Bagnaia impressionne mais ne se voit pilote MotoGP qu'à 65%

Francesco Bagnaia a impressionné lors du dernier jour de test en s’emparant de la seconde place et en pulvérisant le record du circuit, mais il préfère ne pas s’emballer.

Bagnaia impressionne mais ne se voit pilote MotoGP qu'à 65%

Francesco Bagnaia a commencé ce premier test de l’année de façon discrète et l’a terminé en haut du classement, manquant le meilleur temps pour seulement 63 millièmes. Bien qu’il ait impressionné, il reste prudent et considère qu’il a encore beaucoup de choses à apprendre.

Lire aussi :

Pourtant, le potentiel du rookie est bien là, et ce depuis les premiers tests d'intersaison réalisés en novembre dernier. Il avait terminé 11e des essais de Valence, à seulement six dixièmes du meilleur temps, et avait encore amélioré à Jerez la semaine suivante en prenant la neuvième place du classement, à un peu moins de quatre dixièmes du premier.

Ce nouveau test en Malaisie n’a fait que confirmer son adaptation extrêmement rapide à la Ducati et à la catégorie reine, et l’Italien a même franchi un cap en passant du top 15 à la seconde place du classement lors du dernier jour. Il a fait partie des pilotes ayant battu, voire explosé, le record du circuit (jusque-là de 1'58"830) grâce à son chrono de 1'58"302 et s’est classé en seconde position, juste derrière la Ducati officielle de Danilo Petrucci. Lui-même n’en revenait pas à son retour au box : "Je ne m’attendais pas à rouler en 1’58, mon objectif était 1’59. Faire un 1'58 et battre le record, c'est incroyable et j’en suis très content."

Un élève appliqué

Si Bagnaia a un secret, celui-ci est peut-être son application dans le travail. À l’écoute et observateur, il note ce qui ne va pas et applique les conseils qu’il reçoit, et c'est sans doute là qu'il a puisé l'évolution très forte qui a été la sienne après une première journée terminée à la 15e place.

"Malheureusement je n'ai pas eu de très bonnes sensations avec le pneu arrière neuf qu'on a monté, je n'ai pas réussi à progresser et je n'ai d'ailleurs fait qu'empirer [mes temps]", commentait-il au terme du premier jour, insistant également sur ses difficultés rencontrées au freinage. "On a testé quelque chose pour progresser au freinage, mais ça n'était pas la bonne direction. Il faut qu'on trouve la voie à suivre, mais on n'a pas de pression."

Petit à petit la progression est arrivée, et le deuxième jour s’est beaucoup mieux déroulé, tandis qu’il pointait en 12e position. "Être à une seconde du premier, c'est une chose à laquelle je ne pensais pas ici, car c'est une piste longue et très difficile compte tenu de la chaleur", s’exclamait-il. "C'est très positif."

Ensuite, on l’a vu, le travail mené lui a permis de terminer en haut de la feuille des temps le troisième jour. Le test à peine terminé, il commentait déjà les changements qu’il avait opérés : "Le premier jour, je roulais de façon similaire à l’an dernier, avec beaucoup de vitesse en milieu de virage et il a été important de comprendre l’importance de la traction en sortie. J'ai compris qu'il était très important de stopper plus la moto et de remettre les gaz quand on la redresse. J’ai également beaucoup progressé sur le freinage car en novembre dernier cela avait été difficile, mais nous avons de bons réglages et j’ai confiance en l’avant, ce qui est important pour moi."

Bien que les améliorations soient au rendez-vous, il ne se concentre que sur ce qu’il reste à faire. "J’ai compris beaucoup de choses mais je pense que la course est le plus important. J’ai besoin de progresser un peu plus sur le rythme de course car la dégradation [des pneus] est différente et plus importante, et je dois apprendre à me servir de la cartographie et des pneus", a-t-il analysé. "J’ai besoin de progresser sur plein de choses. Je dois être plus régulier sur mon style."

Lire aussi :

"J’ai essayé de beaucoup attaquer et pour moi j’ai encore de la marge dans le sens où le time attack est très différent comparé au Moto2, où l'on utilisait le même pneu pour le time attack et la course", a expliqué le Champion du monde Moto2 en titre qui constate jour après jour les changements entre le MotoGP et la catégorie intermédiaire. "Là je dois attaquer de façon différente et ne pas prendre trop de risques au freinage pour bien gérer la sortie [de virage] donc il faut être un peu plus devant. Je suis content d’avoir déjà appris cela, et j’ai progressé durant ces journées."

Ne pas s’emballer

Le bilan de ce premier test de l’année est positif et bien au-delà des attentes du jeune Italien et de l’équipe Pramac Racing. Même s’il a peu roulé (122 tours) en comparaison avec d’autres pilotes comme Maverick Viñales (205) ou Álex Rins (197), il considère avoir "bien travaillé" et il paraît difficile d’affirmer le contraire au vu de ses résultats. "Je comprends beaucoup de choses, surtout sur la façon de piloter une MotoGP comme un pilote MotoGP", a-t-il conclu. "Pour l’instant je pense que nous sommes dans la bonne voie afin d'avoir une bonne base pour commencer les tests au Qatar et comprendre plus de choses [là-bas]".

Pour autant, pas question de s’emballer. Bagnaia garde les pieds sur terre : "Pour le moment je pense que je suis [un pilote MotoGP] à 65% […]. Je fais un bon tour et j’ai un bon rythme mais je préfère rester calme et y aller pas à pas pour arriver au Qatar avec un objectif inchangé, être le Rookie de l’année."

Et lorsqu’on lui demande s’il a revu ses objectifs à la hausse au terme de ce test, sa réponse est très claire : "Pour le moment [ma performance d’aujourd’hui] ne change rien."

Avec Léna Buffa

 
partages
commentaires
Leader et recordman, Petrucci tempère le classement de Sepang
Article précédent

Leader et recordman, Petrucci tempère le classement de Sepang

Article suivant

Crutchlow : "L'impression d'avoir été fauché par un bus chaque matin !"

Crutchlow : "L'impression d'avoir été fauché par un bus chaque matin !"
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021