Bagnaia déterminé à travailler sur lui-même pour ne plus chuter

Pecco Bagnaia a terminé le premier jour du GP des Pays-Bas en tête, comme souvent. S'il a la vitesse, l'Italien sait qu'il doit désormais travailler sur lui-même pour ne plus commettre d'erreurs en course.

Bagnaia déterminé à travailler sur lui-même pour ne plus chuter
Charger le lecteur audio

Pecco Bagnaia a signé le meilleur temps à Assen ce vendredi sur piste séchante, et affichait déjà un bon rythme sous la pluie en EL1 selon ses dires, le trafic l'ayant simplement privé d'une place dans le top 10. Il est donc provisoirement qualifié pour la Q2 et devra confirmer demain pour s'élancer d'une bonne place sur la grille dimanche, mais le pilote Ducati ne s'inquiète pas. Déjà proche de son meilleur tour en course de l'an dernier, il pense pouvoir être compétitif et essayer de suivre Fabio Quartararo, qui tentera de s'échapper à coup sûr à ses yeux.

"Mon feeling sur le mouillé était déjà bon, meilleur qu'à Portimão et Mandalika donc j'en suis content. Sur le sec je m'attendais à être compétitif parce que depuis les dernières courses je suis toujours là sur le sec. [...] Les conditions n'étaient pas les meilleures mais nous avons pu faire du bon travail, aussi en termes de réglages", a-t-il déclaré.

"C'est sûr que Fabio va essayer de s'échapper mais je vais essayer de rester avec lui. Je pense qu'avec les progrès qu'on a fait en maniabilité on peut être plus rapides et plus compétitifs ce week-end. L'an dernier j'avais plus de mal [...] donc pour moi les progrès qu'on a fait vont beaucoup nous aider sur des pistes comme celle-ci et je vais essayer de me servir de toutes ces améliorations pour me battre."

S'il a indéniablement la vitesse, Bagnaia manque encore de régularité et part souvent à la faute en course, parfois même sans véritablement comprendre, comme cela lui est arrivé la semaine dernière au Sachsenring. Préoccupé par ce constat, il tente de trouver des réponses qui résident probablement, selon lui, dans le fait qu'il a presque toujours gagné en s'échappant et qu'il n'a de ce fait pas la bonne méthode pour gérer son rythme lorsqu'il se bat contre les autres.

"Au Qatar j'ai chuté parce que j'attaquais pour remonter. Les autres fois, j'ai chuté au moment où je me disais que j'allais respirer un peu avant de remonter. J'ai l'impression que quand on n'attaque pas tout le temps, on chute plus facilement. C'est étrange de ce dire ça mais c'est ce qui me vient à l'esprit quand je pense à pourquoi j'ai chuté. Je ne perds jamais ma concentration en course, mais peut-être que penser à être plus calme et à respirer peut m'aider", a-t-il expliqué.

Pecco Bagnaia partant à la faute au GP d'Allemagne

Pecco Bagnaia partant à la faute au GP d'Allemagne

"Quand je pars en tête et que j'attaque, je n'ai pas ce genre de problèmes, je contrôle juste l'écart avec ceux de derrière. Je dois me focaliser sur le fait d'être plus concentré dans les situations où je ne suis pas premier, où j'ai un écart de six ou sept dixièmes. Pour moi ce n'est pas une perte de concentration ou un trop plein de pression car je pense qu'en tant que pilote on peut bien la gérer. On travaille depuis plusieurs années pour arriver en MotoGP et on peut bien gérer la pression."

"Même quand je gagnais en Moto2, je gagnais en étant seul devant et en attaquant. Je ne me suis pas battu tant que ça. Je pense que je suis bon en bagarre car quand je dois remonter, normalement je peux le faire mais je dois être plus concentré et attaquer. C'est ce à quoi je pense car je veux vraiment m'améliorer."

Après un début de saison compliqué où sa GP22 lui donnait du fil à retordre, l'Italien est désormais compétitif à son guidon et peut donc pleinement se concentrer sur lui-même afin de travailler sur ce point faible qu'il semble avoir détecté.

"Je suis certain que mon équipe m'aidera à le faire et qu'on passera un cap. J'ai des personnes qui peuvent m'aider, comme mon préparateur qui est super pour comprendre les choses et les faire comprendre, un peu brusquement parfois mais c'est la seule façon. Et puis chez moi il y a ma copine qui m'aide toujours au niveau du mental, et aussi ma famille", a-t-il ajouté.

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Jorge Martín traité pour une infection sur sa cicatrice
Article précédent

Jorge Martín traité pour une infection sur sa cicatrice

Article suivant

Conditions : la direction de course répond aux craintes des pilotes

Conditions : la direction de course répond aux craintes des pilotes