Attaquer sans trop en faire, l'équation épineuse de Márquez

S'il peut obtenir son cinquième titre dès ce week-end au Japon, l'Espagnol veut rester raisonnable et se tenir à distance du moindre coup dur, qui pourrait s'avérer rédhibitoire alors que le championnat est entré dans le money time.

Attaquer sans trop en faire, l'équation épineuse de Márquez
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team

Difficile de tirer des conclusions à l'issue de la première journée d'essais libres à Motegi, d'autant plus que la deuxième séance n'a été guère représentative des conditions météo annoncées pour le reste du week-end.

La hiérarchie des EL1 permet néanmoins de se faire une première idée approximative des forces en présence. Comme attendu, Andrea Dovizioso et Ducati ont tenu le haut du pavé sur un circuit fait essentiellement de freinages et d'accélérations.

Besoin de travailler sur l'accélération et les freinages

Mais il est fort probable qu'à l'instar de la Thaïlande, Marc Márquez n'ait pas encore abattu toutes ses cartes, loin de là. Quatrième aux temps combinés ce vendredi, à seulement 0"140 de son dauphin au championnat, l'Espagnol espère ainsi travailler sur les axes de progression de sa Honda pour combler ce léger écart et pouvoir, comme il l'avait fait à Buriram, batailler avec Dovizioso aussi bien en qualifications qu'en course.

Mais à l'heure de lui demander si de premiers réglages ont pu être identifiés sur la RC213V, le quadruple Champion du monde se montre catégorique. "Pour le moment, non", tranche-t-il sans ciller. "Nous avons quelques idées à essayer, mais normalement lors des EL1, nous conservons simplement notre base, nous essayons de comprendre les trajectoires et le style de pilotage."

Lire aussi :

Dans cette optique, le numéro 93 regrettait donc de ne pas avoir pu mener à bien la mise au point de sa machine dans l'après-midi : "Nous n'avons pas eu beaucoup de temps pour essayer lors des EL2, mais lors des EL3 nous allons travailler dans ces domaines, l'accélération et la stabilité au freinage, pour voir si nous pouvons progresser afin d'être davantage compétitifs et nous battre contre Dovi, car il semble qu'il soit très rapide ici."

Le titre, Márquez le sait, il n'en est plus qu'à 48 heures s'il parvient à se mettre à niveau de Dovizioso en termes de réglages. Il faudra aussi sortir la grosse attaque, comme cela avait été le cas en Asie du Sud-Est il y a deux semaines, pour parvenir à ses fins.  

Mais alors que quatre courses restent encore à disputer, l'ibère est partagé entre l'envie de plier l'affaire dès ce week-end, et l'impératif de ne pas se faire mal en multipliant les prises de risques.

"Nous ne pouvons pas oublier qu'il reste encore trois courses ensuite", souligne-t-il ainsi, faisant une ébauche d'explication pour son absence en piste lors des EL2. "L'équipe a fait tout son possible pour que je ne sorte pas. Je leur ai demandé cinq fois. Le risque [d'accident] doit être réduit autant que possible. Une blessure maintenant compliquerait beaucoup les choses. Cela n'avait pas de sens [d'attaquer], car la piste était mi-sèche, mi-humide."

Prendre des points pour les championnats des équipes et des constructeurs

Il est vrai que Márquez serait bien inspiré de ne pas connaître le même sort que son compatriote Jorge Lorenzo, qui a rapidement dû déclarer forfait pour le reste de l'épreuve japonaise. Car si le titre semble joué chez les pilotes, rien n'est encore fait sur les deux autres tableaux, à savoir ceux des équipes ainsi que des constructeurs.

"Heureusement pour nous, Lorenzo ne va pas courir ce dimanche, donc pour le championnat des équipes c'est mieux, ainsi que pour celui des constructeurs", observe-t-il. "Je me souviens qu'en 2014 j'ai remporté le titre ici, et lors de la course suivante j'ai commencé à attaquer. À la fin de la saison, Honda m'avait expliqué 'combien de fois j'avais chuté'... Ce serait bien si nous pouvons avoir une année parfaite et remporter la triple couronne. Nous allons essayer."

Lire aussi :

partages
commentaires
"Aucun intérêt" de rouler l'après-midi pour Crutchlow

Article précédent

"Aucun intérêt" de rouler l'après-midi pour Crutchlow

Article suivant

"Il reste beaucoup à faire" selon Dovizioso

"Il reste beaucoup à faire" selon Dovizioso
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021