L'arrivée et un point pour Guintoli pour son retour en MotoGP

Le pilote français a évité les écueils dans la Sarthe pour réaliser une course solide et profiter des abandons pour rentrer dans le top 15.

W.Z, Le Mans - Qui l'eût cru ? Peu de personnes auraient misé sur une arrivée dans les points pour Sylvain Guintoli, pigiste de luxe pour le compte de Suzuki en remplacement d'Álex Rins, blessé. Pourtant, le pilote français a su déjouer les pièges du circuit Bugatti et afficher un rythme très régulier pour décrocher le point de la 15e place.

Un résultat sans réelle conséquence au championnat, mais qui témoigne tout de même de la capacité d'adaptation, très rapide, du natif de Montélimar, qui n'a pu bénéficier que d'un roulage des plus limités en amont de la course, et retrouver le rythme d'un week-end de MotoGP pour la première fois depuis six ans.

À l'arrivée, l'intéressé n'était forcément pas peu fier de sa prestation, même si l'essentiel était ailleurs selon lui. "C'est un bon résultat. Le point c'est symbolique, mais ça fait plaisir", a-t-il reconnu. "J'ai plutôt mieux performé que ce que je pensais. Je pensais que cela allait être difficile, et ça l'a été, mais je ne finis pas loin d'Andrea [Iannone], donc ça c'est bien. Mais pour une première course comme ça, je suis content car j'ai bien progressé même durant la course. J'ai fait mes meilleurs chronos sur la fin et je n'ai pas fait d'erreur, donc ça c'est toujours un plus."

Pas d'erreur et un rythme correct

Aucune erreur, là où plusieurs pilotes éminents de la discipline se sont fait piéger sur la piste mancelle, au premier rang desquels Marc Márquez ou bien encore Valentino Rossi. Au final, le pilote Suzuki finit à seulement 18 secondes de son coéquipier italien, ce qui constitue une prouesse compte tenu du faible temps d'adaptation et des conditions météo aléatoires qui ont marqué la manche française.

"Cela a été un week-end plein d'apprentissage, avec de nouvelles situations, avec des conditions mouillées, mixtes, froides mais aussi chaudes durant la course", rappelle Guintoli. "Beaucoup de choses à prendre en compte, et j'ai dû faire l'éponge tout le week-end."

Des informations dont le pilote français saura à coup sûr faire le meilleur usage lors de la prochaine manche au Mugello, puisqu'il y remplacera de nouveau Rins, comme il nous l'avait suggéré à Jerez.

La réactivité a donc été la clé dans cet environnement quelque peu hostile. "Ce sont des situations où même si j'ai beaucoup d'expérience en tant que pilote, Il faut aussi réapprendre à utiliser cette machine et les pneus dans des modes différents", explique le Français, qui estime cependant que l'atmosphère positive chez Suzuki l'a bien aidé à reprendre le pli. "Mais quand les conditions sont changeantes comme cela, ce n'est pas facile. Il faut donc essayer d'être bien réactif, mais ça s'est bien passé car le team est très soudé. Il y a une bonne expertise, et une très bonne ambiance."

Alors qu'il n'a pas eu à rougir de son rythme sur un tour en qualifications en dépit de sa dernière place, à seulement deux dixièmes de Tito Rabat, Guintoli a néanmoins eu plus de difficultés en course, et plus précisément durant les premiers tours dans le peloton. "Ça roule vite, c'est clair, mais ça je le savais", reconnaît-il. "Cela dit, au niveau rythme, à part le début de course où j'étais un peu tendu, pas suffisamment relâché et où je n'utilisais pas suffisamment la vitesse de passage, je n'étais pas loin du groupe qui était devant. C'est juste dommage que je n'aie pas réussi à les accrocher au début."

Un début d'épreuve qui a empêché le Drômois de viser mieux que la dernière place. Mais au-delà du résultat, le pilote tricolore préfère retenir l'engouement accru du public au Mans pour la discipline comparé à sa dernière apparition dans la Sarthe, en 2008. "Ça m'a fait plaisir de revenir au Mans, de faire cette course. Le public a été incroyable, il y avait un monde de fou, et une ambiance de folie. Bien sûr il y avait trois Français, et Johann Zarco a performé. En 2007, il manquait de résultats et de Français à supporter, dans la catégorie reine en tout cas. Mais avec le début de saison que Johann a fait, dans un team français, pour le public c'est génial."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP de France
Sous-évènement Course
Circuit Le Mans Circuit Bugatti
Pilotes Sylvain Guintoli
Équipes Team Suzuki MotoGP
Type d'article Réactions