MotoGP GP de Catalogne

Aprilia et le triomphe historique d'une équipe unie

En fêtant leur premier doublé en MotoGP, les hommes d'Aprilia ont pu se retourner sur le passé et prendre toute la mesure du chemin parcouru ces dernières années. Une étape de plus vers les sommets, pour une équipe qui affiche un état d'esprit résolument fédérateur.

Maverick Vinales, Aprilia Racing Team

Massimo Rivola sait l'ampleur des efforts à fournir pour mener une équipe au sommet d'une discipline reine en sports mécaniques. Formule 1 et MotoGP ne diffèrent pas vraiment sur ce point et l'ancien directeur sportif de la Scuderia Ferrari, précédemment team manager de Minardi et Toro Rosso, avait bien conscience de la côte raide qui l'attendait à son arrivée chez Aprilia. Quatre ans plus tard, il vient de fêter dans la liesse un résultat historique pour le constructeur italien.

Aleix Espargaró a réalisé le doublé en remportant le sprint et la course principale, une prouesse seulement réalisée jusqu'ici par les pilotes Ducati Pecco Bagnaia (trois fois) et Jorge Martín (au Sachsenring). À Barcelone, les deux pilotes officiels Aprilia ont été réunis sur les deux podiums, avec notamment un doublé dimanche qui faisait suite à l'intégralité des tours bouclés en tête de la course par les RS-GP.

"Une journée historique !", s'est réjoui le patron des troupes auprès du site officiel du MotoGP. "Ce qu'il y a de bien, c'est que chaque année on ajoute une pièce au puzzle de notre Histoire. L'année dernière, c'était la première victoire, l'année d'avant le premier podium, et maintenant le premier doublé − en plus du premier double podium [samedi]." Indéniablement, les Aprilia étaient au-dessus du lot pendant ce week-end, et Rivola estimait d'ailleurs que le doublé n'avait été manqué lors de la course sprint que du fait d'un "super Pecco", qui manquait malheureusement à l'appel dimanche après son gros accident.

LIRE AUSSI - Aleix Espargaró a pris tous les risques : "Je tombe ou je gagne"

Pour célébrer ce doublé, Espargaró a eu l'idée d'échanger sa moto avec celle de Viñales dans le tour d'honneur, une façon pour lui de mettre en avant la machine plutôt que sa prestation personnelle, mais aussi de souligner la force de cette équipe, qui parvient à fédérer autour d'elle et a livré ces dernières années des efforts de développement impressionnants.

Si les trois victoires obtenues depuis l'an dernier ont toutes été portées par Espargaró, capitaine du projet et meneur de l'orientation technique prise par la moto autour de ses goûts, son coéquipier, arrivé courant 2021, n'est pas en reste : en un peu plus d'un an, il a obtenu cinq podiums, deux top 3 en course sprint et deux qualifications en première ligne. C'est aussi pour saluer sa performance à Barcelone qu'Espargaró a tenu à échanger les motos à l'arrivée.

"C'est venu du cœur. Maverick m'a regardé en faisant une tête, comme s'il se disait 'mais qu'est-ce qu'il fabrique ?'. Mais ça m'est venu de l'intérieur, comme un hommage à tout Aprilia, à l'usine, à Maverick et à moi-même. Pour ce que l'on a accompli tous les deux", a expliqué le #41.

C'est lui qui a été à l'origine de l'arrivée de Maverick Viñales chez Aprilia, il y a deux ans. Le pilote de Roses s'effondrait alors moralement chez Yamaha et Aprilia subissait encore les conséquences de la suspension d'Andrea Iannone, ayant longtemps gardé un intérimaire à sa place dans l'attente du jugement définitif.

"Je me suis souvenu de l'Autriche, il y a [deux] ans, quand Maverick souffrait et pleurait. Dans le vol retour, je lui avais dit : 'Tu vas nous rejoindre chez Aprilia, ne t'inquiète pas'. À l'époque, il n'était pas certain parce qu'on était très, très loin, l'Aprilia n'était pas compétitive. Je me souviens lui avoir dit qu'on allait gagner ensemble."

