Aprilia : Savadori n'est pas promu pour pénaliser Smith

Alors que le flou reste entier sur le sort d'Andrea Iannone et les conséquences que cela engendrera pour Aprilia en 2021, l'équipe italienne a choisi d'écarter Bradley Smith pour la fin de saison. Une décision seulement provisoire ?

Aprilia : Savadori n'est pas promu pour pénaliser Smith

Aprilia a créé la surprise après le Grand Prix d'Aragón en annonçant le remplacement de Bradley Smith par Lorenzo Savadori pour les trois dernières manches de la saison MotoGP, alors que l'Anglais assurait l'intérim depuis le début de la saison en l'absence d'Andrea Iannone, suspendu. Certes auteur de performances plutôt modestes en piste au guidon de la RS-GP, Smith a encaissé le coup, d'autant que ce changement est apparu soudain. Savadori lui-même a indiqué avoir été averti par l'équipe italienne juste avant que l'annonce soit faite. "Cela a été une surprise pour moi aussi. Quand Massimo [Rivola] m'a appelé, j'ai été très surpris et très heureux, mais je n'en savais rien", a fait savoir l'heureux promu.

L'administrateur délégué d'Aprilia Racing a tenu à expliquer cette décision sans jeter la pierre à Bradley Smith. Sachant que Lorenzo Savadori dispose déjà d'un contrat de pilote d'essais pour la saison prochaine, le responsable italien a présenté sa promotion comme une opportunité de le faire progresser au terme d'une année au programme réduit, alors que le jeune pilote venu du Superbike manque encore d'expérience en MotoGP, et particulièrement au guidon de l'actuelle RS-GP. Avant ce Grand Prix, il n'avait piloté la version 2020 de la moto que lors d'un seul test, à Misano, ses autres roulages s'étant concentré sur une machine plus ancienne.

"C'est la première année que je suis pilote d'essais. J'ai toujours été pilote de course, alors il est plus difficile pour moi de m'habituer à être essayeur", a lui-même expliqué Savadori. "J'ai roulé à Misano sur la RS-GP20 et c'est tout. On avait un test à Brno mais à cause de la météo je ne l'ai pas essayée. Je n'ai testé la moto [toutes versions, ndlr] que trois ou quatre fois, je ne la connais pas très bien, c'est certain. C'est pour moi une opportunité d'élever mon niveau et de mieux comprendre cette catégorie et cette moto."

"Avant tout, je pense que Bradley a fait du bon travail, donc ce n'est pas pour le pénaliser", a affirmé Massimo Rivola au site officiel du MotoGP. "Il s'agit de donner sa chance à Lorenzo, qui a fait une bonne saison dans un scénario complètement différent [en championnat italien, ndlr], de progresser comme pilote d'essais. Puisqu'il sera avec nous l'an prochain, lui faire faire trois courses va lui donner de l'expérience pour être un meilleur pilote d'essais. Bradley est un pilote que nous connaissons. Je ne pense pas que, pour nous, cela aurait fait une grande différence de continuer avec lui cette saison alors que pour Lorenzo c'est une opportunité de progresser."

Le constructeur sait qu'avec Bradley Smith il dispose d'un pilote expérimenté, auquel il sera possible de faire appel en course la saison prochaine si le besoin s'en fait sentir. Mais de toute évidence, l'Anglais n'est pas le premier choix d'Aprilia, qui entend se donner d'autres chances.

La priorité reste encore et toujours d'attendre Andrea Iannone. Le verdict du Tribunal arbitral du sport apparait désormais imminent, puisque le panel d'arbitres devait rendre sa décision d'ici mi-novembre après l'audience de la procédure d'appel qui s'est tenue le 15 octobre. Si la suspension du pilote est levée, la suite s'annoncera simple et Iannone retrouvera sa place. Si, en revanche, le TAS confirme sa sanction, voire l'alourdit, les affaires d'Aprilia se compliqueront puisqu'il faudra lui trouver un remplaçant.

Lire aussi :

Massimo Rivola l'affirme, Bradley Smith serait alors bel et bien en lice. "Sincèrement, la situation pour l'année prochaine n'est pas du tout claire. Tout d'abord, nous devons attendre encore [quelques] jours afin de connaître le résultat [de l'appel] d'Andrea Iannone et ensuite nous verrons. Il est certain que Bradley est l'un des principaux candidats pour continuer avec nous", a-t-il garanti en début de week-end.

Et puis il y a l'option de Cal Crutchlow, qui depuis plusieurs mois maintenant attend son tour. Toujours désireux de poursuivre sa carrière, l'Anglais n'a plus que cette option pour rester engagé en compétition en MotoGP. Si cela n'aboutissait pas, il pourrait s'orienter vers un poste de pilote d'essais, et des rumeurs récentes dans la presse italienne l'amène tout droit vers Yamaha dans cette optique.

Quand on parle de rumeurs, difficile d'éviter le nom de Jorge Lorenzo. Sur la sellette chez Yamaha et en contact avec Noale, le pilote espagnol a manifesté son souhait de rejoindre le programme en tant que pilote d'essais, se proposant même de devenir le coach d'Andrea Iannone si celui-ci devait reprendre la compétition. Un scénario que les deux hommes appuient ostensiblement en affichant leur entente sur les réseaux sociaux où ils ont ces derniers jours partagé leur entraînement commun à vélo. Mais en cas de suspension confirmée pour Iannone, difficile d'imaginer que le Majorquin ne voudra pas se porter candidat à un poste plus gratifiant que celui de pilote d'essais.

 

Et quelles seraient, enfin, les chances de Savadori d'être lui-même promu titulaire à part entière en 2021 ? "Franchement, je ne sais pas. Bien sûr, je l'espère, mon objectif est de courir ici, en MotoGP, mais pour le moment je suis concentré sur les EL1 demain", répondait celui-ci à la veille de son premier Grand Prix. "Franchement, pour le moment on se concentre sur cette course. Bien sûr, on discute avec Aprilia, c'est ma deuxième famille, mais pour le moment je me concentre sur cette course. Il faudra qu'on parle mieux pour l'avenir."

Lire aussi :

Ce premier week-end en MotoGP s'est révélé difficile pour Savadori, perturbé par des conditions de piste très variables, et au terme duquel il a chuté en course. Son objectif initial consistait quoi qu'il en soit à multiplier les tours afin de bien apprendre la piste, qu'il connait peu, et de mieux comprendre la moto, plutôt que de se focaliser sur la performance à ce stade. Alors que son contrat initial ne prévoyait pas de wild-cards avant même les chamboulements engendrés par la crise sanitaire, il tente de toute évidence de profiter d'une opportunité inattendue et d'engranger une expérience qui lui faisait défaut et qui lui sera utile l'an prochain... quel que soit son rôle.

Avec Vincent Lalanne-Sicaud

partages
commentaires
La première victoire de Joan Mir en photos
Article précédent

La première victoire de Joan Mir en photos

Article suivant

Cas contact au COVID-19, Lecuona pourrait être de retour samedi

Cas contact au COVID-19, Lecuona pourrait être de retour samedi
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021