MotoGP
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Double succès en qualifications pour Aprilia

partages
commentaires
Double succès en qualifications pour Aprilia
Par :
21 sept. 2019 à 15:01

Aleix Espargaró prévient : "La moitié de la course se jouera dans le premier tour". Autant dire que son départ depuis la deuxième ligne de la grille pourrait s'avérer déterminant.

Par deux fois ce week-end, Aleix Espargaró a réussi à prendre la roue qu'il fallait, celle de Marc Márquez dont il reconnaît lui-même qu'il évolue "sur une autre planète" sur le MotorLand Aragón. Classé de justesse dans le top 10 vendredi, le pilote Aprilia y a gagné gros, puisqu'il a pu disputer la Q2 cet après-midi. Et là encore, le sillage de la Honda #93 s'est révélé précieux puisqu'il lui a permis d'obtenir la cinquième place sur la grille de départ.

Lire aussi :

Qualifié une seule fois dans le top 10 cette saison, Espargaró célèbre ce qui est de loin sa meilleure qualification de l'année, doublée par la 11e place de son coéquipier, Andrea Iannone. Une double participation à la Q2 qui a de quoi réjouir les troupes de Noale, bien que les deux pilotes gardent le sens des réalités. L'Espagnol, qui partira au cœur d'un second groupe très disputé, ne se risque par pour l'instant à dire qu'il pourra s'y maintenir mais ne l'exclut pas : le premier tour sera, selon lui, déterminant.

"On n'a pas roulé sur le sec ce matin alors le rythme est difficile à prédire. Je pense que personne n'a de rythme vraiment fort, mis à part Marc qui est sur une autre planète à la fois en termes de rythme et dans ses tours rapides. Alors si Marc disparaît dès le premier tour, je ne pense pas que le rythme sera très élevé pour le deuxième groupe", observe l'aîné des frères Espargaró. "Je me sens bien avec la moto. Avec le pneu soft, je pense qu'on peut faire une bonne course. La saison dernière, l'usure du pneu était plus forte que cette année, alors je suis confiant. La moitié de la course se jouera dans le premier tour : si dans le premier tour j'arrive à être dans le top 6, alors pourquoi pas finir dans le top 6."

Aragón confirme donc convenir aux RS-GP, qui déjà l'an dernier y avaient obtenu de solides résultats. Une relative aisance que l'Espagnol explique par la configuration atypique de la piste. "Il n'y a pas beaucoup de grosses accélérations, juste une, et puis il n'y a pas de bosses, c'est un circuit pratiquement plat. Là où l'on souffre beaucoup, Andrea comme moi, c'est pour stopper la moto en ligne droite. Mais dans les virages pour lesquels il faut freiner en étant sur l'angle, soit pratiquement tous les virages ici, étant donné que l'arrière a plus de poids, on arrive à mieux stopper la moto. Il n'y a pas beaucoup de pistes au monde où l'on est incliné sur pratiquement tous les freinages, mais Aragón c'est comme ça", décrypte-t-il.

Avoir roulé à proximité de celui qui fait office de référence sur le MotorLand a toutefois permis au pilote Aprilia de bien saisir où se fait la différence et le chemin restant à parcourir au constructeur italien. "Je m'attendais à ce qu'il freine super tard, or dans le virage 1 il a freiné super tôt, j'ai failli lui rentrer dedans ! Je l'ai suivi et avant la descente, à la chicane, il a aussi freiné plus tôt que moi. C'était étrange, parce qu'il ne freine pas super tard mais avant d'arriver au point de corde il relâche le frein avant, et quand il est incliné il a de l'appui et place son corps très bas. Il garde une telle vitesse, c'est juste incroyable !"

Lire aussi :

"J'ai fait un bon tour derrière lui, mais j'avais beaucoup de chattering au point de corde. J'allais beaucoup plus vite que dans les autres séances car je le suivais, mais la vitesse qu'il arrive à garder au point de corde, avant de toucher l'accélérateur, est incroyable", poursuit le pilote espagnol. "Le truc c'est que quand vous faites cela, vous pouvez très bien préparer l'accélération, [...] alors il a beaucoup de vitesse en virage, puis beaucoup de traction. Ça n'est pas super difficile de piloter comme ça, mais il faut aussi que la moto vous le permette, et le problème c'est que quand je vais à ce niveau j'ai beaucoup de chattering. Je n'en ai pas eu de tout le week-end et dans mon tour lancé j'ai failli tomber trois fois à cause de ça !"

Andrea Iannone, Aprilia Racing Team Gresini

Trois séances épuisantes pour Iannone

Sorti de la Q1 avec un beau deuxième temps, Andrea Iannone a lui aussi obtenu, de loin, sa meilleure qualification de la saison, mais il a dû se contenter de la dernière place durant la Q2. Il faut dire qu'il arrivait au bout d'un effort rude à supporter pour lui, sachant qu'il est blessé à l'épaule depuis une semaine, sans compter que la participation à la Q1 peut dangereusement empiéter sur l'allocation de pneus dont disposent les pilotes. C'est la raison pour laquelle la RS-GP #29 n'a roulé qu'à la toute fin de la séance décisive.

"J'avais mal et je n'avais plus de pneus. On a utilisé les pneus en Q1, et en Q2 on n'en avait plus. On a donc décidé d'attendre un peu. En tout cas, j'ai eu du mal. Enchaîner comme ça les EL4, la Q1 et la Q2 avec cette épaule, c'est très dur", explique le pilote italien. "C'est très difficile et ça a été dommage pour la Q2 parce qu'en Q1 j'avais plus d'énergie et j'ai piloté une seconde plus vite, ce qui fait qu'il m'aurait été possible de partir septième."

"Ce sera la première fois que je partirai 11e avec l'Aprilia. C'est une bonne place et on verra demain", poursuit Iannone, qui admet toutefois tiquer face à des problèmes récurrents qui le désavantagent par rapport à son coéquipier. "C'est surtout en ligne droite que je perds beaucoup notamment en comparaison d'Aleix, et aussi sur l'angle, car j'ai beaucoup de glissades si bien qu'il m'est difficile de bien accélérer", explique-t-il au site officiel du MotoGP. "J'espère qu'on pourra améliorer un peu la moto, surtout en termes de grip et en vitesse en ligne droite parce qu'Aleix a une bien meilleure accélération que moi et une plus grande vitesse. J'espère qu'on va pouvoir se rapprocher un peu."

Article suivant
La grille de départ du GP d'Aragón MotoGP

Article précédent

La grille de départ du GP d'Aragón MotoGP

Article suivant

Márquez : "Si je ne gagne pas demain, ce sera une déception"

Márquez : "Si je ne gagne pas demain, ce sera une déception"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Aragón
Catégorie Q2
Lieu MotorLand Aragón
Pilotes Aleix Espargaró , Andrea Iannone Boutique
Équipes Aprilia Racing Team
Auteur Léna Buffa