MotoGP GP de Thaïlande

Bezzecchi : "Je vais mieux, je suis très fier de ma cicatrice !"

Marco Bezzecchi sent des progrès au niveau de sa clavicule droite, fracturée il y a moins d'un mois. L'Italien espère être moins diminué au Grand Prix de Thaïlande, tout comme Luca Marini et Álex Márquez.

Marco Bezzecchi, VR46 Racing Team

Les pilotes enchaînent leur troisième week-end de compétition consécutif en Thaïlande, un défi particulièrement difficile pour Marco Bezzecchi. L'Italien s'est fracturé la clavicule droite une semaine avant le début de cette tournée, en Indonésie, mais il n'a manqué aucune course. Encore très diminué en Australie, il ne cachait pas que l'annulation de la course sprint jouait en sa faveur et après quelques jours de repos, il est impatient de tester ses sensations à Buriram.

"Je ne peux pas me plaindre", a déclaré l'Italien. "J'ai enlevé les points donc c'était une grosse étape pour moi parce que la peau n'est plus aussi serrée. Je vais mieux, je suis très fier de ma cicatrice ! J'ai eu une journée de plus pour me reposer, avoir de la kiné deux ou trois fois par jour. Je n'avais rien à faire, j'ai essayé de récupérer au niveau de l'épaule et du bras, qui m'a causé beaucoup de problèmes, c'était la partie la plus difficile en Australie. Je suis très heureux de remonter sur la moto et de voir mes sensations."

La douleur ne cesse de diminuer mais l'enchaînement des courses pousse Bezzecchi à solliciter énormément son organisme et il ne peut pas encore jauger son niveau de forme pour le GP de Thaïlande : "En Indonésie, j'avais vraiment mal parce que c'était cinq jours après l'opération. J'avais mal au niveau de l'os et partout autour. En Australie, c'était plus la fatigue de l'Indonésie. Il y avait moins de douleur mais plus de fatigue. Je m'attendais à avoir moins de mal mais malheureusement ça na pas été le cas. Ici, je ne sais pas. J'espère être plus fort, plus en forme. Je savais que j'allais souffrir donc ma mentalité était déjà prête pour ça. Je peux gérer la douleur et je peux souffrir donc j'espère être bon."

Le coéquipier de Bezzecchi, Luca Marini, espère également se sentir mieux après s'être également fracturé une clavicule, la gauche, au GP d'Inde. "Je commence à me sentir proche d’être à 100% et c’est un super sentiment", a confié le demi-frère de Valentino Rossi. "Malgré tout, je pense que je peux bien finir cette saison, me concentrer sur mon pilotage sur la moto. Voyons ce week-end, sur cette piste que j’apprécie."

Lire aussi :

Parmi les autres pilotes récemment blessés, Álex Rins est encore forfait mais Álex Márquez, qui a fait son retour en Australie, espère moins ressentir les effets de ses côtes fracturées à Buddh. "C'est un peu mieux qu'en Australie", a estimé le pilote Gresini. "J'ai pu passer deux journées à la salle, pour la première fois depuis cinq semaines. Je pense aussi que la piste est également bonne pour moi parce que ça tourne sur la droite et que j'ai moins mal sur le côté droit que sur le côté gauche. C'est bien pour ça mais on verra. Physiquement, au niveau de la douleur c'est mieux, ça fait un peu mal mais on doit continuer à améliorer la condition physique."

Bezzecchi a préservé sa position au championnat

Marco Bezzecchi, VR46 Racing Team

Marco Bezzecchi et Jorge Martín

Bezzecchi est resté troisième du championnat malgré sa condition physique diminuée, ce qu'il espérait : "En revenant très vite après la blessure en Indonésie, mon objectif n'était pas de revenir [au championnat], c'était juste de survivre et essayer de rester sur la moto parce que j'ai vu avec Enea [Bastianini], Marc [Márquez] et Miguel [Oliveira] que plus on passe de temps loin, plus on met de temps à se remettre. Dès que j'ai vu une opportunité, j'ai dit 'OK, je dois y aller, piloter, essayer de rester sur la moto et essayer de ne pas rompre cette dynamique'."

L'écart a cependant grandi et Bezzecchi se retrouve à 73 points du leader, Pecco Bagnaia, et à 46 unités de Jorge Martín : "Je dois dire que pour le moment, c'est difficile, naturellement, parce que je suis un peu trop loin et que Jorge et Pecco sont un peu plus forts que moi actuellement."

"Brad [Binder, 69 derrière lui] n'est pas si proche, j'ai pu gérer ça assez bien", a-t-il ajouté. "Mais après, c'était dur de ne perdre aucun point. Je vais me battre jusqu'à la fin et si j'ai la possibilité, je donnerai tout."

Le circuit de Buriram pourrait être le terrain de jeu idéal pour permettre à Marco Bezzecchi de se relancer puisqu'il y avait signé sa première pole en MotoGP il y a un an : "C'est une piste que j'aime vraiment. L'an dernier, j'étais rapide, c'était ma première pole position donc c'était un moment merveilleux. J'aime les gros freinages, c'est une partie du pilotage qui m'apporte beaucoup de sensations donc j'aime quand il y a de gros freinages sur une piste. Mais ce circuit est particulier, il y a aussi une partie très fluide. J'aime vraiment ça, une piste avec les deux."

"Je pense que j'ai progressé au freinage cette année donc je suis curieux de voir comment je vais rouler. Je vais d'abord devoir voir comment je suis physiquement et à partir de là, on pourra commencer à travailler."

Avec Guillaume Navarro

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Jorge Martín : Deux derniers week-ends "vraiment douloureux"
Article suivant Un nouveau circuit avec un banking à 30° dans le Tennessee

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France