Bezzecchi avait un peu peur de la réaction de Rossi à son départ

S'il reste membre de la VR46 Riders Academy, Marco Bezzecchi va tout de même quitter l'équipe de Valentino Rossi la saison prochaine, et c'est un déchirement pour lui comme pour le grand patron.

Marco Bezzecchi et Valentino Rossi, propriétaire du VR46 Racing Team

Marco Bezzecchi et Valentino Rossi, propriétaire du VR46 Racing Team

Photo de: Media VR46

Après trois ans sur une Ducati satellite, couvé par l'équipe VR46 où il bénéficie d'un cocon presque familial, Marco Bezzecchi va prendre son envol et devenir pilote officiel Aprilia la saison prochaine. Face à la presse, ce jeudi, le pilote de 25 ans s'est réjoui de ce cap qu'il s'apprête à passer et dont il rêvait de longue date.

"Tous les pilotes rêvent de devenir pilote d'usine un jour, et c'est mon cas aussi", a-t-il déclaré. "Mon objectif était de progresser, d'améliorer mes capacités de pilote, de gagner en expérience en MotoGP, et un jour d'intégrer une équipe officielle pour représenter une marque. J'ai eu la possibilité de le faire et, pour moi, c'était le meilleur choix que je pouvais faire."

Accepter l'offre d'Aprilia signifiait toutefois rompre avec une équipe qui l'accompagne depuis 2020, qui l'a remis en selle après une passe très difficile en Moto2, puis l'a promu en MotoGP et a partagé avec lui ses premières victoires. L'an dernier, déjà, Bezzecchi avait eu la possibilité de partir pour prendre le guidon d'une Ducati plus évoluée chez Pramac, mais avait renoncé et préféré accepter l'offre de Valentino Rossi pour rester chez VR46.

Lire aussi :

"L'année dernière, j'ai eu l'opportunité de changer d'équipe mais ma décision a été de rester parce que je voulais changer seulement pour une équipe d'usine. L'année dernière, Ducati m'a donné la possibilité d'intégrer l'équipe soutenue par l'usine, c'était donc une très bonne offre, mais je ne savais pas si je pourrais me sentir aussi bien dans l'équipe qu'aujourd'hui. Cette fois, c'était différent. J'ai eu l'opportunité de changer pour une équipe d'usine, ma décision a donc été différente."

"L'année dernière, il ne m'a pas dit 'reste ici, ne va pas chez Pramac', il m'a juste fait une offre et j'ai décidé de rester", a-t-il expliqué au sujet de Valentino Rossi. "Il a refait la même chose cette année, mais je lui ai demandé plus de conseils, j'ai parlé un peu plus avec lui. J'étais sûr qu'il pourrait comprendre car il a déjà vécu ça dans sa carrière. Il a complètement compris ma décision. Évidemment, ça a été un moment difficile parce je me sens super bien dans l'équipe, mais j'en rêvais depuis le début de ma carrière, alors c'était l'objectif que je voulais atteindre et il était donc content pour moi."

Si le grand patron de son équipe actuelle a visiblement bien pris la nouvelle, Marco Bezzecchi avoue cependant avoir eu quelques craintes quant à la réaction qui pourrait être la sienne. "On est tous les deux un peu tristes mais il est aussi très content pour moi. On a beaucoup parlé ces derniers jours. On s'est vu lundi pour regarder le match de l'Italie et c'est le jour où la nouvelle est sortie, donc on s'est enlacé, il était très content pour moi. Heureusement, il a tout compris. Pour être honnête, j'avais un peu peur ! Mais il a compris et il s'est comporté comme un bon ami, alors j'en suis très content."

Bientôt, Bezzecchi va donc découvrir un nouveau rôle, central cette fois dans le développement de sa moto. Comment il s'imagine en pilote officiel en tant que futur coéquipier de Jorge Martín chez Aprilia ? "C'est un peu difficile à dire parce que ça va être ma première expérience, j'arriverai à mieux le dire plus tard, mais c'est complètement différent quand on est dans une équipe d'usine."

"J'ai beaucoup d'amis qui y sont, comme Pecco [Bagnaia], Luca [Marini], Franco [Morbidelli] qui y a été aussi, et ils m'ont parlé de beaucoup de choses qui vont changer. Honnêtement, en ce qui concerne le travail à proprement parler, je ne sais vraiment pas pour le moment, mais je suis très curieux de le découvrir et de voir comment ce sera. Aujourd'hui, déjà, je bénéficie clairement d'un bon soutien, mais ça sera différent alors on verra."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Le contrat Ducati, fin de la renaissance de Marc Márquez
Article suivant "Deux options qui me plaisent" : Oliveira est attentif au marché

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France