avec le corps sur le coup et j'ai ouvert la trajectoire. C'était très effrayant sur la moto. Je ne sais pas de l'extérieur, mais de l'intérieur ça faisait un peu peur !"

 

C'est donc avec une sixième puis une quatrième place que Rins quitte le Qatar et aborde la saison européenne. Aurait-il signé pour ces résultats avant les deux courses ? "C'est sûr que non !" répond l'Espagnol, optimiste pour la suite de la saison, surtout si Suzuki parvient à améliorer ses performances en ligne droite : "Je fais tout pour prendre plus de points et finir sur le podium, mais si on fait le bilan, je pense qu'on sera en forme en arrivant en Europe. Il faut continuer à pousser."

"J'ai fait une erreur à la première course en oubliant le launch control et je l'ai payée toute la course. Dans cette course, je l'ai utilisé et j'ai gagné quatre positions dans le premier tour et c'est plutôt bien. Il faut continuer à pousser, Suzuki fait du bon travail. On verra s'ils apportent ce système à l'arrière pour avoir plus de vitesse en ligne droite. On en a besoin. Il faut continuer à pousser."

partages
commentaires

Voir aussi :

Bagnaia s'en veut après une erreur "inacceptable" et coûteuse

Article précédent

Bagnaia s'en veut après une erreur "inacceptable" et coûteuse

Article suivant

Des progrès pour Rossi, mais insuffisants et trop tardifs

Des progrès pour Rossi, mais insuffisants et trop tardifs
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021