"Pas d'inquiétude" à Assen dans l'hypothèse d'un GP annulé

Organiser un Grand Prix n'est pas à ce jour la priorité à Assen et le réalisme semble primer sur place, sans grand espoir que le MotoGP puisse véritablement se rendre aux Pays-Bas fin juin, comme prévu.

"Pas d'inquiétude" à Assen dans l'hypothèse d'un GP annulé

Alors que les organisateurs du Grand Prix d'Allemagne ont indiqué être à la recherche d'une nouvelle date pour leur épreuve, initialement prévue du 19 au 21 juin, devançant en cela toute annonce officielle des instances MotoGP quant à un report de la course du Sachsenring, les regards se tournent à présent vers Assen. Le Grand Prix des Pays-Bas est en effet le prochain sur la liste, théoriquement devenu le premier rendez-vous de la saison, du 26 au 28 juin.

Le contexte d'une crise sanitaire qui n'est pas encore stabilisée pousse toutefois les organisateurs au réalisme, et ce alors que le gouvernement néerlandais doit annoncer mardi quelle sera l'évolution des mesures actuelles de protection des citoyens. L'épreuve du WorldSBK, qui devait avoir lieu ce week-end, a déjà été reportée, et chacun à Assen sait qu'il est très probable que la manche MotoGP connaisse le même sort.

"Nous ne croyons pas que nous tiendrons à cette date-là une épreuve réunissant 100'000 personnes", admet Jos Vaessen, ancien directeur du TT Assen, auprès du journal AD. "C'est la raison pour laquelle la Dorna travaille sur un calendrier de courses alternatif, qui débuterait en août. Une saison avec dix courses serait tout de même un succès. Assen obtiendra également une place, quelque part entre mi-août et fin septembre."

Lire aussi :

Assen accueille chaque année 167'000 spectateurs sur trois jours à l'occasion du Grand Prix MotoGP et faisait ainsi office de neuvième manche la plus attractive en 2019. Pour le moment, les événements de grande ampleur ont été interdits aux Pays-Bas jusqu'au 1er juin, mais le pays attend à présent la déclaration de son premier Ministre, Mark Rutte, mardi, afin d'y voir plus clair sur la suite, alors que l'Allemagne et la Belgique voisines, par exemple, ont étendu cette mesure jusqu'au 31 août. Et outre les mesures prises pour les événements devant se tenir dans chaque pays, les restrictions imposées sur les déplacements dans le monde sont elles aussi observées avec attention.

"Une grande part du monde des sports mécaniques vient d'Espagne et d'Italie. Nous savons à quel point ces pays ont été affectés", souligne Jos Vaessen. "Un grand point d'interrogation persiste à ce stade quant à ce qui est encore possible. Aux Pays-Bas, nous allons devoir attendre de voir ce quel sera le message du Premier ministre mardi."

Si la manche d'Assen est bel et bien reportée, il est peu probable que la suivante, le Grand Prix de Finlande, lance la saison sachant qu'il s'agirait d'une première sur le nouveau circuit du KymiRing, qui d'ailleurs doit encore être homologué. Dans l'hypothèse où le calendrier initial soit en partie maintenu, Brno pourrait dont accueillir le paddock début août pour un premier Grand Prix, à moins qu'une refonte totale de l'agenda soit mise en place dès que l'on y verra plus clair sur la sortie de crise.

Lire aussi :

Avec déjà quasiment une moitié de championnat reportée ou en passe de l'être, la perspective de disputer dix courses sur les 20 initialement prévues est devenue la nouvelle référence régulièrement citée à la fois par la Dorna et par les équipes. On ignore toutefois si cela pourra être réalisable compte tenu du manque de certitudes quant aux modalités dans lesquelles tout événement pourra être organisé dans les mois à venir. L'idée de devoir accueillir une épreuve à huis clos, voire de définitivement l'annuler pour 2020, fait trembler un grand nombre d'organisateurs, craignant ainsi une catastrophe financière. Selon Jos Vaessen, cependant, Assen ne partage pas véritablement cette peur.

"Je n'ai pas du tout remarqué de panique à Assen. Tout le monde est calme à ce sujet", indique-t-il. "Le TT est là depuis 100 ans et il a tout connu. Il possède par ailleurs un matelas financier, car la course a toujours eu du succès. Il n'y a donc pas d'inquiétude à l'idée que nous puissions sauter une année."

partages
commentaires
Impatient, Viñales est confiant de maintenir le niveau de cet hiver

Article précédent

Impatient, Viñales est confiant de maintenir le niveau de cet hiver

Article suivant

Iannone, "une grande stimulation pour Aleix" selon Aprilia

Iannone, "une grande stimulation pour Aleix" selon Aprilia
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021