Rins sur le podium : "Il est clair qu'il faut qu'on se qualifie mieux"

Álex Rins a fait son retour sur le podium à Termas de Río Hondo, un résultat qu'il accueille avec satisfaction malgré une pointe de déception pour les difficultés que lui a causé sa qualification lointaine.

Alex Rins, Team Suzuki MotoGP

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Pour la première fois depuis Silverstone l'an dernier, Álex Rins est monté sur le podium dimanche, en Argentine, "meilleur des autres" derrière le duo Aleix Espargaró - Jorge Martín qui a mené l'épreuve de bout en bout. Le pilote Suzuki estime qu'il aurait peut-être pu se joindre à la fête en tête de la course s'il avait pu s'élancer, comme ses compatriotes, depuis la première ligne de la grille de départ. Las, comme bien souvent, sa Suzuki a d'abord dû grappiller des places avant de pouvoir partir à la poursuite des leaders.

Sa septième place sur la grille a beau être la meilleure qu'il ait obtenue à ce stade de la saison, Rins a eu besoin de sept tours pour se porter au troisième rang et il avait alors pris plus de deux secondes de retard sur les leaders. Il s'est certes rapproché par la suite, mais insuffisamment pour véritablement recoller au binôme de tête et pouvoir les attaquer.

"Je suis très content de cette course", se félicitait-il à l'arrivée. "Sincèrement, je ne m'attendais pas à monter sur le podium en partant de la troisième ligne, de la septième position, car le niveau est désormais super élevé en MotoGP. Ce n'est plus comme avant ; avant, je pouvais partir dixième et dépasser des pilotes jusqu'à arriver jusqu'au podium. Mais j'ai pris un très bon départ, après quoi j'ai maintenu cette troisième position pendant toute la course et j'ai essayé de reprendre Jorge et Aleix, mais je n'y suis pas arrivé au final."

"Il est clair qu'il faut qu'on se qualifie mieux car j'ai perdu beaucoup de temps pour dépasser certains pilotes", regrettait le pilote Suzuki dimanche soir. "Le problème aujourd'hui, ça a été de partir de la septième place. Si j'avais pu partir d'une meilleure position, j'aurais peut-être pu partir avec eux car le rythme n'était pas trop mauvais."

"Les conditions étaient très dures. Le niveau de grip offert par la piste n'était pas très élevé, et je pense que c'était le cas pour tous les pilotes, surtout dans les premiers tours. Je ne sais pas, c'était peut-être dû à la gomme déposée par le Moto2 ou à la chaleur, c'est possible", a poursuivi Rins, un temps en lutte contre Pol Espargaró avant la chute de celui-ci. "La course a été très exigeante, je manquais beaucoup de traction et le grip n'était pas très élevé mais je pense que c'était le cas pour tous les pilotes", a-t-il constaté.

De la 8e à la 4e place du championnat

Avec les points de la troisième place, qui s'ajoutent à sa septième position au Qatar et la cinquième en Indonésie, Álex Rins grimpe au quatrième rang du championnat, à égalité mathématique avec Enea Bastianini, troisième, et à neuf points du nouveau leader, Aleix Espargaró. Dans le même temps, Suzuki prend la tête chez les équipes. "La Suzuki est désormais en très bonne forme. Il faut encore qu'on travaille car on reste un peu loin, mais on est en bonne voie", a-t-il estimé.

"Cette troisième position est un podium important pour moi et pour Suzuki, pour le championnat. Ça faisait longtemps que je n'étais pas monté sur le podium. On va essayer de continuer le travail qu'on a fait ce week-end et aussi les week-ends précédents. On est en très bonne forme. Austin est une très bonne piste pour nous. Ce sera difficile compte tenu du niveau de la catégorie, mais on va essayer de se battre."

Avant de retrouver dès cette semaine ce Grand Prix des Amériques qu'il a remporté il y a trois ans, Álex Rins s'est joint aux félicitations nourries qui ont été adressées à Aleix Espargaró après sa première victoire. "Je suis très content, très fier de lui, car il le méritait avec Aprilia. Cette année, et notamment sur cette course, ils ont trouvé la voie à suivre ; samedi aussi, il était vraiment super rapide en essais libres. Je suis très content pour lui", a-t-il déclaré. "Aleix est un gars super. Quand je suis arrivé en Andorre en 2017, ça faisait déjà deux ans qu'il vivait là-bas et je me souviens qu'on allait s'entraîner ensemble. Il est comme notre père ! Je suis donc très content pour lui et pour sa famille, il mérite cette première place."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Zarco : une chute inattendue pour conclure un week-end "mal entamé"
Article suivant Photos - Une victoire historique pour Espargaró et Aprilia

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France