En solide apprentissage, Quartararo prend rendez-vous avec Rossi !

Une septième place à 12 secondes des commandes de la course et neuf nouveaux points au championnat, dont il occupe le neuvième rang, à 15 unités de la cinquième position de Maverick Viñales (10e du jour) : le bilan du GP de République Tchèque est très positif pour Fabio Quartararo, qui avait pris le départ de la course depuis la dixième position de la grille de départ.

En solide apprentissage, Quartararo prend rendez-vous avec Rossi !

Une position de grille qui représentait d'ailleurs sur le papier un léger avantage en raison de son alignement sur le côté gauche de la piste, encore quelque peu humide au moment du départ de la course, abordé en pneus slicks par l'ensemble du plateau. Mais la dixième place signifie tout de même que l'abord des premiers mètres de course se fait avec délicatesse du fait de la présence de trois rangs de machines devant soi. "Ça dépend de la position", analyse Quartararo, interrogé sur l'avantage supposé dont il a pu tirer parti au départ. "Je pense que partir de la gauche de la piste était un grand avantage mais si j'étais parti septième, quatrième ou premier, c'est certain que cela aurait été un [encore plus] grand avantage. J'ai pris un vraiment bon départ mais je n'étais pas super à l'aise pour freiner tard dans le premier tour : la trajectoire était étroite dans le premier virage mais c'était une bonne position pour apprendre des autres pilotes."

Et c'est notamment en se montrant comme il le dit lui-même "plus agressif" sur ses dépassements que Quartararo a collecté de l'expérience ce dimanche, même si le fait d'avoir justement livré bataille contre plusieurs pilotes pour remonter des positions dans les premiers tours de course a aussi été un facteur de détérioration de ses pneus.

"Ce fut un week-end difficile et je crois qu'il s'agit de l'un des premiers où nous n'avons pas beaucoup roulé en conditions sèches [où il a signé le meilleur temps en EL2, ndlr]. Pour moi, les pneus étaient compliqués en termes de gestion. Quand j'ai fini la course, j'ai vu tout le monde devant moi avec les pneus arrière rôtis, donc il est clair que je n'étais pas le seul à souffrir", constate-t-il. "C'était difficile, car j'ai dû dépasser Petrucci, Nakagami, Pol : des motos devant qui arrivent à prendre de la distance à l'accélération avec leurs moteurs. J'ai eu du mal à les doubler : il me fallait vraiment attaquer pour les passer. À ce moment-là, je ne gérais pas les pneus, et lorsque j'ai commencé, c'était trop tard. Donc au final, je crois que ce n'était pas mal."

Lire aussi :

Un apprentissage qui s'affine

C'est parce qu'il a dû aller puiser dans les ressources de ses Michelin que le jeune Français, qui termine derrière la Yamaha factory de Rossi, n'a pu réellement aller se frotter au Docteur de plus près dans les derniers kilomètres et tenter de franchir la ligne d'arrivée en qualité de premier pilote équipé de la M1.

"En début de course, j'ai vraiment dû taper dans les pneus et faire des dépassements agressifs. Je pense que j'ai pas mal tapé dedans, alors que Valentino n'a pas eu la nécessité de doubler autant de personnes. Mais au final, je suis satisfait de mon résultat car on a vraiment roulé que vendredi sur le sec, et je pense que c'est bien avec si peu de roulage sur un circuit comme Brno."

Premier rookie à l'arrivée, El Diablo regrette simplement de ne pas avoir pu rester dans le sillage de Rossi et livrer une première bataille directe avec l'un de ses héros en piste.  

"J'étais un peu trop loin pour apprendre des choses, il était 2''5 à 3''0 devant, donc j'ai eu du mal à voir des choses", concède-t-il. "Mais ça m'a vraiment motivé de le voir devant et d'essayer d'attaquer au maximum pour faire ma première bataille avec lui. Cela n'aura pas été pour cette fois-ci, espérons que ce sera pour une prochaine ! C'est chouette de le voir pas très loin devant. Mais de manière générale, nous sommes très heureux de la septième place : c'était notre objectif et je suis le premier débutant, donc je suis vraiment satisfait de ce week-end."

Lire aussi :

Un pilote bien dans ses bottes

Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT

Au-delà de l'action en piste, c'est sur lui-même et sa manière d'aborder les nouvelles situations que travaille Quartararo, qui semble baigner dans une bulle de sérénité.

"Ce ne sont que de nouvelles expériences : partir [en reconnaissance], être sur la grille, repasser au box, une nouvelle procédure courte… Et puis rouler sous la pluie ! Je crois que c'était de l'expérience de prise, et c'est bon pour nous. Cela nous a un peu pénalisés, mais le jour où l'on arrive et que l'on a juste de la course sous la pluie, au moins, on a déjà de l'expérience. Je continue sur la même lancée. Avant, j'avais du mal à être si agressif sur les dépassements, et aujourd'hui je l'ai été sur Petrucci, sur Espargaró, et même sur Nakagami. Donc je pense qu'on a encore appris des petites choses aujourd'hui. C'est sûr que ce n'est pas autant que sur les premières courses, mais on peut toujours en apprendre", énumère-t-il.

Bien dans la tête, donc, et bien dans son corps, avant d'enchaîner avec une grosse journée de roulage, toujours à Brno, et de mettre le cap sur le Red Bull Ring.

"J'étais stressé aussi mais j'essaie d'être le plus cool possible et de ne pas me montrer plus nerveux. Mais c'est vrai que c'étaient des conditions difficiles. Ce n'était pas facile à gérer. Mon bras allait vraiment bien, pas de douleur : je suis vraiment heureux de ma condition physique, j'ai fini en forme. Je suis à 100%. On va travailler demain pour voir ce que je dois tester, si je dois tester beaucoup de choses ou non. L'Autriche n'a pas l'air d'être un circuit super top pour nous mais c'est un circuit que j'apprécie vraiment, avec de gros freinages. On donnera tout ce que l'on a, comme sur ce circuit."

partages
commentaires
Dovizioso s'avoue vaincu par un Márquez "spécial" avec sa Honda

Article précédent

Dovizioso s'avoue vaincu par un Márquez "spécial" avec sa Honda

Article suivant

Miller de retour sur le podium après une belle lutte face à Rins

Miller de retour sur le podium après une belle lutte face à Rins
Charger les commentaires
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021
Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales Prime

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Sa victoire autoritaire lors de la manche d'ouverture du championnat intervient alors que Maverick Viñales vit une période de changement personnel et professionnel. Est-ce le tremplin vers une lutte pour le titre plus concrète qu'elle ne l'a été par le passé ?

MotoGP
30 mars 2021