Dovizioso s'est parfois perdu en étudiant Rossi

Andrea Dovizioso a été l'un des témoins privilégiés de Valentino Rossi tout au long de sa carrière, et il observe avec admiration son compatriote, autant modèle que superstar.

Dovizioso s'est parfois perdu en étudiant Rossi

Qui sait si Andrea Dovizioso connaîtra la même longévité que Valentino Rossi ? Arrivé en Grand Prix en 2002, le pilote de 35 ans reste pour le moment aux affaires, lui qui est engagé pour la saison 2022 dans l'équipe RNF, après s'être offert une parenthèse de quelques mois l'année dernière.

Avant de raccrocher temporairement fin 2020, il détenait le record du plus grand nombre de courses enchaînées sans interruption, n'ayant jamais été absent depuis ses débuts à temps plein en 125cc. Avec ses 325 départs consécutifs (!), auxquels s'ajoutent son premier Grand Prix en tant que wild-card en 2001 et les cinq disputés fin 2021, Dovizioso aura participé à plus de 34% des épreuves du Championnat du monde depuis sa création en 1949, rien que ça !

Son expérience n'efface toutefois pas le fait que Dovizioso aura été lui aussi, comme tant d'autres, en position d'élève de Rossi, qu'il a admiré dès le début de sa carrière. "Je l'ai toujours suivi, il était mon idole. [C'était le cas] pour tout le monde, surtout les pilotes italiens. Quand je disputais mon premier championnat de pocket bike, lui en était à sa dernière saison, alors je l'ai rencontré cette année-là. Et tout le monde le suivait parce que quand on fait du pocket bike et qu'un pilote spécial commence à gagner le titre et fait des choses folles, tout le monde se met à aimer ça", se souvient-il.

Pour moi, il a toujours été une idole, je l'ai toujours suivi et étudié, continuellement.

Andrea Dovizioso au sujet de Valentino Rossi

"On a énormément parlé de Valentino durant toute sa carrière", souligne Dovizioso. "Il a été tellement spécial au cours de toutes ces années qu'on a déjà beaucoup parlé de lui et tous les compliments qu'il méritait lui ont déjà été faits, on ne peut que les répéter. Au sujet du MotoGP, [on peut redire] à quel point il a été important, à quel point le MotoGP a été suivi parce qu'il a fait ce qu'il a fait, parce qu'il a gagné mais surtout pour l'atmosphère qu'il a apportée avec ses victoires ou pendant les week-ends de course, de par son charisme."

"On parle toujours de qui est le plus fort, du nombre de victoires, mais à mon avis une des différences importantes, la caractéristique de Valentino, c'est son charisme, à quel point il est vif, malin et charismatique. Ça, à mon avis, ça a aidé à faire venir énormément de fans qui n'étaient pas tellement passionnés de moto. Et en conséquence, nous aussi, même si la majeure partie des gens voyaient seulement le jaune, ça nous a apporté un avantage. Ça a donc été beau de vivre cette ère, cette partie-là du championnat. Pour moi, il a toujours été une idole, je l'ai toujours suivi et étudié, continuellement."

Andrea Dovizioso, Ducati Team, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing

Andrea Dovizioso et Valentino Rossi

Andrea Dovizioso admet même avoir tellement cherché à étudier le style de Valentino Rossi, qu'il s'y est parfois perdu durant ses jeunes années. "C'est une personne vraiment spéciale et ça a été bien de le voir gagner beaucoup de titres", explique-t-il. "J'ai toujours beaucoup étudié le travail de Valentino… et, parfois, je m'y suis perdu ! Parce que quand on suit une personne qui a autant de talent, si on essaye de le copier ça ne fonctionne pas comme pour lui, il faut trouver sa propre voie. Mais dans tous les cas, ça a été merveilleux d'assister à toute sa carrière et j'ai eu la chance de vivre cette période du Championnat du monde. Je pense qu'il a apporté beaucoup de fans dans ce sport, et on ne peut que s'en estimer heureux."

Lire aussi :

Une superstar devenue plus consensuelle

Au-delà du pilote au palmarès étourdissant, Rossi aura en effet été une véritable star, avec une aura incomparable mais aussi un style de vie inclassable, ce que Dovizioso a observé avec une certaine distance. "Je n'ai pas vraiment passé beaucoup de temps avec lui parce qu'il est une superstar !" sourit-il. "Je ne suis pas comme lui, c'est sûr ! Il a dû vivre d'une manière différente, pour de nombreuses raisons, et parce que tout le monde veut l'avoir. Je pense qu'il a créé une situation vraiment spéciale autour de lui à Tavullia et avec l'Academy, donc si vous n'y êtes pas c'est un peu difficile [de le fréquenter]. Mais chaque fois qu'il fait une course, les 100 km ou quelque chose comme ça, il aime passer du temps avec tout le monde."

Qui pourra désormais remplacer Valentino Rossi en termes de charisme ? "Il n'y aura jamais personne comme Valentino", tranche son compatriote. "Tous les immenses champions, dans tous les sports, sont irremplaçables. Ça ne fonctionne pas comme ça, et c'est bien. Ce sera assurément un gros manque de ce point de vue-là."

"Et puis, les pilotes d'aujourd'hui me semblent un peu différents, d'autant plus que le championnat a un peu changé et tout le monde a dû un peu s'adapter dans son comportement, par rapport aux articles qui sont faits et à la manière dont on parle", estime Dovizioso, quelque peu désabusé par les codes de l'époque. "À mon avis, si vous écoutez Valentino ces deux dernières années il a beaucoup changé, il ne dit pas tout ce qu'il pense. On s'est un peu tous adaptés. C'est inévitable, sinon il y aurait tout le temps plus de bazar au vu de la manière dont est gérée la communication aujourd'hui. Je ne veux pas porter d'accusations, mais disons qu'aujourd'hui si on fait un article ensemble, demain il pourra être repris par n'importe qui et coupé comme cette personne le veut, et il ne se passe rien [pour que ça change], donc en interview on ne dit plus rien et ça n'est pas bien."

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Les stoppies à la Miller ou à la Razgatlioglu vus par Brembo
Article précédent

Les stoppies à la Miller ou à la Razgatlioglu vus par Brembo

Article suivant

Pour Stoner, les dégagements bitumés contribuent au danger

Pour Stoner, les dégagements bitumés contribuent au danger
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021