Bagnaia commence à effacer le souvenir de Dovizioso chez Ducati

Dès sa première saison dans l'équipe officielle Ducati, Pecco Bagnaia s'est affirmé comme le nouveau leader de la marque en MotoGP.

Bagnaia commence à effacer le souvenir de Dovizioso chez Ducati

La saison 2021 a marqué un tournant pour Ducati, qui a complètement repensé son groupe de pilotes et a notamment changé le line-up de son équipe officielle. Exit les expérimentés Andrea Dovizioso et Danilo Petrucci, ce sont Jack Miller et Pecco Bagnaia qui ont pour la première fois été promus à ce rang. Dans les équipes satellites, trois rookies sont venus rejoindre le programme (Jorge Martín chez Pramac, Enea Bastianini et Luca Marini chez Avintia). Johann Zarco a quant à lui obtenu une bonne place après une année d'apprentissage en 2020, devenant par la même occasion le plus âgé du groupe du haut de ses 30 ans.

Il s'agissait d'un véritable changement de philosophie pour le constructeur italien, qui n'avait jamais à ce point misé sur la jeunesse depuis le lancement de son programme en 2003. Le pari a fonctionné, c'est indéniable, car Ducati a remporté les championnats constructeurs et équipes, tout en passant très près du titre pilotes, et s'est aussi adjugé le titre de Meilleur pilote indépendant grâce à Zarco et de Rookie de l'année avec Martín.

Au cours des 18 Grands Prix de la saison, on a toujours vu au moins une moto de Borgo Panigale sur la première ligne de la grille de départ, et même deux triplés aux Grands Prix d'Émilie-Romagne et de Valence. En course aussi, les Rouges ont été très visibles avec sept victoires (38%), obtenues par trois pilotes différents, et 24 podiums (44%) répartis entre cinq des six pilotes du groupe. Le dernier Grand Prix, à Valence, a fait sensation avec un triplé Ducati à la fois en qualifications et en course, du jamais vu !

Un nom au-dessus des autres : Pecco Bagnaia

Un nom est particulièrement ressorti, celui de Pecco Bagnaia. On le sait, c'est plutôt sur Jack Miller que misait Ducati, en toute logique puisque l'Australien était le plus expérimenté et c'est bien lui qui a été promu en premier dans l'équipe d'usine. Mais l'Italien s'est véritablement révélé, ne manquant le titre que pour quelques accrocs aux conséquences lourdes, et notamment ses chutes au Mugello et à la deuxième course de Misano, alors qu'il était en tête.

"Nous avons fait un gros changement en remplaçant les deux pilotes et en en accueillant de nouveaux", souligne Davide Tardozzi, team manager, auprès du site officiel. "Nous pensions avoir une saison pour faire grandir nos nouveaux pilotes pour l'avenir alors que nous nous sommes finalement battus pour le titre presque jusqu'à la fin de la saison et que nous sommes déjà deuxièmes avec Pecco. Cela a donc été une saison positive."

Le Turinois, qui comptait un seul podium jusqu'alors, a décroché sa première pole position MotoGP dès le premier Grand Prix de cette saison, puis sa première victoire à la 13e course. Une fois ce cap passé, il a semblé imbattable, ou presque, capable de gagner quatre fois en six courses et n'échouant finalement qu'à 26 points de Fabio Quartararo.

Les statistiques de la saison de Bagnaia sont très proches des meilleures campagnes réalisées par Dovizioso avec Ducati. En réalité, l'élève de la VR46 Riders Academy a même déjà dépassé son aîné dans certains domaines. On note en effet que Dovizioso n'a remporté plus de courses que Bagnaia qu'une seule fois, en 2017 (six), saison durant laquelle il a été le plus proche du titre puisqu'il a repoussé l'échéance à la dernière manche. Il avait néanmoins été devancé de 37 points par Marc Márquez au classement final, là où Bagnaia a échoué à seulement 26 unités du titre cette année.

Trois fois vice-Champion du monde, Dovizioso a marqué plus de points que ne l'a fait cette année Bagnaia (252) lors des saisons 2017 (261) et 2019 (269), cependant il convient de rappeler que ces championnats avaient compté une manche de plus que celui que nous venons de vivre. Si l'on fait la moyenne des points marqués par course, les deux hommes sont pratiquement à égalité. Bagnaia a par ailleurs décroché six pole positions cette année, soit autant que le total obtenu par Dovizioso en huit ans chez Ducati.

Avec presque dix ans de moins, Bagnaia fait déjà jeu égal avec Dovizioso dans les tablettes de Ducati. À ceux qui s'interrogent sur cette éclosion si rapide, alors que le #04 a longtemps semblé indissociable de Ducati et de sa progression, Gigi Dall'Igna a apporté une réponse sibylline, soulignant la nouvelle dynamique qui s'est créée dans le box.

"C'est toujours une question qui n'a pas de réponse simple", a-t-il admis. "À mon avis, l'année dernière nous étions arrivés à la fin d'une histoire et d'une confiance réciproque qui est importante pour réussir à obtenir certains résultats. Cette année, de toute évidence, cette chose-là est complètement différente : il y a une confiance absolue et réciproque de la part des techniciens à l'égard des pilotes, et vice-versa, et ça fait souvent la différence. Et puis, assurément, la moto s'est améliorée et les pilotes ont également fait, surtout dans le cas de Pecco, des progrès importants. Il n'y a jamais un seul élément qui résolve toute l'équation, mais différentes choses contribuent et déterminent le résultat final."

Arrivé au bon moment, Pecco Bagnaia a jusqu'ici su tirer profit d'une Ducati devenue redoutable. Il est désormais unanimement cité parmi les favoris pour le titre en 2022 et relèvera par conséquent le défi de devoir confirmer les promesses de cette saison.

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Ces jeunes pilotes qu'il faudra suivre en 2022
Article précédent

Ces jeunes pilotes qu'il faudra suivre en 2022

Article suivant

Les 10 plus jeunes pilotes à avoir gagné en 500cc/MotoGP

Les 10 plus jeunes pilotes à avoir gagné en 500cc/MotoGP
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021