Le patron d'Aprilia "impatient" d'être battu par son team satellite

Massimo Rivola, PDG d'Aprilia Racing, se dit "impatient" de voir Trackhouse, team satellite du constructeur italien en MotoGP, battre les motos de sa marque pour découvrir ce qu'elle peut améliorer.

Miguel Oliveira, Trackhouse Racing Team

Trackhouse Racing a rejoint le MotoGP cette année, après avoir pris la suite de RNF, et engage deux Aprilia pour Miguel Oliveira et Raúl Fernández. Les derniers mois ont été mouvementés pour l'équipe américaine, qui a dû mettre en place la structure nécessaire pour concourir en MotoGP, en reprenant le personnel de RNF. Peu à peu, la stabilité s'est installée dans un team qui vivait dans l'incertitude permanente et qui, aujourd'hui, respire mieux.

Bien que deux exemplaires de la version la plus récente de la machine italienne aient été commandés pour Oliveira et Fernández, le manque de temps n'a permis jusqu'à présent qu'au Portugais de commencer la saison avec la moto de cette année, tandis que l'Espagnol court encore avec la spécification 2023.

En dépit des efforts fournis, le début du championnat ne s'est pas déroulé de manière aussi satisfaisante qu'il était possible de l'espérer. Après les deux premières manches, la neuvième place d'Oliveira à Portimão est le meilleur résultat de l'équipe, tandis que Fernández n'a toujours pas marqué le moindre point et occupe la dernière place du classement.

En sa qualité de PDG d'Aprilia Racing, Massimo Rivola se félicite quoi qu'il en soit de l'accord conclu il y a quelques mois, qui engage l'usine de Noale à fournir ses motos à Trackhouse pour les prochaines années.

Photo by: Gold and Goose / Motorsport Images

"Il est extrêmement précieux pour nous d'avoir Trackhouse à nos côtés. Leur influence sera déterminante dans le développement de la RS-GP", déclare ainsi Rivola à Motorsport.com. "L'émergence de Trackhouse est une immense opportunité, la meilleure qu'un autre constructeur puisse avoir. C'est une équipe très ambitieuse. Je suis impatient que Trackhouse nous batte, car cela signifiera qu'il y avait mieux à faire."

"Si vous voulez croître, la compétition est à la base de tout", ajoute Rivola, qui en est à sa sixième année à la tête d'Aprilia, après une longue expérience en Formule 1, à la fois chez Toro Rosso et chez Ferrari. "Je fais partie des personnes qui ont soutenu le recrutement de Davide Brivio par Trackhouse. Son CV parle pour lui. J'aime travailler avec des gens aussi compétents que lui, qui peuvent potentiellement être encore meilleurs que moi. Cela devrait être la philosophie de toute l'équipe."

Avant la confirmation de la venue de Brivio chez Trackhouse, des rumeurs laissaient entendre que l'ancien manager de Suzuki, qui a passé les dernières années chez Alpine, et notamment du côté de l'écurie F1, pourrait rejoindre Honda. C'est justement pour cette raison que d'aucuns pensent que le poste qu'il occupe actuellement ne correspond pas à ses ambitions à moyen terme.

"J'ai explicitement demandé que Davide soit engagé pour le moyen terme, jamais pour le court terme", répond Rivola. "Je veux qu'il soit à nos côtés pour développer Trackhouse et Aprilia. J'ai veillé à ce qu'ils éliminent la crainte qu'il puisse partir."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent "Vraie" course ou pas : le débat suscité par la victoire de Viñales au sprint
Article suivant Johann Zarco sent un bon résultat "possible" au GP des Amériques

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France