Bagnaia : Mieux vaut chuter en étant devant que terminer derrière

Le pilote italien a passé un cap lors du Grand Prix d’Italie, mais n’a pas été en mesure de confirmer ses progrès en course. Malgré sa chute, il affiche son optimisme pour le reste de la saison.

Bagnaia : Mieux vaut chuter en étant devant que terminer derrière

Francesco Bagnaia a réalisé un week-end solide au Mugello, où il a fait briller les couleurs de l’équipe Pramac, qui avait pour l’occasion revêtu une livrée jaune et noire spéciale Lamborghini. Boosté par son Grand Prix à domicile, le rookie s’est montré dès les premières séances d’essais libres en réalisant le meilleur temps des EL2, et s’est pour la première fois battu dans le groupe de tête en course, avant de partir à la faute. S’il a finalement engrangé un nouveau résultat blanc, il estime avoir passé un cap et se montre confiant pour Barcelone.

Lire aussi :

"Je dois dire que nous avons beaucoup progressé sur les deux dernières courses et ici aussi, nous nous rapprochons toujours un peu plus. Ce week-end, l’écart n'a jamais dépassé la seconde et c'est là aussi un détail très important surtout si l'on considère de quelle piste il s'agit. Il va absolument falloir continuer dans cette direction, pour progresser toujours plus. J'ai toujours été quelqu'un qui a du mal au début, je ne me sens pas trop d'attaquer tant que tout n'est pas sous contrôle et maintenant que j'ai tout sous contrôle, j'arrive à en faire un peu plus et nous progressons", déclarait-il au soir de la seconde journée, après s’être qualifié en huitième position, sa meilleure place sur la grille depuis le début de la saison.

Tout restait cependant à faire le dimanche, après trois résultats blancs, dont deux consécutifs à Jerez et au Mans. L’objectif de l’Italien était donc de terminer la course tout en parvenant à faire un top 10, estimant qu’il avait "le rythme pour le faire" et d’ajouter : "Pour la première fois cette année, je me sens vraiment bien et nous pouvons réaliser une belle course. Je pense que nous travaillons dans la bonne direction."

Malgré un départ un peu manqué, le numéro 63 a vite été en mesure de remonter sur les hommes de tête, et d’évoluer dans le premier groupe, en septième position. "J’étais avec Cal [Crutchlow], qui perdait un peu de temps, mais je ne voulais pas le doubler trop vite car je voulais contrôler mon chrono. Lorsque j’ai tenté, il a croisé ma trajectoire, j’ai donc réessayé au tour d’après mais je n’y suis pas parvenu et j’ai chuté", a-t-il expliqué après la course.

 

Bagnaia compte donc un quatrième abandon sur six courses, mais ce dernier ne l’inquiète pas : "Nous n’avons pas terminé les trois dernières courses, alors que c’était notre objectif aujourd’hui, mais ce n’est pas un problème car nous avons vu les progrès que nous sommes en train de faire", a-t-il déclaré auprès du site officiel du MotoGP. "Ce qui est important, c'est qu'alors que je ne suis pas bien parti et que j'étais un peu loin, je suis remonté et j'ai recollé au groupe de devant. Cela veut dire que nous travaillons bien, dans la bonne direction, et je suis très en confiance. Il nous manque un peu de traction en sortie de virage, mais nous y travaillons. Je devais freiner un peu trop fort, et puis j'ai un peu élargi et je suis tombé."

Sa machine a par ailleurs beaucoup fumé dans le bac à gravier, mais a fini par être rapidement éteinte. "J'ai passé la troisième à l’intérieur mais le moteur ne ralentissait pas, j'ai essayé de l'arrêter avec le frein arrière car le coupe-moteur ne fonctionnait pas", expliquait-il. De retour à son box en plein milieu de la course pour la quatrième fois, il ne retient que le positif de sa performance : "Mieux vaut finir une course comme ça en ayant été dans le groupe de devant, plutôt que la terminer et être derrière."

Lire aussi :

Le rookie semble donc avoir passé un cap depuis deux Grands Prix, ce qui s'est confirmé en Italie. Il reconnaît par ailleurs avoir progressé sur le plan mental, mais aussi sur l’utilisation des pneus usés avec lesquels il perdait jusqu’à présent sept ou huit dixièmes. Reste à savoir si tout cela se confirmera à Barcelone les 14, 15 et 16 juin prochains, mais Bagnaia affiche son optimisme : "Je pense que c’est impossible de faire plus difficile que [le Mugello]. Barcelone est un circuit que j’aime beaucoup. J’y roule depuis 2011 et je connais très bien le tracé, mais il faudra voir [comment cela se passera] avec la MotoGP. L’an dernier Ducati avait remporté la course, donc cela sera peut-être possible d’y réaliser aussi un bon week-end, comme ici."

Avec Léna Buffa

partages
commentaires
En mal de feeling, Crutchlow cède pour la 1re fois face à Nakagami

Article précédent

En mal de feeling, Crutchlow cède pour la 1re fois face à Nakagami

Article suivant

Abraham voit Brno menacé, faute d'investissement du gouvernement

Abraham voit Brno menacé, faute d'investissement du gouvernement
Charger les commentaires
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021
Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales Prime

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Sa victoire autoritaire lors de la manche d'ouverture du championnat intervient alors que Maverick Viñales vit une période de changement personnel et professionnel. Est-ce le tremplin vers une lutte pour le titre plus concrète qu'elle ne l'a été par le passé ?

MotoGP
30 mars 2021