"Le tout pour le tout" pour Bagnaia face à Quartararo

Dernier adversaire de Fabio Quartararo dans la lutte pour le titre, Pecco Bagnaia sait ce qu'il doit faire pour résister au Français et l'empêcher d'être titré ce week-end : gagner le Grand Prix d'Émilie-Romagne.

"Le tout pour le tout" pour Bagnaia face à Quartararo
Charger le lecteur audio

Avant de décrocher sa première victoire en MotoGP, Pecco Bagnaia affichait 70 points de retard sur un Fabio Quartararo qui semblait survoler le championnat. Trois courses plus tard, il a beau avoir empoché deux succès et s'être hissé deux rangs plus haut au classement général, il n'a réduit son retard que de 18 unités, laissant entre le leader et lui un gouffre qui pourrait se révéler impossible à combler dans le peu de temps encore à disposition.

Puisqu'aucun compétiteur ne s'avouera jamais vaincu tant que la mathématique n'aura pas rendu son verdict, le pilote italien entre cette semaine dans le Grand Prix d'Émilie-Romagne en cherchant à esquiver le fait que cette épreuve offrira à son adversaire une première opportunité de clore le débat. Bagnaia sait ce qu'il a à faire pour retarder l'échéance et entretenir son espoir. "Pour moi, la seule chose que je peux faire pour essayer de rester dans la lutte au championnat, c'est gagner", résume-t-il. "On sait que 52 points, ça fait beaucoup, mais on va essayer. On a encore une possibilité, alors on va essayer."

S'il n'a connu que très récemment l'ivresse de la victoire en MotoGP, le pilote Ducati est justement parvenu à s'imposer sur ce même circuit de Misano le mois dernier, lors du premier des deux Grands Prix réservés à cette piste qu'il connaît si bien pour l'arpenter régulièrement à l'entraînement avec une moto de route. À ceux qui voudraient l'annoncer favori un peu prématurément, il répond toutefois avec prudence : "Ce week-end, ce sera différent. Les conditions sont différentes et il semble qu'il pourrait pleuvoir vendredi et samedi donc le travail pour la course pourrait être plus difficile."

"Mais on verra", poursuit-il, résigné à investir toutes ses forces dans sa dernière chance : "Il est certain que ce week-end il faudra que je donne le tout pour le tout et que j'essaye de faire quelque chose."

Valentino Rossi, mentor du jeune Turinois, partage l'avis de son élève, à qui il conseille une solution radicale pour résister à Quartararo : dominer totalement ce week-end. "La différence est de 52 points. Je pense que Fabio va vouloir terminer dès que possible, alors il va essayer dimanche. Si ça devient plus long c'est toujours plus difficile, alors il va essayer le maximum dimanche. Pour Pecco, j'ai déjà dit que mon conseil est de faire comme à Misano 1 : pole position, meilleur tour et victoire de la course. C'est la chose la plus intelligente que je puisse dire à Pecco ! [rires]"

"Je pense en tout cas que c'est un gros challenge entre Pecco et Fabio et qu'ils méritent de se battre pour le titre. C'est dommage que Pecco ait perdu des points pendant la saison. Ça aurait peut-être pu être plus fun s'ils avaient été plus proches. Certes, pas pour Fabio mais pour les gens autour."

Lire aussi :

Pas l'année prévue pour jouer le titre

Arrivé en MotoGP après avoir remporté en 2018 le titre de la catégorie intermédiaire, Bagnaia admet avoir dépassé ses propres attentes en se battant pour le Graal dès sa troisième saison, la première sous les couleurs de l'équipe officielle Ducati. En creux, il dévoile une vision des choses qui est simple : s'il laisse filer sa chance cette fois, il n'en sera que plus redoutable la saison prochaine, lorsqu'il aura emmagasiné suffisamment d'expérience pour repartir au combat.

"Bien sûr, notre ambition est de tout le temps progresser et, au vu de mes deux dernières saisons en MotoGP, cette année n'était pas celle où j'allais essayer de gagner le championnat. J'ai eu beaucoup de difficultés ces dernières années, je suis beaucoup tombé et je me suis cassé le tibia l'année dernière. J'ai donc eu des problèmes et cette année mon objectif était de continuer ma progression", explique-t-il.

"Je pense qu'on a fait un pas en avant après la pause estivale, puis un autre sur les dernières courses. Je suis donc content du travail que l'on a réalisé sur les dernières courses, mais notre travail pourrait clairement être meilleur l'année prochaine", conclut le pilote italien.

partages
commentaires

Voir aussi :

Quartararo : "Pour le moment, c'est juste une course normale"
Article précédent

Quartararo : "Pour le moment, c'est juste une course normale"

Article suivant

Jugeant ses progrès "trop lents", Márquez a son "propre championnat"

Jugeant ses progrès "trop lents", Márquez a son "propre championnat"
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021