Bagnaia pilote officiel Ducati : un rêve, puis un pari et enfin une réalité

Promu par Ducati au rang de pilote factory, Pecco Bagnaia réalise un rêve d'enfance, qu'il n'a eu de cesse de poursuivre tout au long de sa carrière en Grand Prix.

Bagnaia pilote officiel Ducati : un rêve, puis un pari et enfin une réalité

Pecco Bagnaia est aux anges, lui qui vient d'être officialisé au sein de l'équipe officielle Ducati pour la saison prochaine. Après avoir pris ses marques en MotoGP en travaillant deux ans au sein du team Pramac, il suit donc le chemin qu'ont emprunté avant lui Andrea Iannone et Danilo Petrucci, et sera promu l'année prochaine dans l'équipe factory. Il imite également le parcours de son coéquipier Jack Miller dont le transfert avait déjà été annoncé en mai.

Lire aussi :

Pour le pilote italien, natif de Turin, cette promotion a une saveur toute particulière, lui qui n'a jamais caché son attachement très spécial à la marque Ducati. Une véritable fascination née durant son enfance au sein d'une famille de fans de la première heure et notamment auprès d'un oncle grand admirateur des prouesses de Troy Bayliss.

En 2016, alors âgé de 19 ans, Bagnaia était encore loin de la réalisation de son rêve, seulement l'obtention de ses premiers solides résultats en Moto3 et notamment d'une première victoire lui ont permis d'être récompensé d'une manière peu commune : le team Aspar, dont il faisait partie dans la plus petite des catégories et qui évoluait alors en MotoGP, lui a offert un roulage au guidon de la Desmosedici dans le cadre des tests de l'intersaison.

Les émotions étaient fortes et Bagnaia n'en fut que plus convaincu que l'accession à la catégorie reine dont il rêvait devrait se faire avec Ducati et aucun autre constructeur. En attendant, il voulait gravir les échelons et mériter sa promotion, et c'est ainsi qu'il s'est employé à se battre aux avant-postes en Moto2, décrochant un contrat MotoGP début 2018, avant même de quitter la série le titre en poche.

Pour apprendre le b.a.-ba du MotoGP, Pecco Bagnaia a bénéficié en 2019 de l'expertise du team Pramac et d'une équipe technique chapeautée par Cristian Gabarrini, ancien chef mécanicien de Casey Stoner et Jorge Lorenzo, entre autres. Un signe indéniable de la confiance que lui accordait le constructeur. Et, si la première saison a été émaillée de difficultés au guidon d'une machine de l'année précédente, la seconde, cette fois avec une GP20, a rapidement apporté les résultats attendus. Face au chamboulement annoncé dans l'équipe d'usine avec le départ d'Andrea Dovizioso, et alors que Jack Miller avait déjà été officialisé pour remplacer Danilo Petrucci, le choix de la direction du groupe de faire de Pecco Bagnaia un membre du team factory est donc apparu comme la suite logique de leur histoire commune.

"J'avais choisi d'être pilote Ducati avant même de devenir Champion du monde Moto2 en 2018, et ils m'avaient eux-mêmes choisi avant que je sache que je le deviendrais un jour. C'était notre pari", explique Pecco Bagnaia, "car jusqu'alors j'avais toujours été rapide, mais je n'avais rien réalisé de concret, or Ducati a décidé d'y croire avant tout le monde. Nous ne savions pas comment cela allait se passer, mais si je devais revenir en arrière, je referais la même chose."

"Mes débuts en MotoGP n'ont pas été faciles, mais Ducati ne m'a jamais remis en question : ils m'ont apporté tout le soutien et la confiance dont un rookie a besoin, et ils m'ont laissé gagner en expérience en 2019. Je les ai écoutés, je leur ai fait confiance, ensemble nous avons appris à nous connaître et à nous comprendre, et nous formons désormais une grande équipe. Ils m'ont appris une méthode de travail qui nous a permis de nous offrir quelques belles satisfactions et je pense que ce n'est que le début."

Passé tout près d'un premier podium à Jerez lorsqu'une casse mécanique l'a poussé à l'abandon, Pecco Bagnaia a également manqué trois courses cet été après une lourde chute. Son retour en piste à Misano lui a toutefois permis de décrocher son premier podium, puis de longuement mener un Grand Prix jusqu'à tomber alors que la victoire lui semblait acquise.

"Aujourd'hui, je suis la personne la plus heureuse du monde. Pour moi, c'est un rêve devenu réalité : être pilote officiel Ducati a toujours été mon ambition, et j'y suis arrivé avec tous ceux qui ont toujours cru en moi même quand les choses ne se passaient pas bien. Je remercie particulièrement Claudio Domenicali, Gigi Dall'Igna, Paolo Ciabatti et Davide Tardozzi pour leur confiance, le team Pramac Racing qui m'a accueilli comme un membre de la famille et la VR46 Riders Academy qui m'a toujours soutenu pendant toutes ces années."

partages
commentaires
Zarco rejoint Pramac, Ducati choisit Bagnaia pour son team d'usine

Article précédent

Zarco rejoint Pramac, Ducati choisit Bagnaia pour son team d'usine

Article suivant

Après une 3e chute, Pol Espargaró déplore une saison irrégulière

Après une 3e chute, Pol Espargaró déplore une saison irrégulière
Charger les commentaires
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021