LIRE AUSSI - Maverick Viñales vaincu mais totalement épanoui

"Beaucoup de gens m'avaient critiqué en disant que je faisais venir quelqu'un de très fort dans l'équipe et qu'en compétition, il faut battre son coéquipier. J'avais dit : 'OK, mais deux bons pilotes qui travaillent ensemble avec les ingénieurs peuvent aller plus loin'. Aujourd'hui, on a fait un doublé pour Aprilia, on a placé Aprilia au sommet du monde et je suis extrêmement fier. Je pense qu'Aprilia doit être fier de ses deux pilotes."

Massimo Rivola, Aprilia Racing CEO, Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team, Maverick Vinales, Aprilia Racing Team

Massimo Rivola, patron aux anges avec ses pilotes après le premier doublé d'Aprilia en MotoGP.

"Je crois beaucoup, beaucoup en moi. Beaucoup, et tous les jours de ma vie. Et je savais que son arrivée me rendrait meilleur", a poursuivi Espargaró. "Je n'ai aucun doute sur le fait que j'ai gagné deux courses cette année et que j'ai failli remporter le titre l'année dernière parce que j'avais un gars aussi fort à mes côtés. Ça a été comme un remerciement de ma part pour lui, un remerciement de sa part pour moi, de nous deux à Aprilia... C'était comme un hommage au fait que nous ne faisons qu'un. Peu importe la moto, nous ne faisons qu'un et nous l'avons fait ensemble."

Le titre, un objectif encore trop ambitieux

Que faut-il attendre de la part d'Aprilia à présent ? "C'est bon de vivre ce moment, [mais] nous savons que ça n'est pas la situation normale", a rappelé avec humilité Massimo Rivola, conscient que la RS-GP se joue mieux qu'aucune autre moto du manque d'adhérence chronique de la piste de Barcelone. "Nous savons qu'il s'agit d'une piste assez spéciale, compte tenu de son tracé et du fait que les conditions sont glissantes, alors peut-être que nous avons eu un avantage grâce à cela."

La progression d'Aprilia est toutefois indéniable. Mais le patron de l'équipe hausse encore les sourcils quand on évoque ses chances au championnat. "Nous devons travailler pour chaque course", a-t-il prévenu, "nous devons nous tourner vers Misano, qui est notre course à domicile. C'est un endroit où l'on sait que les pilotes Ducati sont assez rapides, VR46 y entraîne ses pilotes presque constamment. Nous avons eu beaucoup de mal à Misano par le passé et j'espère que nous pourrons au moins être assez compétitifs pour nous battre pour de bonnes positions mais nous savons que ce sera très différent par rapport à ici."

Aleix Espargaró, lui, n'a pas peur d'afficher ses ambitions. Lui qui a connu le succès sur le tard, il entend bien rester la locomotive de ce programme et viser haut, pourtant il concède qu'il va sans doute encore falloir un peu de temps avant d'en arriver à la consécration.

"Je suis très content pour Aprilia. Je pense que c'est un moment vraiment historique. Je suis très fier d'Aprilia, très, très fier, parce qu'on vient de très loin", soulignait-il dimanche. "Il faut voir l'évolution de l'usine : on était très, très loin et maintenant on se rapproche. Je pense qu'on n'est pas encore prêts à jouer un titre mais on est très proches."

"Maverick a un talent immense, il a aussi très faim alors il est certain qu'il va essayer de me battre, mais ça fait de moi un meilleur pilote. Si j'ai gagné deux courses cette année, c'est parce qu'il me pousse dans mes retranchements. Si on se bat pour le titre, ce sera un rêve", ajoutait-il. "J'adorerais jouer le titre face à mon coéquipier, ce serait un rêve. Après, le meilleur gagnera !"

Avec Vincent Lalanne-Sicaud et Germán Garcia Casanova

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Enea Bastianini a été opéré : il va manquer 3 Grands Prix
Article suivant Les indices qui montrent que Márquez a l'intention de quitter Honda

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France