C'était un 29 juin : retour en force pour Rossi et Lorenzo

Il y a sept ans jour pour jour, le circuit d'Assen vibrait grâce à deux exploits : le retour au sommet rédempteur de Valentino Rossi et le tour de force de son coéquipier, Jorge Lorenzo.

C'était un 29 juin : retour en force pour Rossi et Lorenzo

Valentino Rossi aurait peut-être été plus inspiré de se surnommer le phénix que le docteur. Le pari qu'il a relevé en 2011 en rejoignant Ducati, alors qu'il était à la tête d'un palmarès de sept titres dans la catégorie reine, lui a tellement fait toucher le fond qu'il aurait pu, il l'a admis, prendre sa retraite après ces deux ans de contrat avec le constructeur italien. Mais le porteur du numéro 46 a de la ressource, et il l'a prouvé en 2013 lorsqu'il a retrouvé son équipe de cœur et, au bout de sept courses, s'est à nouveau hissé sur la plus haute marche du podium. Deux ans avaient passé depuis son dernier succès, 44 courses s'étaient soldées par un échec (et seulement sept podiums) avant qu'il puisse à nouveau soulever le trophée du vainqueur.

On était alors à Assen, temple des Grands Prix moto. Dans l'équipe qu'il avait retrouvée, Rossi n'était désormais plus le maître, Jorge Lorenzo en étant devenu le leader en son absence. Le Majorquin, vainqueur du Grand Prix précédent, se disputait la tête du championnat avec Dani Pedrosa lorsque le paddock a investi le circuit néerlandais et, lors des premiers essais, c'est lui qui avait signé le meilleur temps. Seulement, avant le succès de Rossi qui allait clore ce week-end, ce Grand Prix est resté célèbre aussi pour les événements du jeudi : une lourde chute de Lorenzo, restée parmi les plus mémorables de sa carrière.

Lire aussi :

Piégé par une piste en conditions mixtes lors des EL2, le Majorquin s'est relevé avec une clavicule cassée. Verdict : il fallait qu'il se fasse opérer. Ni une ni deux, le voilà qui s'envolait pour Barcelone afin de passer sur la table d'opération illico. Absent de la deuxième journée d'essais, il était de retour le samedi, qui était encore à l'époque le jour des courses dans la Cathédrale. Dans la douleur, le Champion du monde en titre réussissait son pari de dépasser sa souffrance pour sauver de précieux points.

"J'ai compris tout de suite que je m'étais cassé la clavicule [quand je suis tombé], c'était déjà la septième ou huitième fois", racontait récemment Lorenzo à Sky Italia. "J'ai dit à mon manager que je voulais tout de suite être opéré. On a rejoint Barcelone et le lendemain je me suis dit que je voulais retourner aux Pays-Bas pour courir. Personne ne l'avait jamais fait, on m'a traité de fou. J'ai terminé cinquième : je pense que personne ne réussira jamais à faire quelque chose comme ça."

Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing

Bien qu'il n'ait disputé qu'une séance et demie d'essais libres, Lorenzo était qualifié pour la Q2 grâce à son chrono. Logiquement, il n'a pas disputé ces qualifications au lendemain de sa chute et a donc hérité de la 12e place (la dernière de ce groupe) sur la grille de départ. Revenu pour le warm-up, il a repris confiance pendant une dizaine de tours, suffisant pour être prêt à en découdre à 15h, à peine 36 heures après avoir été opéré.

Rossi, lui, avait une chance à saisir face à son coéquipier amoché et alors qu'il avait récemment trouvé un axe de progression sur sa machine lors d'essais privés. Qualifié quatrième, il concédait tout de même une demi-seconde à Cal Crutchlow, leader du clan Yamaha avec la M1 du team Tech3 et poleman pour la première fois à l'occasion de ce Grand Prix, mais à la fin du premier tour l'Italien se hissait à la troisième place alors que Dani Pedrosa avait pris les rênes. Après Stefan Bradl, c'est le rookie Marc Márquez qui a subi la loi du #46 à la sortie de la chicane. Rossi semblait bel et bien avoir franchi un cap et il était désormais lancé à la poursuite du leader, sur qui il fondait irrémédiablement. Au sixième tour, la messe était dite : le pilote italien était à nouveau aux commandes, aussi brillant qu'il avait pu l'être quatre ans auparavant en remportant ce même Grand Prix.

Dans le même temps, Lorenzo aussi avait réalisé une remontée admirable. Déjà septième à la fin du premier tour, il avait pris l'avantage sur Bradl, puis sur Crutchlow, pour se positionner en premier poursuivant de Rossi dans le quatrième tour. Les deux coéquipiers n'avaient toutefois pas le même rythme en ce 29 juin et la remontée du Majorquin allait s'arrêter là. À la mi-course, il serait repris par Crutchlow, mais parviendrait néanmoins à accrocher une cinquième place héroïque, deux jours à peine après la chute qui lui avait valu un aller-retour express pour passer entre les mains de chirurgiens à 1600 km de là.

Lire aussi :

Devant, Rossi a contrôlé son avance sur le binôme Pedrosa-Márquez, avant de profiter de leur bagarre entre coéquipiers pour se détacher quelque peu, suffisamment pour respirer. Pilote le plus rapide en piste durant la quasi-totalité des derniers tours, il n'a fini par lâcher du lest que dans les deux dernières boucles, sa 80e victoire étant désormais acquise.

"C'était vraiment très spécial, parce que ma dernière victoire remontait à très, très longtemps. Elle avait eu lieu en Malaisie en 2010, et en fin de saison j'étais ensuite passé chez Ducati pour deux ans, 2011 et 2012", se souvient Valentino Rossi dans le cadre du programme "Greatest Race" de BT Sport. "Ce furent des saisons très difficiles, et je n'ai pas obtenu une seule victoire. Alors, gagner en 2013, après plus de deux ans, c'était une sensation vraiment géniale, mon retour avec Yamaha, mon retour à la première place à Assen. Ce fut l'une des victoires les plus importantes de ma carrière."

partages
commentaires
Contrat Dovizioso : Ducati attend la reprise pour négocier ?
Article précédent

Contrat Dovizioso : Ducati attend la reprise pour négocier ?

Article suivant

LCR : Objectif podium et top 5 du championnat avec Crutchlow

LCR : Objectif podium et top 5 du championnat avec Crutchlow
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021