Austin met l'Aprilia en échec, Espargaró veut passer à autre chose

partages
commentaires
Austin met l'Aprilia en échec, Espargaró veut passer à autre chose
Par : Léna Buffa
26 avr. 2017 à 10:45

Aleix Espargaró a cumulé tant de difficultés pendant le Grand Prix des Amériques qu'il pouvait s'estimer soulagé de rapidement tourner la page.

Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Chute de Sam Lowes, Aprilia Racing Team Gresini
Sam Lowes, Aprilia Racing Team Gresini
Sam Lowes, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Sam Lowes, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini

Le week-end passé à Austin aura été mouvementé pour Aleix Espargaró, et plutôt irrégulier. Malgré des temps somme toute satisfaisants en essais, il a cumulé les difficultés, au point que samedi il indiquait avoir vécu "l'une des pires journées de [sa] vie en MotoGP". Il faut dire que rien ne lui a été épargné. "Je suis tombé deux fois en EL3, ensuite j'ai reçu un nouveau moteur pour les EL4 et je suis à nouveau tombé pendant la Q1", racontait-il.

Après cette "journée à oublier", l'Espagnol prenait place en dernière position sur la grille, sans avoir pu établir le moindre chrono de qualification, néanmoins son neuvième temps au warm-up lui laissait encore un certain espoir de bien figurer en course. Or, dès les premiers tours, il a compris que quelque chose n'allait pas. "Je n'arrêtais pas de perdre l'avant. Je pensais que ça venait du fait que le réservoir était plein, mais c'était de pire en pire à chaque tour. Je ne faisais qu'éviter de tomber et je tournais super lentement", explique-t-il.

Après avoir tenu ainsi durant 11 tours, Aleix Espargaró n'avait pas d'autre solution que de rentrer au stand, et ce même s'il venait de faire son entrée dans la zone des points suite à la chute d'Álvaro Bautista. "J'ai détesté abandonner – je déteste ça, pour moi on perd le respect de son team –, mais la moto était impossible à contrôler, j'étais super lent et je manquais de tomber à tous les virages. J'ai donc décidé de m'arrêter."

"Le pneu avant n'a duré que six ou sept tours, il était complètement détruit. Mes mécaniciens ont décidé de le changer et de me faire ressortir. Je suis reparti et la seconde partie de la course s'est bien passée, c'était normal. Je n'étais pas super rapide, mais j'ai affiché un rythme vraiment correct et j'aurais pu me battre pour le top 10. Malheureusement ce sont des choses qui peuvent arriver."

Classé à deux tours du vainqueur, le pilote Aprilia n'a pas été récompensé pour son opiniâtreté, cependant à l'heure de quitter Austin il avait déjà l'esprit tourné vers la suite. "La seule chose positive c'est d'oublier ce week-end", tranchait-il, prêt à enchaîner dès cette semaine avec un test privé au Mugello. "Ce week-end a été un désastre complet. Il n'y a rien de positif, mais beaucoup de choses à apprendre parce qu'on sait qu'on doit progresser dans de nombreux domaines."

La piste la plus compliquée pour la RS-GP

Avant même que sa course prenne cette tournure, l'Espagnol avait compris que ce troisième Grand Prix de la saison serait particulièrement complexe à gérer. "Sincèrement, j'ai l'impression d'être sur la pire piste depuis que j'ai piloté l'Aprilia pour la première fois à Valence", résumait-il dès samedi, très en difficulté sur les irrégularités du bitume que tous ont pointé du doigt pendant le week-end, mais aussi conscient que les caractéristiques du COTA n'étaient pas des plus favorables à sa moto.

"On savait que cette piste serait la pire pour nous, parce que le problème de l'Aprilia est que c'est une moto vraiment lourde dans les changements de direction, et puis notre point faible est l'accélération en partant du premier rapport ; normalement on n'est jamais en première, mais ici on l'est quatre fois. L'association de cela et de beaucoup de changements de direction fait qu'il est très difficile de rendre la moto compétitive ici."

"Cette piste avait tout contre nous et j'ai hâte de remonter sur ma moto pour le test du Mugello. Ensuite on ira au Mans pour un autre test, puis à Jerez. On a donc un gros programme devant nous et on va oublier cette course", promet Aleix Espargaró, qui manque les points pour la deuxième fois de suite après sa chute en Argentine.

Le bilan n'est pas plus réjouissant de l'autre côté du stand Aprilia, sachant que Sam Lowes a abandonné sur chute. Il est à ce jour le seul pilote du plateau MotoGP à ne pas avoir ouvert son compteur de points.

Article suivant
Rossi nouveau leader, "un exemple" selon Lorenzo

Article précédent

Rossi nouveau leader, "un exemple" selon Lorenzo

Article suivant

Les pilotes en appellent à des travaux à Austin

Les pilotes en appellent à des travaux à Austin
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP des Amériques
Catégorie Course
Lieu Circuit of the Americas
Pilotes Aleix Espargaró
Équipes Gresini Racing
Auteur Léna Buffa
Type d'article Réactions