Silvestone, un pétard mouillé pour Baz après l'annulation de la course

Le Français espérait sans doute tout autre chose qu'une annulation de la course dimanche dernier, lui qui faisait son retour dans la catégorie reine en remplacement d'Espargaró chez KTM.

Silvestone, un pétard mouillé pour Baz après l'annulation de la course
Loris Baz, Red Bull KTM Factory Racing
Loris Baz, Red Bull KTM Factory Racing
Loris Baz, Red Bull KTM Factory Racing
Loris Baz, Red Bull KTM Factory Racing
Loris Baz, Red Bull KTM Factory Racing
Loris Baz, Red Bull KTM Factory Racing
Loris Baz, Red Bull KTM Factory Racing
Loris Baz, Red Bull KTM Factory Racing
Loris Baz, Red Bull KTM Factory Racing
Loris Baz, Red Bull KTM Factory Racing

Facile d'imaginer la frustration de Loris Baz dimanche lorsque, après près de cinq heures d'attente, la décision d'annuler le Grand Prix de Grande-Bretagne a été rendue publique. Un triste épilogue pour le Français, qui comptait bien se battre pour empocher quelques points, un objectif qui était peu à peu devenu réaliste au vu de sa courbe de progression au cours du week-end.

Plus de neuf mois après sa dernière course en MotoGP, en novembre dernier à Valence, le Haut-Savoyard avait donné des gages de compétitivité dans le Northamptonshire, en prenant successivement le dessus sur Xavier Siméon puis Karel Abraham, avant de boucler la Q1 à une remarquable huitième place.

Lire aussi :

Milieu hostile pour des retrouvailles

Le numéro 76 aurait même pu mieux faire encore, si une chute en EL4 n'avait pas transformé sa séance de qualifications en course contre la montre, un contexte particulièrement inopportun au moment de découvrir une toute nouvelle machine, en l'occurrence la RC16.

D'autant plus que Baz venait d'être sorti de la longue pause estivale observée actuellement par le Superbike. "Je me doutais qu’il allait me falloir du temps", indiquait-il ainsi au soir de la première journée. "J’ai dû retrouver certains automatismes que j’ai perdus en rejoignant le World Superbike. Ça faisait également plus d’un mois que je n’avais pas roulé au guidon d’une moto de course. J’ai beaucoup roulé durant la première séance pour retrouver mon feeling."

Qualifié en 18e position sur la grille sur un circuit qui lui a bien réussi par le passé et où il a décroché ses deux victoires en Superbike, en 2012 et 2013, il y avait en effet un bon coup à jouer pour le Français. Surtout dans des conditions détrempées où il a l'habitude d'évoluer comme un poisson dans l'eau.

Lire aussi :

"Je suis déçu de ne pas avoir pu disputer cette course", a-t-il ainsi déclaré. "Sur la grille, j’étais persuadé que le départ allait être donné. Je pense que nous aurions pu reprendre la piste en milieu d’après-midi sans difficulté."

Visiblement à l'aise peu importe les conditions sur la KTM, Baz voulait en effet bien faire à Silverstone, mais n'aura finalement pas eu l'occasion de prouver, en course en tout cas, qu'il n'a rien perdu de sa pointe de vitesse.

"Je me sentais à l’aise sur le sec comme sur le mouillé et cette course m’aurait permis de rouler davantage au guidon de cette machine", reprend-il. "Nous étions quelques-uns à vouloir courir, mais ça ne s’est pas concrétisé, c’est dommage. Je reste malgré tout très heureux de mon week-end au sein de l’équipe. Je tiens à remercier le team Red Bull KTM Factory Racing de m’avoir offert cette opportunité."

Le Français va à présent se concentrer sur la reprise du Superbike, qui reprendra ses droits mi-septembre à Portimão, pour la dixième épreuve du championnat des motos dérivées de la série.

Du côté de KTM en revanche, on est pour l'heure encore dans l'incertitude concernant le retour à la compétition de Pol Espargaró, toujours souffrant d'une clavicule, en vue du Grand Prix de Saint-Marin, qui se tiendra la semaine prochaine sur le circuit de Misano.

partages
commentaires
Ezpeleta préférait annuler un GP que regretter un accident

Article précédent

Ezpeleta préférait annuler un GP que regretter un accident

Article suivant

Silverstone s'excuse, mais défend son asphalte contre les critiques

Silverstone s'excuse, mais défend son asphalte contre les critiques
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021