Álex Rins s'attend à souffrir pour son retour en piste

Álex Rins reprend la piste avec des ambitions très modestes, conscient qu'il va devoir gérer la douleur après sa blessure de l'épaule.

Álex Rins s'attend à souffrir pour son retour en piste

Une luxation et une petite fracture de l'épaule avaient écarté Álex Rins de la première course de la saison, le week-end dernier, les très fortes douleurs qu'il ressentait n'étant pas compatibles avec son retour en selle en dépit de sa bonne volonté initiale. Après quelques jours de soins et de repos, le voici de retour, autorisé par les médecins à reprendre la piste demain matin pour les premiers essais libres, et il ne cache pas son soulagement.

"Je suis très content d'être assis ici, parce que samedi j'ai vraiment eu une sale chute, le genre de chutes qu'on ne veut pas avoir", a-t-il raconté en conférence de presse. "J'ai perdu l’avant à l'entrée dans le virage 11, très tôt. Pour éviter Jack [Miller], qui était par terre parce que lui aussi était tombé, j'ai essayé de récupérer la roue avant mais je suis arrivé très vite dans le gravier. Ici, le gravier est très profond et dès que j'y suis arrivé j'ai perdu l'arrière. J'ai sauté de la moto, j'ai heurté le gravier avec l'épaule et elle est immédiatement sortie et un petit morceau a cassé."

Lire aussi :

Balayant l'hypothèse selon laquelle cette chute aurait pu découler d'une longue pause entre le dernier Grand Prix de 2019 et le premier de 2020, le pilote Suzuki estime plutôt que les circonstances ne l'ont pas aidé : "Est-ce qu'on peut être tombés parce que ça faisait longtemps qu'on n'avait pas piloté ? Je ne pense pas. Je pense que tous les pilotes essayent de trouver les limites des motos, et parfois on peut perdre l'avant et tomber ou alors rattraper la roue. Dans mon cas, j'ai manqué de chance parce que Jack était par terre et pour l'éviter j'ai tenu la moto. Sinon, s'il n'avait pas été là, j'aurais lâché la moto, je serais arrivé dans le gravier et il ne se serait peut-être rien passé."

Alex Rins, Team Suzuki MotoGP, Davide Brivio

"Au vu des EL4 en particulier, où j'avais fait un très bon temps et affiché un très bon rythme de course, après ma chute j'ai dit à Davide [Brivio] : 'Préparons la moto parce que je vais faire la course', mais le lendemain j'étais au lit, j'avais très mal", poursuit-il. "Voir la course depuis le stand, avec mon équipe et ma moto, c'était étrange. […] Si j'avais pu être là, je ne sais pas… J'aurais bien sûr aimé en être, mais on verra sur cette course."

Pas question de viser la victoire

Depuis, Rins est resté à Jerez, où il a suivi un programme de soins spécialement adapté, dans l'espoir d'être remis sur pied pour disputer ce second Grand Prix. Sa blessure n'est toutefois pas guérie et il s'attend à souffrir.

"J'ai fait tout ce que j'ai pu pour me remettre, par exemple mettre du froid sur mon épaule ou utiliser une machine Indiba [traitement par radiofréquence, ndlr]. J'en ai fait environ deux heures par jour, ici à Jerez, où il y a une machine. C'était une assez bonne façon de réduire l'inflammation. Après ces deux heures par jour, je me sentais assez bien, de mieux en mieux, et à part ça j'ai fait des massages, bien sûr. On cherche les meilleures choses pour récupérer."

"Il y avait beaucoup d'œdèmes sur l'os et c'est ce qui m'a fait le plus mal. Ce matin, j'ai passé une IRM à l'hôpital de Jerez et le résultat a été assez positif grâce à tout ce travail", se félicite le pilote espagnol, qui a reçu le feu vert des médecins à la mi-journée.

"Je pense que l'objectif ce week-end sera d'essayer de rouler en EL1 pour voir comment je me sens et comment ça se passe. Ce qu'il y a de bien c'est que les réglages sont déjà prêts puisque j'ai roulé la semaine dernière. [...] On verra comment je me sentirai demain quand je serai sur la moto. Si j'ai très mal et que je pense que ce n'est pas sûr pour moi de courir, je m'arrêterai."

Lire aussi :

Malgré son retour et le potentiel qu'il a affiché cet hiver, le pilote Suzuki écarte la pression et l'assure : il ne sera pas là pour jouer la victoire, dimanche. "Ce sera un week-end difficile. Tout dépendra de ce que je ressentirai demain. Ça a été mieux de jour en jour, mais il faudra voir comment ce sera quand je monterai sur la moto. Franchement, je ne serai pas prêt à gagner la course, parce que j'aurai mal, mais je vais voir si j'arrive à entrer dans les points, ce qui serait très positif."

"Je suis gêné [par mon épaule], c'est normal, et c'est le cas rien que là, en parlant. Mon épaule est sortie de son emplacement et tous les ligaments ont été tordus, et j'ai même subi une petite fracture", rappelle-t-il. "Je suis heureux d'avoir passé le contrôle avec succès, j'ai de la mobilité et de la force, mais je vais voir comment je me sens vendredi sur la moto et quelles sont les sensations. Je tiens pour acquis que je vais souffrir."

partages
commentaires
La victoire a libéré Quartararo d'une certaine pression
Article précédent

La victoire a libéré Quartararo d'une certaine pression

Article suivant

Jerez : Crutchlow pointe du doigt la profondeur des bacs à graviers

Jerez : Crutchlow pointe du doigt la profondeur des bacs à graviers
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021