Et maintenant la perte des concessions pour Aprilia ?

Avec la victoire décrochée par Aleix Espargaró en Argentine, Aprilia n'a plus qu'un pas à franchir pour perdre les concessions du règlement technique. Fort des gros progrès accomplis depuis deux ans, le constructeur italien ferait alors jeu égal avec ses cinq adversaires.

Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team

En décrochant une première victoire en Argentine, Aprilia a fait un pas de géant vers la perte des concessions accordées par le règlement technique. Ce système, mis en place en 2014 pour permettre aux constructeurs n'ayant pas remporté de course sur le sec depuis 2013 de mener un développement moins restrictif que prévu par les règles de base, a déjà permis à Ducati, puis Suzuki et KTM de se rapprocher du binôme Honda-Yamaha ces six dernières années, et c'est désormais Aprilia, dernière marque à en bénéficier, qui pourrait franchir le pas.

Les concessions se perdent sur la base des résultats obtenus par les marques. Depuis une retouche apportée au règlement en 2015, des points de concession sont en effet accordés à chaque podium : un pour une troisième place, deux pour une deuxième place et trois pour une victoire. Ces points expirent au bout de deux ans et, dès qu'un constructeur en a totalisé six, il perd les concessions du règlement.

À ce jour, Aprilia a collecté un point de concession pour la troisième place d'Aleix Espargaró à Silverstone l'an dernier, puis trois dimanche dernier grâce à sa victoire à Termas de Río Hondo. Deux troisièmes places, une deuxième place ou une victoire suffiront donc à lui faire atteindre le total entraînant la perte des concessions. Et comme ses prédécesseurs avant lui, le constructeur italien n'y voit en rien une mauvaise nouvelle, mais bien un accomplissement.

"Pour perdre les concessions, nous devrions encore obtenir une deuxième place. Nous les perdrons", a assuré Massimo Rivola à Sky Sports Italie. "Nous faisons tout pour devenir grands, nous devons être prêts. Si nous les perdons tout de suite, nous aurons un an devant nous, nous devons encore nous développer et nous consolider."

Des concessions déterminantes depuis deux ans

L'arrivée de l'administrateur délégué d'Aprilia Racing en 2019 a été citée par Aleix Espargaró comme le tournant ayant permis à l'équipe italienne de progresser jusqu'à atteindre cette première victoire. La réorganisation mise en place à Noale, le recrutement de nouveaux ingénieurs, notamment venus de la Formule 1, et la plus grande attention que Romano Albesiano a dès lors pu accorder au développement technique ont eu des effets immédiats, avec une RS-GP transformée en 2020.

Au même moment, le gel du développement mis en place pour faire face à la crise sanitaire et prévenir toute crise économique pouvant mettre en péril les programmes des constructeurs engagés en MotoGP a joué en faveur d'Aprilia, devenue en 2021 la seule marque à encore bénéficier des concessions et donc à pouvoir développer son moteur en cours de saison et en utiliser un plus grand nombre, tout en jouissant d'une plus grande liberté dans ses tests privés. "Après le COVID-19, il a été clair qu'Aprilia avait un avantage. C'était la moto la plus sous-estimée mais avec le travail que l'on a fait, on s'est rapproché", observait Espargaró dimanche à l'heure d'analyser sa victoire.

Le pilote espagnol a donc désormais coché toutes les cases, ayant mené la RS-GP à la pole position, au podium, à la victoire, au meilleur temps en course, et ayant même pris la tête du championnat depuis dimanche. Malgré l'émotion que peut susciter ce cap désormais passé, le #41 s'est très vite tourné vers la suite, bien décidé lui aussi à ne pas en rester là.

"On garde les pieds sur terre, mais je pense qu'on le mérite vraiment. On va essayer de continuer sur cette lancée. Maintenant on va en Amérique, un circuit qui est très difficile pour nous mais avec une grande énergie positive", assurait-il sitôt sa descente du podium.

Le vainqueur Aleix Espargaro, Aprilia Racing sur le podium

Aprilia et Aleix Espargaró se prennent à rêver en grand

Se voit-il rester en tête du championnat ? "Ce sera très difficile mais on est dans la lutte pour la victoire, c'est certain, parce que ça n'était pas une course chanceuse ou sous la pluie, je pense qu'on le mérite vraiment. On garde les pieds sur terre, le championnat est extrêmement long cette année, mais oui, si on ne fait pas d'erreurs on sera dans la lutte pour la victoire ou pour le podium à chaque week-end."

"Je vais faire de mon mieux, je suis plus concentré que jamais. Je suis très content pour [cette victoire], mais je pense déjà à l'Amérique, à Jerez et Portimão, parce que j'aimerais vraiment poursuivre sur cette lancée. Je suis dans la dernière partie de ma carrière, car j'ai 32 ans, donc je veux terminer de la meilleure façon possible."

Sous contrat jusque fin 2022, Aleix Espargaró n'a pas fait de mystère de son envie de faire durer le plaisir : "Je veux assurément rester un ou deux ans de plus, mais je veux déjà essayer de savourer ce moment. Je suis très heureux ici chez Aprilia, mais on ne sait jamais ce qui peut se passer à l'avenir. Ce que je veux à l'heure actuelle, c'est savourer ce moment et profiter de cette moto, car je pense que ce championnat sera une très belle opportunité pour moi et je ne veux pas penser à mon avenir."

"Je pense que si nous continuons ainsi, beaucoup d'autres résultats vont pouvoir arriver bientôt, à la fois avec Aleix et aussi avec Maverick [Viñales]", a souligné son chef mécanicien Antonio Jimenez, interrogé par le site officiel du MotoGP. "Nous avons une équipe qui est très forte, deux top pilotes, nous avons montré notre potentiel. Maintenant il faut que nous continuions sur cette lancée et que nous cherchions à obtenir d'autres podiums et d'autres victoires, et pourquoi pas rêver à quelque chose de plus grand !"

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Bastianini cède le leadership après son premier week-end difficile
Article suivant Une Superpole, la solution aux problèmes de trafic ?

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France