Réactions
MotoGP GP des Pays-Bas

Bagnaia "sur une autre planète", mais Martín s'accroche

Jorge Martín n'a pas caché son admiration pour la performance de Pecco Bagnaia, ultra dominateur depuis le début du week-end à Assen. Le pilote Pramac s'est toutefois rapproché jusqu'à valider de gros points en course sprint.

Jorge Martin, Pramac Racing

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Vendredi, Jorge Martín jugeait que Pecco Bagnaia était "deux crans au-dessus de tous les autres". Aujourd'hui, il est tout bonnement "sur une autre planète" d'après l'Espagnol, qui a tenté en vain de suivre le rythme imprimé par le spécialiste des lieux pendant la course sprint d'Assen.

Martín n'a pourtant pas fait dans la demi-mesure avec une qualification en 1'30"621, soit huit dixièmes et demi plus rapide que le record de l'an dernier, puis la majeure partie du sprint bouclée avec des tours oscillant entre 1'31"6 et 1'32"1. Mais face à ce gros rythme, Bagnaia a fait encore mieux, ne s'autorisant un tour en 1'32"0 qu'une fois l'arrivée en vue et alors qu'il possédait déjà un petit matelas suffisant pour finir le coude à la portière.

Le leader du championnat n'a malgré tout pas l'intention de voir le verre à moitié vide. Lui qui se sait contraint de se contenir cette année, il prend les neuf points de la deuxième place avec satisfaction et attend simplement des jours meilleurs. Il ne baisse pas les bras pour autant et sait déjà sur quoi il veut travailler pour tenter de progresser avant l'épreuve longue, mais sans faire une obsession de l'idée de rattraper la fusée Bagnaia.

"Après la journée d'hier, je ne m'attendais pas à monter sur le podium aujourd'hui. On a beaucoup travaillé pour essayer de comprendre, mais Pecco est toujours sur une autre planète !" admettait-il, admiratif, à sa descente de sa Ducati après les 13 tours du sprint.

"Avant la course, j'aurais signé pour terminer deuxième", a-t-il souligné par la suite au micro du site officiel du MotoGP. "Pecco est à un autre niveau. Je crois qu'on a beaucoup comblé notre retard : ce matin, j'avais peut-être une demi-seconde de retard et, cet après-midi, un ou deux dixièmes. On s'est donc beaucoup rapprochés, même si les sensations avec l'avant ne sont pas là. Être deuxième, c'est très bien."

Lire aussi :

Si Martín se félicite du chemin parcouru, c'est qu'il a fallu trouver la clé de sensations qui, hier, ne lui convenaient pas du tout. "Je crois qu'on avait un peu perdu nos réglages de base. Sur les deux dernières courses, au Mugello et à Montmeló, on a beaucoup changé la moto, or on semble avoir perdu notre base et on était un peu perdus. Mais on a beaucoup regardé les dernières courses pour voir comment revenir à ce set-up, on a essayé et on semble être revenus au meilleur de notre potentiel. Mais même avec notre meilleur potentiel, on reste un peu loin."

"J'ai essayé d'imprimer le meilleur rythme que je pouvais. Je crois que je n'étais à 100%", a commencé à décrypter Martín par la suite, pointant un virage qui lui a particulièrement posé souci pendant le sprint. "Je perdais beaucoup l'avant au virage 6, et quand on perd l'avant à 310 km/h, ça n'est pas terrible ! Ensuite j'ai donc essayé d'être très propre dans cette partie-là, de garder de la marge pour éviter de tomber, donc je crois que je perdais pas mal de temps à cet endroit-là."

"Dans l'ensemble, sur le reste de la piste, je me sens en confiance, j'ai beaucoup progressé depuis ce matin et je suis beaucoup plus proche de lui, mais il a malgré tout plus d'aisance, c'est clair. J'ai le sentiment que si on fait quelques changements pour améliorer ce virage 6, ça va aussi m'aider à tourner un peu mieux sur le reste de la piste."

Jorge Martin, Pramac Racing

Jorge Martín reste en tête du championnat.

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Le pilote espagnol a toutefois noté que cette sensation de perte de la roue avant était survenue uniquement pendant le sprint, ce qui pourrait, d'après lui, ne pas avoir de rapport avec les réglages de sa moto, d'autant qu'il n'était pas très convaincu par le pneu avant dur qu'il s'est senti obligé de prendre.

"On a beaucoup progressé par rapport à hier, la moto est beaucoup plus stable. Mais je ne sais pas... Hier et ce matin, je ne perdais pas l'avant à cet endroit-là, j'avais peut-être quelques secousses mais aujourd'hui je perdais l'avant donc c'est super bizarre. Dès le début de la course, j'ai senti que l'avant ne fonctionnait pas parfaitement bien. Ça vient peut-être du pneu, je ne sais pas."

"On va donc essayer d'être optimiste, de s'améliorer et d'être plus proches demain. Je ne sais pas si je pourrai le battre ou gagner, parce qu'il est super fort, mais je vais essayer", a ajoute Jorge Martín. Essayer, au point d'attaquer Pecco Bagnaia s'il prend à nouveau les rênes demain ? Ce serait peut-être trop en demander… "C'est difficile. Il est déjà dur à suivre ! Aujourd'hui, je n'ai pas pu. Alors tenter un dépassement, ça l'est encore plus. Il a un niveau incroyable actuellement."

"Mais si je suis suffisamment proche, je pense que je pense avoir mes chances. Je suis assez fort dans le dernier virage, la chicane, alors peut-être que je peux tenter un dépassement à cet endroit. On verra. Ce qui est important pour le moment, c'est d'essayer de le rattraper, et ensuite on pensera à comment dépasser."

"Parfois on peut se surprendre soi-même ! Je vais essayer, c'est sûr, vous pouvez me faire confiance, mais je vais aussi gérer les risques et essayer d'aller au bout."

Mise à jour, 19h05 : Jorge Martín pénalisé sur la grille pour la course principale

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Quartararo clarifie la situation sur les moteurs de Yamaha
Article suivant Jorge Martín pénalisé sur la grille pour la course principale

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France