Malgré des ligaments déchirés, Rins renonce à l'opération de l'épaule

Même s'il traîne depuis sa chute de Jerez une déchirure des ligaments de la clavicule, visuellement "différente de l'autre", Álex Rins a décidé de ne pas subir d'opération cet hiver, la gêne ayant disparu.

Malgré des ligaments déchirés, Rins renonce à l'opération de l'épaule
Charger le lecteur audio

Álex Rins préfère éviter l'opération. Victime d'une lourde chute lors de la première séance de qualifications de la saison 2020, au Grand Prix d'Espagne, le pilote Suzuki souffrait d'une luxation de l'épaule droite et d'une petite fracture de la tête de l'humérus. La douleur était forte mais Rins n'a manqué qu'une seule course et il n'a pas subi d'intervention chirurgicale.

À Portimão, en conclusion de la saison, une chute en EL2 sur l'épaule blessée a réveillé la douleur et Rins souhaitait passer de nouveaux examens afin de savoir s'il était opportun de profiter de la pause hivernale pour passer entre les mains d'un chirurgien. Ces examens ont révélé une déchirure ligamentaire mais la gêne ayant disparu, Rins a choisi de renoncer à l'opération.

"Dans la semaine qui a suivi la fin du championnat, je suis allé voir Xavier Mir, mon médecin, et nous avons évalué la blessure ensemble, nous avons fait des radios et les ligaments de la clavicule sont déchirés", a révélé le pilote catalan dans une interview accordée à Motorsport.com. "L'opération était possible mais nous ne l'avons pas jugée nécessaire parce que je n'ai pas de gêne, c'est surtout visuel, on voit une clavicule différente de l'autre. Je n'ai pas subi d'opération et je me sens très bien. J'ai fait beaucoup de motocross et l'épaule répond très bien. Je n'ai presque aucune douleur à l'épaule, en m'entraînant je soulève autant de poids que l'an dernier avant la blessure, et c'est une très bonne nouvelle", a ajouté Rins.

Lire aussi :

Cette blessure a empêché Rins de disputer le Grand Prix d'Espagne et le pilote était diminué lors des premières manches de la saison 2020, ce qui l'a peut-être privé de points importants dans la course du titre, revenu à son équipier chez Suzuki, Joan Mir. Rins est déterminé à revenir en forme pour faire mieux cette année, malgré l'incertitude créée par la pandémie de COVID-19.

"La seule conclusion est que je veux mettre les gaz, monter sur la moto et me préparer du mieux possible. Je pense que ce sera une saison comme la précédente, avec un peu d'incertitude, sans savoir si nous pourrons rouler ni quand, mais je m'entraîne tous les jours pour être fort. Je prépare la saison avec mon coach, avec des idées à évaluer, nous ne sommes concentrés que sur ça."

Rins souhaite rester dans la dynamique de la saison 2020, estimant que Suzuki pourra à nouveau briguer le titre cette année, dans une saison qu'il espère moins perturbée par la crise sanitaire, et qui pourrait permettre à Marc Márquez, dominateur jusqu'en 2019, de reprendre la compétition après sa grave blessure. "Évidemment, on veut gagner", souligne Rins. "Nous en étions proches l'an dernier, le favori était sur la touche mais nous nous n'y sommes pas parvenus. Mais je suis prêt."

"Je pense que [c'est possible], dans la norme d'une saison marquée par le COVID", a-t-il ajouté. "Je pense que ce sera une saison normale, avec une grosse motivation, du respect et les bonnes ondes habituelles."

Lire aussi :

La pandémie de COVID-19 a déjà bouleversé les plans des équipes pour le début de la saison, avec l'annulation des tests de Sepang et trois journées d'essais ajoutées à Losail. Le calendrier de la saison 2021 est pour le moment inchangé mais la date du Grand Prix du Qatar pourrait être modifiée et certains déplacements hors d'Europe seront peut-être impossibles. Álex Rins préfère ne pas s'en préoccuper et poursuivre sa préparation comme prévu.

"Je ne suis pas dans le doute, j'aborde la saison comme la précédente, en me préparant à fond pour la première course au Qatar, et si les circonstances font qu'il n'est pas possible de rouler, je continuerai à m'entraîner pour être plus fort quand cela deviendra possible."

Propos recueillis par Oriol Puigdemont 

partages
commentaires
La convalescence de Márquez est "satisfaisante" selon Honda
Article précédent

La convalescence de Márquez est "satisfaisante" selon Honda

Article suivant

Face au COVID-19, Fausto Gresini progresse "à petits pas"

Face au COVID-19, Fausto Gresini progresse "à petits pas"
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021