Chez Aprilia, une nouvelle organisation qui tarde à porter ses fruits

Malgré du mieux en ce début d'année, la marque italienne n'a pas encore réussi à rejoindre les autres constructeurs en haut de la hiérarchie.

Chez Aprilia, une nouvelle organisation qui tarde à porter ses fruits

S'il est clair qu'Aprilia a commencé à entrevoir la lumière au bout du tunnel cette année après une saison 2018 très difficile, le chemin est encore long pour que la marque de Noale se mêle à la lutte pour la victoire avec les autres constructeurs.

Elle reste en effet pour l'instant bloquée dans le second wagon, avec KTM, à la différence près que le constructeur autrichien est arrivé en MotoGP deux ans après Aprilia, qui avait fait son retour dans la catégorie reine en 2015.

Depuis, pas le moindre podium, et un sentiment de stagnation à peine compensé en ce début de campagne 2019 par le regain de performance de son pilote numéro 1, Aleix Espargaró : "Ils sont déjà dans leur cinquième saison dans le championnat, et il est temps de mettre la moto aux avant-postes", confessait le numéro 41 après le GP d'Espagne, où il a fini aux portes du top 10. "Mais ce n'est pas lié [les résultats] à moi, je fais de mon mieux pour les aider, je leur donne des indications."

Lire aussi :

Une remise en question nécessaire

Pour le moment, Aprilia semble de nouveau se remettre en question, démarche nécessaire au vu des profonds changements opérés durant l'hiver, avec l'arrivée de Massimo Rivola à la tête de l'équipe, et des pilotes Andrea Iannone et Bradley Smith (ce dernier au poste de pilote essayeur).

De nouvelles têtes qui n'ont pas manqué d'insuffler de nouvelles méthodes de travail. "L’équipe a beaucoup grandi en termes d’organisation avec l’arrivée de Massimo [Rivola]", concède Espargaró. "Elle continue de beaucoup changer et je crois qu’elle doit encore beaucoup le faire, mais l’organisation, l’approche des courses, tout est bien meilleur. Je m’attends vraiment à ce que le niveau de la RS-GP grandisse cette année, car comme vous le savez la saison dernière a vraiment été mauvaise techniquement parlant, donc j’espère que cette année nous pourrons plus améliorer la moto."

Lire aussi :

Iannone fer de lance du développement

Cette nouvelle organisation détient ainsi des ramifications dans toutes les activités exercées par l'équipe Aprilia, et influence grandement ses méthodes de fonctionnement. "C’est un mot simple [l'organisation] mais important dans plein de choses, comme les réunions, les spécifications techniques, l’approche des séances, mais aussi l’organisation à Noale, les ingénieurs, la façon dont les garages sont construits, beaucoup de choses", reprend Espargaró. "Ce sont de petits détails qui comptent énormément à la fin. Disons que c’était la chose la plus simple à changer et cela a beaucoup changé donc je suis vraiment content. L’arrivée d’Andrea [Iannone], qui est un coéquipier très fort, aide aussi car nous sommes deux pilotes qui demandons la même chose, et à présent nous espérons que la RS-GP va progresser."

Andrea Iannone sait jouer un grand rôle dans le développement de la RS-GP compte tenu de son expérience avec Ducati et Suzuki. Fortement impliqué dans les essais menés sur la machine italienne, le numéro 29 estime même devoir sacrifier ses week-ends de course pour tester de nouvelles pièces. "Aprilia travaille et je dois dire que d'un côté ou de l'autre, à chaque course ils essayent d'apporter quelque chose, que ce soit une amélioration ou quelque chose de différent", explique l'Italien, qui comprend l'intérêt d'apporter un regard neuf. "Comme je l'ai déjà dit à Austin, parfois on pourrait faire un peu mieux, mais on ne le fait pas parce qu'on utilise un peu les courses pour mener un peu de développement et la responsabilité de tout cela est sur mes épaules. Souvent je dois me sacrifier et mener ce travail, car Aleix s'est habitué à la moto avec les années, donc il y a beaucoup de défauts qu'il ne voit peut-être pas."

Avec Léna Buffa et Charlotte Guerdoux

partages
commentaires
KTM, un défi aussi excitant que complexe pour Tech3
Article précédent

KTM, un défi aussi excitant que complexe pour Tech3

Article suivant

Crutchlow contre le test de Jerez en novembre

Crutchlow contre le test de Jerez en novembre
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021