Bagnaia pense encore à son erreur du Japon

Pecco Bagnaia reconnaît ne pas avoir encore pleinement tourné la page du Japon, où sa chute survenue dans le dernier tour lui a coûté huit points au championnat. Il espère toutefois comprendre ses difficultés pour être plus compétitif en Thaïlande.

Bagnaia pense encore à son erreur du Japon
Charger le lecteur audio

Ultra dominateur depuis la reprise de la saison, après la pause estivale, Pecco Bagnaia semblait survoler la catégorie. Ses cinq podiums consécutifs, dont quatre victoires, n'ont cependant pas connu de prolongation au Grand Prix du Japon dont il est reparti avec un résultat blanc, son cinquième cette année.

En difficulté aussi bien sur le mouillé que sur le sec, l'Italien a été surpris par de mauvaises sensations mais était parvenu à remonter à la neuvième place en fin de course, juste derrière Fabio Quartararo.

Trop ambitieux à ses yeux, il a tenté une attaque dans le dernier tour et est parti à la faute, sans toutefois emporter son adversaire pour le titre, ce qui l'a relégué à 18 points de ce dernier au championnat.

Quelques jours plus tard et à l'heure de se concentrer pleinement sur le nouveau GP, qui se tient ce week-end en Thaïlande, il reconnaît ne pas avoir encore digéré son erreur. "Sincèrement, j'y pense encore et j’analyse encore tout aujourd'hui", a-t-il expliqué en conférence de presse.

"On doit comprendre pourquoi j'ai eu autant de mal à l'accélération et pourquoi je perdais autant de temps comparé aux autres motos. Je suis resté derrière Pol Espargaró durant de nombreux tours et c'était vraiment impossible de le doubler donc on doit comprendre ça. Espérons qu'on trouvera quelque chose ce week-end qui nous aidera."

Déstabilisé par les conditions de piste et la pluie au Japon, Bagnaia s'apprête à retrouver les mêmes en Thaïlande, avec une météo particulièrement capricieuse. "Ce qui a aussi été difficile c'est qu'on n'a pas eu beaucoup de séances sur le mouillé durant l'année ; quand je suis arrivé au Japon je n'avais pas de feeling et dans cette situation j'ai plus de mal. Je pense qu'on a trouvé de bonnes idées pour me faire mieux sentir le mouvement ou le transfert de poids et ça sera surement meilleur [ici]", a-t-il ajouté.

Buriram est réputé pour être un tracé favorisant la Ducati, mais l'Italien n'y voit pas que des avantages et sait que son équipe et lui auront beaucoup à faire pour concurrencer Quartararo. "Bien sûr c'est une piste très bonne pour Ducati avec le secteur 1. Il n'y a qu'un virage et la ligne droite, c'est un bon secteur mais le 3 est notre point faible. En 2019 on y perdait beaucoup de temps comparé à Fabio et il était le seul vraiment rapide à cet endroit. On verra cette année. Je pense que le nouveau carénage va nous aider dans cette partie de la piste mais on verra", a-t-il conclu.

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Trop agressif sur le mouillé au Japon, Quartararo veut revoir sa copie
Article précédent

Trop agressif sur le mouillé au Japon, Quartararo veut revoir sa copie

Article suivant

Leader déterminé, Espargaró a remotivé les troupes chez Aprilia

Leader déterminé, Espargaró a remotivé les troupes chez Aprilia