Réactions
MotoGP GP de Malaisie

Bagnaia perplexe après un changement radical à mi-course

Parti de la pole position, Pecco Bagnaia semblait en capacité de remporter la course sprint de Sepang. Un changement soudain de sensations à mi-course l'a toutefois mis en difficulté.

Francesco Bagnaia, Ducati Team

Pecco Bagnaia avait bouclé la matinée galvanisé par sa pole position, celle qui semblait enfin lui permettre de tourner la page de la phase de moins bien ouverte par sa chute de Barcelone, mais il a terminé la journée perplexe après avoir soudainement retrouvé de mauvaises sensations pendant la course sprint.

Avant d'analyser les difficultés rencontrées en course, il a d'ailleurs tenu à exprimer sa joie pour cette première pole en deux mois : "Les qualifs ont été fantastiques ! Le feeling d'un tour comme ça, ça me manquait. Quand on peut pousser à la limite et sentir la vitesse virage après virage, c'est une sensation incroyable. J'adore les qualifs, ça fait partie de ce que je préfère, et revenir en pole position pour la première fois depuis Barcelone, ça a été un soulagement. J'en suis très content."

Depuis le premier emplacement de la grille de départ, c'est lui qui a réussi le meilleur envol et, durant cinq tours, il a été le leader, la référence à battre. Certes, Álex Márquez avait déjà tenté de l'attaquer mais sans parvenir à ses fins. Seulement, lorsque l'Espagnol est revenu dans sa roue et l'a doublé au freinage du virage 9 dans le sixième tour, cette fois Bagnaia n'a rien pu faire. Il a dû s'incliner face au pilote Gresini, tout bonnement imbattable, mais a aussi dû limiter les dégâts, soudain en proie à de grandes difficultés.

Interrogé sur ce qui a bien pu se passer dans ce sixième tour, Bagnaia s'est montré perplexe : "On ne se l'explique pas encore. Ils sont en train d'analyser les données pour voir ce qui s'est passé, mais on ne comprend pas. Tout se passait parfaitement bien. Je n'avais pas d'excellentes sensations sur l'avant, mais c'était dans la norme. J'étais bien parti, je poussais fort, j'avais un super rythme et j'arrivais à bien gérer les choses."

"Ça a été similaire à la course du Mugello. Je sentais qu'Álex Márquez avait un très bon rythme, mais le mien était fort également. Quand il s'est rapproché, j'ai essayé d'attaquer encore un tour de plus pour garder trois dixièmes d’avance, mais à partir de ce tour-là, j'ai commencé à être très en difficulté avec l'avant de la moto. Elle est devenue très difficile à stopper à cause des blocages de l'avant, j'avais beaucoup de mouvements. Je crois que je ne suis pas le seul à avoir eu cette sensation − Enea [Bastianini] a eu ça et d'autres pilotes aussi. C'est assez étrange, je ne m'y attendais pas, d'autant que j'avais fait beaucoup de tours avec le pneu avant, hier et aujourd'hui."

"C'était avant de me retrouver derrière quelqu'un", précise-t-il, pensant que la pression pneumatique n'a pas été en cause, contrairement à Jorge Martín, très agacé par ce point. "J'ai souvent couru comme ça cette année et je ne pense pas que mes problèmes soient venus de la pression. Peut-être que c'était dû aux températures, je ne sais, mais c'était étrange."

Francesco Bagnaia, Ducati Team, avec un débris sur sa moto

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Un carton est venu se coller sur la Ducati de Pecco Bagnaia.

Au beau milieu de ce sprint, Bagnaia a connu un incident peu commun : un carton est venu se coller sur le carénage avant de sa moto. "C'était une boîte de repas ! Ça ne m'a pas aidé, clairement. Il s'est coincée sur un aileron et je crois que je l'ai perdu dans le dernier tour, mais ça ne m'a pas aidé. Ça s'est passé dans le tour où j'ai commencé à avoir du mal. Je ne crois que c'était dû à ça mas on ne sait pas, on ne comprend pas."

Cette incapacité à se battre pour la victoire jusqu'au bout l'agace-t-elle particulièrement après ce retour en pole ? "Ça m'agace moins qu'en Thaïlande, parce qu'en Thaïlande, on avait gâché une opportunité le samedi. Aujourd'hui, je ne pouvais vraiment pas faire plus que ça car je me sentais vraiment en difficulté dans les quatre ou cinq derniers tours."

"C'est dommage parce que ce matin on a été super bons, on a impressionnants en qualifs. Tout le week-end, je n'ai jamais roulé au-dessus de 1'59"5 en rythme, j'ai tout le temps été très régulier et rapide, alors qu'aujourd'hui, dans les deux ou trois derniers tours, j'étais vraiment très en difficulté."

Francesco Bagnaia, Ducati Team

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Pecco Bagnaia a résisté à Enea Bastianini dans les derniers tours.

Durant cette seconde partie de course, le champion en titre a été marqué à la culotte par Enea Bastianini, néanmoins il a pu bénéficier de la prudence de son coéquipier dans cette position délicate. "Je pense qu'il a fait du très bon boulot, mais lui aussi a commencé à être en difficulté. Il était derrière, il est revenu et dans les derniers tours j'ai essayé de fermer toutes les portes. Il est certain qu'il a préféré ne pas prendre de risques pour me dépasser d'une manière étrange. Je pense qu'il était plus rapide que moi mais s'il m'avait dépassé, il aurait pris le risque de tomber et de potentiellement gâcher un résultat, alors il est certain qu'il valait mieux faire ce qu'il a fait."

Au final, Bagnaia a rallié l'arrivée troisième − son meilleur résultat au sprint depuis le GP du Japon −, derrière Martín à qui il concède deux points. Malgré tout, il croit en ses chances pour la course principale. "Álex Márquez est actuellement plus rapide que nous deux, alors on verra. Il a un rythme très régulier, il est très bon dans les freinages et il fait du très bon boulot. Il n'a rien à perdre et aujourd'hui il a montré qu'il était très rapide. On verra demain mais je pense qu'on a de bonnes chances, parce que notre rythme n'était pas celui qu'on a montré aujourd'hui." Et d'ajouter : "À mon avis, la course de demain sera très difficile, pour beaucoup de pilotes. J'ai vu plusieurs pilotes en difficulté physiquement à la fin. Les pneus et le physique seront une inconnue."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Martín ralenti par sa pression : "On ne voit pas de vraies courses"
Article suivant Premier tour calamiteux pour Quartararo : "J'ai fait n'importe quoi !"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France