Bagnaia en quête de constance : "Un privilège d'être sous pression"

Pecco Bagnaia a accumulé plusieurs résultats blancs depuis le début de la saison mais reste sur deux succès, ce qu'il n'avait plus connu depuis 2022. L'Italien se sent prêt à résister à la pression de la course au titre.

Francesco Bagnaia, Ducati Team

Après un début de saison en dents de scie, Pecco Bagnaia refait peu à peu son retard sur Jorge Martín. L'Italien a fait parler sa pointe de vitesse dès le Qatar, où il s'est imposé le dimanche, mais il a payé des chutes en course principale au Portugal et connu trois sprints consécutifs sans aucun point, avec un accrochage en Espagne, des soucis en France et une erreur dans le dernier tour en Catalogne.

C'était tout ou rien pour Bagnaia, par ailleurs vainqueur à Jerez, mais la dynamique des dernières courses a tourné en sa faveur. Au Mugello, il a remporté son premier sprint depuis le Red Bull Ring, à la fin de l'été 2023, et en gagnant le dimanche sur ses terres, il a remporté sa deuxième course principale consécutive, ce qui ne lui était plus arrivé lors d'une même saison depuis le Red Bull Ring et Misano en 2022.

Ces deux week-ends ont permis à Bagnaia de faire passer son retard sur Martín de 38 à 18 points, tandis que son avance sur Marc Márquez reste encore plus faible, à 17 points. La saison pourrait entrer dans une nouvelle phase maintenant que l'avenir des trois hommes est connu mais une chose est sûre : chacun jouera pleinement sa carte pour décrocher le titre et la moindre erreur sera lourde de conséquences.

Cette situation génère une certaine pression, accentuée par les regards du public et des médias, mais Bagnaia se dit prêt à s'y confronter, et même fier d'être dans cette situation. "La pression est toujours là", a commenté le vainqueur des deux derniers titres en conférence de presse au Mugello. "Tout le monde attend toujours beaucoup plus de notre part. C'est comme si gagner était la norme et que tomber était un désastre."

"La pression est là. On a choisi ce sport parce qu'on aime la pression. C'est une motivation, une chose qui nous pousse à la limite et sincèrement, j'adore être sous pression. Je préfère être sous pression [en gagnant] que sixième, septième, 15e, sans pression. C'est une chose à laquelle on est confrontés tous les week-ends, toutes les saisons, et ça fait partie du boulot."

Francesco Bagnaia, Ducati Team

Pecco Bagnaia

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

"Sincèrement, je ressens la même pression [tout le temps]. Une course est une course mais le championnat reste long donc la pression va durer toute la saison. C'est un privilège d'être sous pression."

La chute au sprint de Barcelone a vraiment été un désastre pour mon état d'esprit.

Pour continuer sa remontée au championnat, Bagnaia devra rester sur la lancée des dernières courses avec une obsession : "Ne pas tomber ! [rires]" s'est amusé le pilote Ducati, particulièrement touché par sa chute dans le dernier tour lors du sprint de Barcelone, alors qu'il avait course gagnée. Le lendemain, il a répondu de la meilleure des manières en s'imposant... et en faisant un bras d'honneur au virage qui avait causé sa perte 24 heures plus tôt, avec un geste remarqué dans le tour d'honneur. Ces erreurs sont typiquement ce qu'il souhaite désormais éviter.

"C'est important d'être réguliers, de garder la même constance en termes de travail, en termes de résultats. Je vais essayer de rester autant que possible dans cette dynamique parce que c'est important pour le championnat, mais aussi pour moi et pour l'équipe parce que je connais notre potentiel, je sais à quel point on est bons. Sincèrement, la chute au sprint de Barcelone a vraiment été un désastre pour mon état d'esprit. Je vais la retenir pour essayer de ne pas reproduire la même erreur, et essayer de continuer comme ça."

La première occasion de montrer cette constance sera le GP des Pays-Bas à la fin du mois, un terrain de jeu idéal puisqu'il y reste sur deux succès : "Assen est toujours une bonne piste pour moi mais je me souviens que Jorge était trois ou quatre dixièmes plus rapide dans les six derniers tours de la course [l'année dernière]. Ce sera difficile mais je pense que la moto de cette année pourra nous aider un peu à Assen. Elle aide un peu plus au freinage, elle est un peu moins stable dans les virages rapides mais je pense qu'elle sera rapide."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Les pilotes officiels Ducati prédisent une victoire prochaine de la GP23
Article suivant Des livrées rétro sur toutes les motos au GP de Grande-Bretagne

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France