Tombé sur l'épaule, Álex Rins envisage l'opération

Sa blessure du mois de juillet s'est rappelée à son bon souvenir vendredi, au point qu'Álex Rins prévoit de faire un crochet chez le médecin dès lundi pour évaluer si une opération est nécessaire.

Tombé sur l'épaule, Álex Rins envisage l'opération

Álex Rins a connu une première journée compliquée à Portimão, et pas uniquement à cause de la 17e place qu'il occupe au classement. Lourdement touché à l'épaule droite en début de championnat, avec une luxation doublée d'une petite fracture de la tête de l'humérus, le pilote espagnol est à nouveau tombé cet après-midi sur la zone meurtrie, et la douleur en a été ravivée.

"Les EL1 se sont plutôt bien passés, on a établi une bonne base, avec un bon rythme. Par contre, les EL2 ont été un peu un désastre, parce que j'ai été victime d'une petite chute au début de la séance, dans mon troisième tour et, putain, je crois que c'était la première fois que je tombais sur le côté droit depuis ma blessure !" décrit le pilote Suzuki.

 

"J'ai eu un peu mal à l'épaule, mais rien d'important. Par la suite, pendant toute la séance, j'ai été en difficulté avec cette douleur dans les virages à droite, mais je vais essayer de me remettre pour demain", explique-t-il. "En piste, là où mon épaule me fait le plus mal, c'est dans le premier virage serré à droite, le 3, où l'on arrive après avoir enchaîné quatre virages à gauche."

Si la douleur s'est révélée parfaitement supportable et ne l'a en aucun cas empêché de reprendre la piste, elle semble en revanche montrer que sa blessure n'est pas réglée. "Ça semble être le cas, en effet ! J'ai été surpris, parce qu'il y a beaucoup de pistes, lors des dernières courses, sur lesquelles j'avais oublié que j'avais ce problème. Seulement, après la grosse chute que j'ai eue à Jerez, je suis tombé deux ou trois fois mais pas sur le côté droit."

Rins peine à présent à évaluer son niveau de forme. "Maintenant, j'ai du mal à savoir à quel pourcentage je suis. Hier, j'aurais dit 100%, parce que j'ai fait pas mal de courses sans souffrir. En Aragón et à Valence, je n'ai pas eu mal, mais ici avec la chute, et tout le poids qui m'est tombé sur l'épaule, ça m'a beaucoup gêné, alors je ne suis même pas à 60 ou 70%. Je ne sais pas s'il y a des nerfs qui passent par-là, je n'en ai aucune idée", explique-t-il.

Lire aussi :

Alors qu'il avait fait le choix de ne pas être opéré pendant la saison, le pilote espagnol n'écarte plus désormais l'éventualité de se faire soigner dès que le championnat sera clos. "Mon plan est de rentrer chez moi, en Andorre, après la course, mais je vais d'abord m'arrêter à Barcelone pour voir le Dr Mir et analyser s'il est bon ou pas que je sois opéré, si c'est nécessaire ou pas. Ensuite, on verra, mais si c'est nécessaire je vais clairement le faire dès que possible", souligne-t-il, indiquant qu'il souhaite savoir "quel est le risque et si ça en vaut la peine".

Et dans un contexte où les rumeurs de nouvelle opération de Marc Márquez auprès d'un chirurgien différent se multiplient, le pilote Suzuki prévient déjà qu'il accordera à nouveau sa confiance au Dr Mir si jamais l'intervention se révèle nécessaire : "Oui, je vais rester avec lui, clairement. Il a bonne équipe, il a toujours fait toutes mes opérations alors si je dois être opéré, je vais rester avec lui."

Si le championnat se termine plus tard qu'habituellement, les pilotes seront libres dès la fin de cette dernière course, n'ayant pas cette année de tests officiels à mener dans les deux semaines suivantes. Cela permettrait donc à Rins de disposer de près de trois mois avant le début de la pré-saison, annoncée à partir du 14 février à Sepang.

En attendant, le pilote catalan, en lutte pour la deuxième place du championnat derrière son coéquipier, Joan Mir, déjà titré, a un dernier Grand Prix à mener, avec l'espoir de ne pas se réveiller samedi matin plus en souffrance qu'il ne l'était aujourd'hui. Et sa première mission sera de remonter dans le classement lors des EL3, lui qui estime que le top 10 aurait été à sa portée aujourd'hui sans cette chute : "Je pense que oui, parce qu'en EL1 on était assez rapides au départ, j'étais bien. J'étais en dehors du top 10, mais avec un très petit retard et sans qu'on ait monté le pneu tendre. Par contre, en EL2 il me manquait pas mal. On va voir si demain ça va mieux de ce côté-là, car clairement ça me permettra de faire mieux."

Avec German Garcia Casanova

partages
commentaires
Zarco doit gagner en constance pour jouer le podium à Portimão

Article précédent

Zarco doit gagner en constance pour jouer le podium à Portimão

Article suivant

Photos - Les MotoGP à l'assaut des montagnes russes de Portimão

Photos - Les MotoGP à l'assaut des montagnes russes de Portimão
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021