En Aragón, Espargaró a voulu piloter avec l'Aprilia de 2017

À l'aise l'an dernier avec la dernière version de la RS-GP, l'Espagnol a dans un premier temps voulu recourir à celle-ci lors du Grand Prix.

En Aragón, Espargaró a voulu piloter avec l'Aprilia de 2017
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini, Scott Redding, Aprilia Racing Team Gresini

Aleix Espargaró aura enfin vu la lumière au bout du tunnel en Aragón. L'Espagnol a en effet obtenu sur ses terres son meilleur résultat de la saison, avec une sixième place à l'arrivée.

Pour l'anecdote, le pilote Aprilia avait déjà fini à cette même position l'an dernier dans la province de Teruel, sur un tracé qu'il semble apprécier. L'Ibère y avait d'ailleurs eu de tellement bonnes sensations en 2017 qu'il a souhaité réutiliser la précédente version de sa RS-GP durant le week-end.

Pas d'avantage en termes de performance

Une démarche confirmée par le patron d'Aprilia Racing, Romano Albesiano, au micro du site officiel du MotoGP : "Ce qui est important dans cette situation c'est d'éviter toute confusion. Nous avons donc mené un premier test [à Misano] avec la 2017, Aleix a eu de bonnes sensations", a ainsi expliqué l'Italien, qui expliquait alors vouloir retenter l'expérience lors de la journée d'essais suivant le Grand Prix. "En termes de performances, il n'y avait pas d'avantage, nous ferons donc un autre test ici lundi, parce qu'il est très important alors que nous concevons la moto de 2019 de comprendre exactement les faits dans cette phase de l'une ou l'autre des motos."

Lire aussi :

Au final, Espargaró a bien roulé sur la moto de 2018, ce qui a plutôt bien fonctionné compte tenu de son résultat sous le drapeau à damier. Mais aurait-il pu faire encore mieux avec celle de 2017 ? Difficile à dire selon l'intéressé : "C'est difficile de savoir ce qui aurait pu arriver", souligne ainsi le numéro 41. "J'étais très rapide l'an dernier, cette année j'étais plus rapide que l'an dernier mais tout le monde était bien plus rapide. J'ai beaucoup poussé pour en avoir une [moto] de chaque, mais ça n'était pas possible, donc c'est mieux de ne pas y penser. J'insistais vraiment pour l'avoir, mais si ça n'est pas possible, il vaut mieux se concentrer sur la 2018."

Reste à savoir quelle sera la philosophie sous-jacente dans la conception de la RS-GP de 2019. Aussi, faut-il repartir de zéro au risque de faire fausse route, ou bien privilégier une optimisation de l'existant en développant la présente moto à disposition des troupes de Noale ?

Besoin d'une révolution plus que d'une évolution selon Espargaró

Le choix semble pour le moment se diriger vers la seconde option pour le constructeur italien. Une approche plutôt conservatrice qui laisse sceptique Espargaró, qui estime que de profonds changements sont requis sur sa monture pour pouvoir espérer faire une percée au classement. "L'évolution est vraiment très importante. Si vous changez le carénage, c'est certes une évolution mais cela reste la même moto. Mais si vous changez le châssis et le carénage et plein d'autres choses, ce sera aussi une révolution. Il nous faut donc une grande révolution."

Lire aussi :

La campagne 2018 n'est pas de tout repos pour Aprilia, et les déceptions ont été nombreuses jusqu'ici si on met de côté l'éclaircie constatée en Aragón. Malgré cela, Espargaró a bien conscience du dur labeur dont fait preuve son équipe pour essayer de rétablir la situation. "Ils travaillent dur, et moi aussi", reconnaît-il. "Mon programme est incroyablement chargé. Bien sûr personne ne veut être dans cette situation l'an prochain, donc j'espère que tout cela va changer."

Un programme de développement toujours plus intense et l'arrivée de Bradley Smith comme pilote essayeur pourrait en effet permettre à l'équipe transalpine de remonter la pente en vue de 2019.

Avec Léna Buffa

partages
commentaires
Crutchlow : "Il ne reste plus rien à tirer de notre package"
Article précédent

Crutchlow : "Il ne reste plus rien à tirer de notre package"

Article suivant

Rabat toujours absent en Thaïlande, Torres rempile

Rabat toujours absent en Thaïlande, Torres rempile
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021