Aprilia, un important travail de fond sur le point de payer

C'est un fait : l'équipe italienne affiche de biens meilleures dispositions cette année. Performances et moral en hausse, celle-ci compte bien progresser dans la hiérarchie cette saison après avoir validé ses avancées au cours des trois premières courses extra-européennes.

Aprilia, un important travail de fond sur le point de payer

Certes, Aprilia occupe cette année encore la dernière place du championnat des constructeurs, mais l'image renvoyée par l'entité italienne en 2019 est toute autre comparée à celle de l'an dernier. Avec seulement trois courses de disputées, difficile de définir une tendance claire, en tout cas en ce qui concerne le plan comptable, mais il est certain que l'optimisme et une dynamique positive ont fait leur retour dans le giron de Noale.

Lire aussi :

Les deux top 10 obtenus par l'équipe, à chaque fois par l'intermédiaire d'Aleix Espargaró, au Qatar puis en Argentine, sont venus confirmer ces progrès tangibles. L'Espagnol, présent dans l'équipe depuis 2017, a même affirmé que celle-ci dans son millésime 2019 était la meilleure qu'il lui ait été donné de voir en trois ans.

Un avis partagé par le responsable technique de la structure, Romano Albesiano, lorsque l'Italien est interrogé par le site officiel du MotoGP sur le niveau de compétitivité de ses troupes cette saison. "L'équipe MotoGP d'Aprilia alignée en 2019 est la plus solide jamais vue. Les pilotes, les mécaniciens, le nombre et la qualité des ingénieurs, le niveau des essais… tout cela est à un niveau que nous n'avons jamais eu par le passé."

La moto de 2017 comme point de départ

Voilà qui est dit. Mais qu'est-ce qui a bien pu changer au sein d'Aprilia pour passer d'un exercice cauchemardesque et pour le moins déprimant en 2018, à ce véritable sentiment de renouveau cette année ?

D'abord le retour à des bases saines sur le plan technique, avec la reprise des fondamentaux de la RS-GP alignée en 2017 qui, à défaut d'offrir des performances flamboyantes, avait à tout le moins le mérite d'être fiable et de présenter un bon rythme de course.

Il était donc tout naturel de tirer un trait sur la difficile expérience de 2018 pour mieux se recentrer sur "ce qui marche" pour Albesiano : "Je suis très content des progrès réalisés par la moto depuis le début de la saison. Au niveau du châssis, du moteur et de l'électronique, nous avons fait des progrès impressionnants", confesse-t-il. "Le concept remonte à la moto de 2017, mais nous y avons apporté de grands changements basés sur les tests que nous avons réalisés sur la moto de 2018. Le changement majeur par rapport à 2017, c'est le changement de la position du centre de gravité, qui se situe dorénavant plus sur l'avant. Du point de vue de la structure, nous avons aussi réussi à bien équilibrer la rigidité du châssis. Quant à la partie aérodynamique, nous avons mené des développements très intéressants que vous verrez bientôt. Dans l'ensemble, c'est une période très positive pour nous."

Andrea Iannone, Aprilia Racing Team Gresini

Une nouvelle organisation en adéquation avec les objectifs

C'est un fait, les progrès d'Aprilia ne sont pas seulement à mettre au crédit de performances techniques accrues, mais également à une organisation revue, et surtout mieux pensée. Albesiano est d'ailleurs directement concerné dans cette affaire, lui qui cumulait les postes jusqu'ici au sein de l'équipe, quitte à se disperser.

Désormais affecté à la partie technique, l'Italien a cédé les commandes de la structure en tant que telle à Massimo Rivola, ancien de la Formule 1 et qui a notamment officié chez Ferrari. On a connu pire comme carte de visite.

Mais du point de vue des pilotes aussi, les troupes de Noale se sont renforcées, avec l'arrivée d'Andrea Iannone qui, si elle ne se traduit pas encore en résultats probants en piste, permet au moins d'avoir des retours et des comparaisons d'un pilote qui a évolué pour deux autres constructeurs par le passé, à savoir Ducati et Suzuki.

Lire aussi :

Mais c'est bien sûr au niveau de l'équipe de tests que l'essentiel des progrès se joue chez Aprilia. Là aussi, l'arrivée de Bradley Smith, en provenance directe de KTM, a insufflé une nouvelle vision au développement de la RS-GP, alors que le rythme des essais observés par Aprilia s'est considérablement intensifié pour mettre le plus rapidement possible à l'épreuve les nouveautés techniques disponibles.

"Nous avons renforcé l'équipe de tests en termes de personnel et de matériel, donc c'est une vraie équipe de course", reprend Albesiano. "Nous avons cinq courses qui font office de wild-card [pour Bradley Smith] afin d'accélérer notre développement, et nous faisons des essais plusieurs par mois, le programme promet donc d'être serré pour eux [pour les pilotes]. C'est la première fois qu'Aprilia a cette chance, et nous l'exploitons à 100%."

Avec toujours dans l'idée de gravir les échelons dans la discipline, alors que le classement de l'équipe, qui a fait son retour dans la catégorie reine en 2015, stagne. Mais la fierté et la certitude de progresser à terme sont palpables chez Albesiano : "Le niveau en MotoGP est plus élevé maintenant que quand nous avons décidé de venir en MotoGP, cela progresse chaque année", observe-t-il. "Mon sentiment personnel, c'est qu'on a la sensation de faire quelque chose de très difficile au plus haut niveau qui puisse exister en compétition moto. Notre entreprise a la capacité, le potentiel et les compétences pour réussir dans cette catégorie."  

Après un Grand Prix des Amériques raté et marqué par le premier abandon d'Espargaró cette saison suite à une chute subie à l'accélération, Aprilia compte bien repartir de l'avant à l'occasion de la première manche européenne, courue ce week-end sur le circuit de Jerez.

partages
commentaires
À bientôt 30 ans, Aleix Espargaró "gère bien mieux la situation"

Article précédent

À bientôt 30 ans, Aleix Espargaró "gère bien mieux la situation"

Article suivant

Oliveira vise le top 5 "sur certaines courses"

Oliveira vise le top 5 "sur certaines courses"
Charger les commentaires
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021